18 juin 2015

Opel Calibra 2.0i (1990-1994)

OpelCalibraav

OpelCalibraav1

OpelCalibraint
(Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2012)

Depuis deux ans ou presque, avec l'arrêt de la Manta et de la Monza, Opel ne proposait plus de coupé sport. Il faut dire que dans cette ère du développement des monospaces, le coupé moins polyvalent n'a plus le vent en poupe. Qu'à celà ne tienne, Opel se propose de revoir le cahier des charges. Et ce sera l'occasion de répondre du tac au tac à la Ford Probe et la Volkswagen Corrado.

Sur la plateforme d'une Opel Vectra, Wayne Cherry le designer de la General Motors, et Ehrard Schnell, le designer maison, mettent au point une ligne à la fois fluide, sportive, élégante et discrète. Et, cerise sur le gâteau, cette ligne établit un nouveau record de Cx pour une voiture à quatre places avec 0,26 seulement (la SM avait le même coefficient, mais c'est un coupé 2+2). Un record qui ne sera battu qu'en 1999 par la Honda Insight et détenu actuellement par la Mercedes CLA (0,23). La voiture pose une nouvelle référence, un nouveau calibre, et son appelation Calibra n'est alors pas usurpée.

L'originalité de ce nouveau coupé est de ne pas céder aux tentations importantes de faire une voiture basse pour qu'elle soit plus fluide. La voiture est parfaitement accessible pour quatre personnes et le coffre de 300 litres, que l'on peut agrandir à 980 litres en rabattant la banquette arrière, répond à des critères que le tandem Renault15/17 avaient déjà éprouvés avec succès. A l'intérieur, on retrouve la planche de bord d'une Opel Vectra, un détail qui déplaira à bon nombre de commentateurs estimant que la Calibra aurait dû faire l'objet d'une planche originale et plus sportive. En revanche, la Calibra est richement dotée en série, manière d'aller chatouiller les japonais sur leur propre terrain. Mais Opel a pris bien soin de ne pas surfacturer ces équipements de façon à lui conserver tout son attrait.

Dans la mesure où la Calibra partage la plateforme de la Vectra, elle dispose des mêmes trains roulants, ou presque. Plus typée sport, elle fait parfaitement son office et son comportement de voiture à moteur transversal avant à roues avant motrices. La voiture est bien équilibrée avec une très faible propension au sous-virage. L'ABS de série ote toute surprise au freinage et toute velléité déséquilibre. La Calibra est confortable, ce qui est louable dans la mesure où c'est une voiture conçue pour rouler à quatre adultes à bord, et qui doit pouvoir servir quotidiennement.

Commercialisée début 1990, après une présentation au salont de Francfort en septembre 1989, la Calibra est proposée en deux versions à quatre cylindres. De base un deux litres injection de 115 ch et une version multisoupapes de 150 ch issu de la Kadett GSi. Dès la version de base (notre modèle), les performances sont déjà intéressantes, aidées par cette aérodynamique et un poinds contenu à 1215 kg. Ainsi le 115 ch permet déjà de d'atteindre les 205 km/h en pointe, et d'accomplir le kilomètre en 31,1 s. Mais c'est surtout son agrément quotidien qui le rend agréable avec un couple de 17,3 mkg à 2600 tr/min, de quoi rouler en souplesse dans le trafic urbain. Avec le 16V, le ton monte. Coiffé d'une culasse mutlisoupapes, le moteur C20XE revendique 150 ch à 6000 tr/min. Le couple progresse à 20 mkg à 4000 tr/min, ce qui montre qu'il vaut mieux aller chercher la puissance en haut, et ne pas hésiter à cravacher pour en tirer la quintessence. Il reste toutefois agréable en utilisation urbaine. Ainsi gréée, la Calibra 16V se permet 223 km/h sur circuit, 8,5 seconde de 0 à 100 km/h et 29 secondes pour accomplir le kilomètre. De très bonnes valeurs pour ce segment.

Mais même 150 ch, ça semblait trop peu. Alors en septembre 1991, Opel dégaine la Calibra Turbo. Forte de 204 ch, la version survitaminée est aussi accompagnée d'une boite à six rapports et d'une transmission intégrale. Le poids s'en ressent puisqu'il franchit alors les 1400 kg. Mais avec 29 mkg à 2400 tr/min, la voiture est réellement sportive. Le 0 à 100 km/h s'effectue en 6,8 secondes, le kilomètre exécute en 27 secondes et la vitesse de pointe se situe à 245 km/h ! De quoi aller titiller d'autres voitures allemandes de plus gros... calibre. A noter que la transmission intégrale est également disponible sur la 16V (16V 4x4).

En 1994, la Calibra accueille un nouveau moteur V6 qui manquait à son prestige. Celui-ci, plus sage que la version Turbo, offre 170 ch et l'ouverture du marché vers les USA, même s'il avait été pressenti un moment que pour le marché américain, la voiture serait rebadgée Saab. La Calibra V6 file à 237 km/h tout de même, accomplit le kilomètre en moins de 29 secondes.

La même année, le moteur 2.0i de 115 ch est remplacé par la nouvelle génération de moteurs ECOTEC (2.0 16v). Le nouveau 2.0i qui lui aussi se pare d'une culasse multisoupapes s'en trouve porté à 136 ch. Mais il n'est pas commercialisé en France. Il remplace alors à la fois le 8 et 16 soupapes. Par la même occasion, la version 16V 4X4 disparaît.

Outre un très léger restylage en 1993 (nouvelle calandre et nouvelles jantes), la Calibra a peu évolué jusqu'au terme de sa carrière. Démarrant par 29 431 en 1990 et 97 443 voitures fabriquées dès 1991, la Calibra termine sa carrière a 238 647 exemplaires. Entre temps, la 2.0 16v a été stoppée en 1996, de même que la Turbo 4x4.

Actuellement entre deux eaux, la Calibra n'est pas encore sortie du monde de l'occasion et pas encore entrée dans celui de la collection. Avec un moteur plutôt fiable, des performances intéressantes, un mobilier solide, la Calibra peut se révéler être une bonne affaire avant que les côtes ne remontent. Les voitures s'échangent autour de 2000 € à l'heure actuelle pour une 16 V, voire une V6. Attention aux voitures mal entretenues, ou aux massacres du tuning...

Après l'arrêt de la production de la Calibra en 1997, Opel a confié le rôle à la Tigra. Il faut attendre 2000 pour que le coupé Astra ne vienne créer l'illusion d'une remplaçante.

Pour en savoir plus : Calibra Classic

Fiche technique :

Type du moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Disposition : transversal, avant
Puissance fiscale : 10 CV
Cylindrée : 1998 cm3
Alésage x course : 86 x 86 mm
Puissance maximale : 115 ch à 5200 tr/min
Couple maximal : 17,3 mkg à 2600 tr/min

Distribution : arbres à cames en tête
Nombre de soupapes : 8
Taux de compression : 9,2:1
Alimentation : injection Bosch Motronic M1.5

Type de transmission : traction
Boite de vitesse manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère, assistée
Suspension av : roues indépendantes type McPherson, barre anti-roulis, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : roues indépendantes, bras tirés, barre anti-roulis, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 449,2 cm
Largeur : 168,8 cm
Hauteur : 132 cm
Empattement : 260 cm
Voie av : 142,6 cm
Voie ar : 144,6 cm

Pneus av : 205/55 VR 15
Pneus ar : 205/55 VR 15
Freins av : disques ventilés (256 mm)
Freins ar : disques ventilés (260 mm)

Vitesse maximale : 205 km/h
0 à 100 km/h : 10 s
1000 m.D.A. : 31 s
Cx : 0,26
Volume du coffre : 300 litres (980 banquette rabattue)
Capacité du réservoir : 63 litres
Consommation moyenne à 90 km/h : 6,1 l/100km
Consommation moyenne à 120 km/h : 7,5 l/100km

Consommation moyenne en cycle urbain : 11,1 l/100km
Poids : 1190 kg

Posté par Zorglub34 à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires sur Opel Calibra 2.0i (1990-1994)

Poster un commentaire