10 octobre 2008

Maserati Granturismo (2007-)

MaseratiGranTurismoav1

MaseratiGranTurismoav2

MaseratiGranTurismoar2

MaseratiGranTurismoar1
(Montpellier, Hérault, mars 2008)

La Maserati Granturismo remplace la Maserati Coupé 4200 GT en 2007. Elle reprend la ligne générale, la filiation est certaine, mais à bien y regarder les changements sont profonds.

D'abord cet air agressif à tête de squale est dû à la plume de Pininfarina et non de Giugiaro. L'imposante entrée d'air et les phares au xénon accentuent l'effet des ailes rebondies. Les proportions ne sont plus les mêmes. La longueur augmente de près de 30 cm et les places arrières s'améliorent encore, 4 vraies places étant aménagées. La volonté de trancher avec la sportivité de la précédente est affirmée. En dépit de ses lignes et de ses performances, la Granturismo est voulue moins performante que la Coupé 4200. L'idée est de se rapprocher du standing d'une Jaguar XK8. Conçue sur une plate-forme de Quattroporte raccourcie, elle se place comme une voiture de Grand Tourisme (d'où son nom) et non comme une sportive. Certains spécialistes n'hésitent pas à parler de limousine à deux portes. A l'arrière les feux sont originaux, et on distingue quatre sorties d'échappement intégrées au pare-choc. Avec de telles dimensions le coffre n'augmente pourtant que de 220 à 260 litres.

Sous le capot c'est le V8 4,2 litres et 32 soupapes de la version précédente. Retravaillé pour offrir plus de disponibilité que de puissance, il est porté à 405 chevaux. C'est nécessaire pour compenser l'embonpoint : le belle accuse 1880 kg à vide sur la balance. Accouplé à une boite automatique 6 rapports, le mode Drive autorise une conduite souple en ville. Mais dès que l'on sollicite les palettes de commande au volant, et que l'accélérateur s'enfonce un peu plus, le couple moteur de 46 mkg du V8 fait des merveilles. Les puristes trouvent que la belle manque de rigueur dans les changements d'appui rapides et que le freinage n'est pas à la hauteur. Des étriers à 6 pistons viennent pourtant enserrer des disques fonte/alu ventilés de 330 mm de diamètre pour ralentir les roues de 19". Ceci est sans doute une affaire de puristes, le commun des mortels n'ayant pas la possibilité d'exploiter les limites des performances.

Car même si elle n'est pas une sportive pure et dure, la Granturismo est déjà rapide. 285 km/h en pointe, 5,2 s de 0 à 100 km/h, le kilomètre abattu en 25,2 secondes, la barre est haute. En avril 2008, la Granturismo S améliore encore ces chiffres grâce à un V8 de 4,7 litres de 440 ch.

Toujours commercialisée à ce jour, la Granturismo devrait connaître une nouvelle évolution en 2013 ou 2014.

Fiche technique :

Moteur : V8 ouvert à 90° d'origine Ferrari, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 33 CV
Cylindrée : 4244 cm3
Alésage x course : 92 x 79,8 mm
Taux de compression : 11:1
Puissance maximale : 405 ch à 7100 tr/min
Couple maximal : 46,9 mkg à 4750 tr/min
Distribution : 2 doubles arbres à cames en tête
Nombre de soupapes : 32
Alimentation : injection
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses séquentielle à 6 rapports
Direction à crémaillère, assistance variable
Suspension av : roues indépendantes, double triangles superposés de longueurs inégales, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : roues indépendantes, double triangles superposés de longueurs inégales, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 488,1 cm
Largeur : 184,7 cm
Hauteur : 135,3 cm
Empattement : 294,2 cm
Voie av : 158,6 cm
Voie ar : 159 cm
Pneus av : 245/40 ZR 19
Pneus ar : 285/40 ZR 19
Freins av : disques ventilés, assistés, ABS (330 mm)
Freins ar : disques ventilés, assistés, ABS (330 mm)
Vitesse maximale : 285 km/h
0 à 100 km/h : 5,2 s
1000 m D.A. : 25,2 s
Volume du coffre : 260 litres
Capacité du réservoir : 86 litres
Consommation moyenne : 14,3 l/100km
Cx : 0,33
Poids : 1880 kg


09 octobre 2008

Maserati Ghibli

MaseratiGhibli

MaseratiGhibliar
(Retromobile, février 2006)


La Maserati Ghibli apparait au Salon de Turin 1966. Elle est née de la plume de Georgietto Giugiaro qui vient de quitter Bertone pour Ghia. Elle emprunte son nom à un vent égyptien.
Sa ligne combine les dimensions d'une grande limousine et la hauteur d'une GT. L'harmonie des lignes offre le sentiment de la puissance et de la souplesse, ainsi que le confort qu'elle revendique. En effet, une empattement de 2,55 m et une longueur de 4,70, c'est assez rare pour une stricte deux places ! La performance réside dans le fait que la hauteur est cantonnée à 1,16 m, grâce à l'utilisation d'une technique venue tout droit de la compétition : la lubrification par carter sec qui permet de rabaisser la hauteur du moteur et de positionner tous les éléments mécaniques très bas. La ligne est encore fluidifiée par l'utilisation de phares escamotables.
Sous le capot, alors que sa rivale, la Ferrari Daytona, dispose d'un V12, la Ghibli s'offre un V8 de 4,7 litres. Il offre un agrément de conduite particulier grâce à un taux de compression assez bas qui permet un moteur souple et disponible même à bas régime. Alimenté par 4 carburateur double corps, le conducteur dispose de 330 chevaux sous le capot, et d'un couple de 40 mkg, lui permettant d'atteindre théoriquement 275 km/h selon Maserati. Le modèle n'ayant pas fait l'objet d'études aérodynamiques, il s'avère peu stable à ces hautes vitesses.
Suspendu par un essieu rigide posé sur des des ressorts à lame, le train arrière remplit pourtant bien son office. Les freins à disques ont parfois du mal à freiner les 1600 kg, aussi sont-ils ventilés très peu de temps après la commercialisation. La Ghibli s'avère être une voiture plus à l'aise sur les grandes routes et l'autoroute, que sur les routes sinueuses de la montagne ou les routes chaotiques de la campagne.
Produite de 1966 à 1973, 1149 exemplaires ont été produits, ainsi que 100 spiders. Elle remplacée en 1973 par la Khamsin

Fiche technique :

Cylindrée    4719 cm3
Nombre de cylindres    8
Disposition des cylindres    en V
Nombre de soupapes    16 (4 arbres à cames en tête)
Alimentation    4 carburateurs double corps Weber
Puissance    330 ch à 5500 tr/min
Couple maxi     390 Nm à partir de 4000 tr/min
Roues motrices    Propulsion
Boite de vitesse    A 5 rapports
Type    Circuit de billes
Freins avant    Disques ventilés
Freins arrière    Disques ventilés
Jantes    15 pouces
Pneumatiques    205 x 15
Train avant    roues indépendantes par bras triangulés, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs télescopiques, barre antiroulis.
Train arrière    essieu rigide, ressorts semi-elliptiques, amortisseurs télescopiques, barre antiroulis.
Longueur    470 cm
Largeur    179 cm
Hauteur    116 cm
Empattement    255 cm
Poids à vide/PTAC    1530 kg
Vitesse maximale    275 km/h

Posté par Zorglub34 à 10:51 - - Commentaires [0]
Tags :
07 octobre 2008

Maserati BirdCage

MaseratiBirdCageav2

MaseratiBirdCageav
(Retromobile, février 2006)

Non, ce n'est pas un vaisseau du futur (quoique !) ou un véhicule issu d'un film de science-fiction. Ce modèle n'est pas ancien, mais on n'a pas l'occasion tous les jours d'attraper un concept-car dans son viseur.
Cet exercice de style signé PininFarina à l'occasion du 75è anniversaire de Maserati a repris le nom d'un modèle de course de 1961 qui s'illustra aux 24 heures du Mans grâce à un pare-brise en plexiglas qui descendait très bas sur la ligne de caisse, et une structure tubulaire faite de plus de 200 tubes qui lui donnait l'allure d'une cage à oiseau (Birdcage en anglais). Cette technologie est à nouveau utilisée pour ce projet. Mais c'est le seul point commun avec l'ancêtre. Ici le chassis en carbone est dérivé de la MC12 dont la BirdCage reprend les trains roulants ainsi que le V12 de 700 ch !
Côté ligne, on dirait que PininFarina s'est ingénié à ne pas créer une courbe plus haute que celles du sommet des ailes, et on a l'impression que ce sont les roues qui délimitent la voiture. Il en ressort un impression de fluidité et de puissance rarement atteinte. La grandeur des roues permet de fabriquer un habitacle toutefois assez haut, puisque des dimensions hors norme chaussent ce bolide : 20 pouces à l'avant et 22 pouces à l'arrière ! La coque est en fibre de carbone et la bulle du toit est un perspex. Il n'y a pas de porte, la bulle se soulevant d'un seul morceau pour permettre l'accès des passagers.
Lors de Retromobile 2006, cette BirdCage était placée juste à côté de la Delage D8. Deux merveilles de style !

Posté par Zorglub34 à 13:19 - - Commentaires [0]
Tags :
06 octobre 2008

Maserati Coupé 4200 GT (2002-2007)

Maserati3200GTav2

Maserati3200GTav1

Maserati3200GTprof

Maserati3200GTar1
(Montpellier, Hérault, décembre 2007)

Ce sont les feux arrière de la 3200 GT, en forme de boomerang courant le long de la ligne de caisse, qui précipitent la commercialisation du Coupé Grand Sport V8. Pour le marché américain, Maserati a dû renoncer à cette fantaisie et c'est équipée de ces feux traditionnels que la 3200 GT finira sa carrière sous le nom de Maserati Coupé dès 2002. 

De fait les changements sont plus profonds qu'il n'y parait, surtout sous le capot. Un V8 Ferrari de 4,2 litres avec quatre arbres à cames en tête et 32 soupapes remplace le 3,2 litres biturbo. 390 chevaux et surtout 45 mkg à 4500 tr/min au lieu de 370 chevaux et 50 mkg ! Voilà qui permet de passer rapidement d'une conduite souple à 80 km/h en 6è (moins de 2000 tr/min) aux vitesses rageuses d'une voiture au caractère trempé. La boite est manuelle à 6 rapports, mais on peut opter la transmission séquentielle (palettes au volant) directement issue de la F1 et disponible sur la Ferrari 360 Modena. Autant dire que ça pousse fort, et qu'il est déconseillé de désactiver les sécurités actives, notamment le pilotage automatique de l'amortissement et l'anti-patinage. Le poids handicape sérieusement l'agilité de la voiture, handicap compensé par l'électronique.

L'habitacle est soigné sans être clinquant : du cuir, une ergonomie intelligente, un dessin agréable, un compteur gradué jusqu'à 320 km/h, et deux vraies places à l'arrière avec un accoudoir !

En 2005, une version Coupé Grand Sport V8 (notre modèle) est mise en vente. Elle se distingue par une grille de calandre en nid d'abeille. Son moteur de 4,2 litres reçoit 10 ch supplémentaires, de quoi propulser l'engin à 290 km/h. Elle ensuite remplacée par la Maserati GranTurismo au design plus évocateur.

Fiche technique :

Moteur : V8 ouvert à 90° d'origine Ferrari, essence
Emplacement : longutudinal, avant
Puissance fiscale : 33 CV
Cylindrée : 4244 cm3
Alésage x course : 92 x 79,8 mm
Taux de compression : 11,1:1
Puissance maximale : 390 ch à 7000 tr/min
Couple maximal : 46 mkg à 4500 tr/min
Distribution : 2 doubles arbres à cames en tête
Nombre de soupapes : 32
Alimentation : injection électronique
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 6 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : roues indépendantes, leviers triangulés avec ressorts hélicoïdaux et amortissement réglable
Suspension ar : roues indépendantes, leviers triangulés avec ressorts hélicoïdaux et amortissement réglable
Longueur : 452,3 cm
Largeur : 182,1 cm
Hauteur : 130,6 cm
Empattement : 265,9 cm
Voie av : 152,4 cm
Voie ar : 153,9 cm
Pneus av : 235/40 ZR 18
Pneus ar : 265/35 ZR 18
Freins av : disques ventilés Brembo (330 mm)
Freins ar : disques ventilés Brembo (310 mm)
Vitesse maximale : 285 km/h
0 à 100 km/h : 5,2 s
1000 m. D.A. : 24,3 s
Volume du coffre : 220 dm3
Capacité du réservoir : 90 l
Consommation Cycle Mixte : 16,6 l/100km
Poids : 1670 kg

Posté par Zorglub34 à 12:52 - - Commentaires [1]
Tags : , , , , , , ,
05 octobre 2008

March

March2

March
(Retromobile, février 2006)

Juste pour le plaisir. A droite une McLaren du type Can-Am (bientôt en gros plan).
Des infos sur March.

Posté par Zorglub34 à 11:59 - - Commentaires [0]
Tags :

04 octobre 2008

Lotus Esprit Turbo

LotusEsprit5

LotusEsprit6

LotusEsprit3

LotusEsprit4
(Montpellier, Hérault, septembre 2007)

Il faut 5 ans entre l'initiation du projet M71 et la commercialisation de la première Lotus Esprit. C'est en 1971 que Colin Chapman demande à Giorgietto Giugiaro de lui dessiner un modèle dans un esprit anguleux, pour un coupé bi-place. Plus tard, en voyant le projet Maserati Boomerang du même Giugiaro sur le stand Ital Design au salon de Genève 1972, Colin Chapman affine sa demande. Il expédie au designer italien un chassis de Lotus Europe rallongé qui devra être la base de réflexion du projet. La tournure est prise : ce sera un coupé 2+2 à moteur central arrière. Le projet est présenté dès le salon de Turin de 1972, soit six mois plus tard à peine. Colin Chapman découvre les lignes en même temps que l'ouverture du salon et est enchanté, aussi décide-t-il d'accélérer le rythme.
Sous le capot il est prévu dès l'origine du concept que chaque modèle de la marque devra se décliner en deux versions : l'une à quatre cylindres, et l'autre équipée d'un V8 !
La première version n'est présentée qu'en octobre 1975 au Salon de Paris, équipée d'un 2 litres de 160 chevaux. La commercialisation n'est lancée qu'en cours de l'année 1976. Sur le papier elle devrait atteindre les 220 km/h, mais personne n'y parvient chez les essayeurs. Cependant, les louanges de son comportement sont chantées, en opposition avec les défauts de finition et les vibrations dues au train arrière. 714 voitures sont vendues de la version S1.
La série 2 apparait en été 1978. Des détails en améliorent le confort, l'esthétique, la finition. Les performances sont améliorées et les 220 km/h annoncés sont enfin atteints. 1060 exemplaires de la S2 sont vendus.
En mai 1980, une évolution de la S2 (S2.2) fait passer le 2 litres à 2,2 litres, faisant passer le couple de 19 à 22 mkg, sans changer à la puissance. Les 220 km/h sont légèrement dépassés, mais le 0 à 100 descend sous la barre des 7 secondes ! Il en sera vendu 88 exemplaires.
En 1981, c'est la S3. Elle hérite du 2,2 litres, et préfigure par ses restylages la future Esprit Turbo, et son coefficient de pénétration dans l'air (Cx) s'en ressent. Au décès de Colin Chapman en décembre 1982, le logo vert de la marque se transforme en lettres noires. 767 exemplaires sont vendus.
En même temps apparait la version Turbo, d'abord en série Limitée Essex (100 exemplaires au logo du Essex Petroleum sponsor du Lotus F1 Team), puis en "grande série". Le 4 cylindres de 2,2 l voit son taux de compression abaissé pour bénéficier du gavage du turbo, ce qui permet de faire passer la puissance à 215 chevaux et le couple à plus de 27 mkg ! Le châssis est alors renforcé, et des systèmes anti-déjaugeage du moteur sont installés. Les trains roulants sont améliorés, permettant de mieux digérer le surcroit de puissance qui permet à ce bolide d'atteindre 240 km/h assez aisément et d'atteindre le 100 km/h départ arrêté en 6,1 secondes, soit mieux qu'une Ferrari 308 ou une Porsche Carrera de l'époque ! 1658 exemplaires seront vendus de cette version remusclée.
C'est aussi la dernière version carrossée par Giugiaro. Les versions suivantes le seront par Stevens.

Le club Lotus France

Fiche technique :

Type du moteur    4 cylindres en ligne
Energie     Essence
Disposition    Longitudinal central arrière
Alimentation     2 carburateurs
Suralimentation     Turbo Garrett T3 (0.67 bar) + intercooler
Distribution     Double arbre à cames en tête
Nombre de soupapes     4 par cylindre
Alésage & Course     95.3 x 76.2 mm
Cylindrée     2174 cc
Compression     8.0
Puissance     215 chevaux à 6000 tr/min
Couple     27,6 mkg à 4250 tr/min
Boite de vitesse     5 rapports
Type    Propulsion
Direction    Crémaillère
Suspensions Av    Doubles triangles
Suspensions Ar    Bras transversaux
Freins avant    Disques ventilés (258mm)
Freins arrière    Disques (276mm)
ABS    Non
PneuAv    195/60 VR15
PneuAr    235/60 VR15
Longueur    433 cm
Largeur    186 cm
Hauteur    114 cm
Poids    1270 kg
Poids/Puissance    5.90 kg/cv
Vitesse max    245 km/h
0 à 100 km/h    5.3 sec
0 à 160 km/h    13.2 sec
0 à 200 km/h    27.1 sec
400 mètres DA    13.5 sec
1000 mètres DA    25.4 sec
Reservoir    80 L

Posté par Zorglub34 à 13:13 - - Commentaires [0]
01 octobre 2008

Lincoln Continental 1967

LincolnContinental
(Retromobile, février 2006)

La Lincoln Continental est célèbre pour être la voiture dans laquelle le Président Kennedy a été assassiné. Mais il s'agissait de la version antérieure à ce modèle et dans une version spéciale conçue uniquement sur la demande de la Maison Blanche.
Ce modèle-ci date de 1967 et utilise les portes arrière dites "suicide" c'est à dire qu'elles s'ouvrent vers l'avant et suppriment le montant central entre la porte avant et arrière. Apparu en 1966, la Continental est bien plus grande que la précédente de 1961 et entre dans l'ère des voitures carrées. Cabriolet, cette Continental voit ses vitres disparaitre dans les portes lorsqu'elle décapote, y compris la lunette arrière qui glisse derrière le siège. Les dimensions sont américaines : 5,61m  de long, 2,02m de large, un empattement de 3,20m, elle est peu adaptée à notre circulation européenne.
Sous le capot le V8 est passé de 7 litres à 7,6 litres, et livre en souplesse 345 chevaux à 4600tr/min. Le couple de 67 mkg à 2800 tr/min seulement en fait un modèle d'onctuosité. Il n'en faut pas moins pour remuer les 2335 kg de l'engin !
Elle fut le symbole des célébrités américaines, telles Elvis Presley, Dwight Eisenhower, Spike Jones, Franck Sinatra, Louis Prima, Nelson Rockfeller, ou même, à l'étranger, le Shah d'Iran.

28 septembre 2008

Lancia Beta coupé 1600

LanciaBetacoup_1600av1

LanciaBetacoup_1600prof1

LanciaBetacoup_1600ar2

LanciaBetacoup_1600ar1
(Gignac, Hérault, avril 2008)

Sa parenté avec la Lancia Beta n'est pas évidente. La Beta Coupé est présentée un an après la berline, au salon de Francfort 1973 et n'est commercialisée qu'en mars 1974.
C'est l'équipe qui a dessiné la Lancia Fulvia coupé qui s'est occupée de la Beta Coupé. C'est un coupé 2+2 : c'est à dire que les deux places arrières sont symboliques, et inadaptées à tout trajet supérieur à quelques dizaines de kilomètres. Le coffre est quant à lui d'une capacité tout à fait normale. L'instrumentation est plus fournie que sur la berline et les moteurs légèrement plus performants. Le moteur 1600 de ce modèle délivre près de 110 chevaux, ce qui est plus que correct pour l'époque (un 1600 développe en moyenne entre 80 et 90 chevaux dans les années 70). Plus légère que la berline, elle en conserve néanmoins les organes de frein, les suspensions et la boite de vitesse.
En 1975, avec la 2è série les performances des 1600 et 1800 sont réduites pour rester identiques à celles de la berline. Elle troque même le 1800 contre le 2000.
En 1976 apparait un petit moteur 1300, et la Lancia Fulvia 1300 n'est alors plus produite.
En 1978 a lieu un autre restylage (notre modèle), et un dernier enfin en 1981. La gamme s'enrichit d'un deux litres à injection électronique qui reste à côté du 2 litres à carburateur.
Enfin en 1983, le 2 litres à compresseur mécanique est disponible, ses 135 chevaux et son couple disponible à bas régime en feront un voiture très agréable à conduire.
La carrière de la Beta s'arrête en 1984 (berline et coupé) et 113.623 unités du coupé auront été produites.

Posté par Zorglub34 à 11:59 - - Commentaires [0]
27 septembre 2008

Lancia Astura (1935)

LanciaAsturaavJPG
(Rétromobile, février 2006)

C'est en 1931 que Lancia décide de fusionner deux modèle en un seul : l'Astura à moteur V8 et la même, l'Artena, à moteur 4 cylindres.
C'est évidemment le 4 cylindres qui eut le plus de succès. Le V8 souffrait quant à lui d'un manque de panache évident. Ses 2,6 litres de cylindrée le rendaient un peu apathique pour les amateurs de Lancia dont la réputation sportive n'était plus à faire. Ce n'est qu'en 1934 que la marque donne au modèle la dimension attendue avec un V8 de 3 litres et 82 chevaux à 4000 tr/min et 130 km/h en pointe.
C'est ainsi dotée que l'Astura devint la voiture préférée tant du Pape que du Duce dont le modèle a été carrossé par Pinin Farina.
En revanche les participations aux Mille Milles furent de véritable fiasco. L'Astura ne s'est distinguée que par sa fiabilité, tant et si bien qu'à la fin des années 30, le chassis de l'Astura servira de base à la production d'un véhicule blindé.

Posté par Zorglub34 à 11:20 - - Commentaires [0]
Tags :
25 septembre 2008

Maserati Bora

LamborghiniBora
(Retromobile, février 2006)

Défié par Lamborghini et la Miura en 1966, Maserati doit réagir. Ce n'est qu'en 1971 au Salon de Genève qu'apparait cette GT au moteur central arrière équipée d'un V8 de 4,7 litres. Dessinée par Giugiaro, elle porte le nom du vent du nord en Italie, l'équivalent de notre Mistral. Elle tranche par ses lignes arrondies et des angles saillants. Très basse (1,13 m seulement), l'aérodynamique a été la principal souci de sa création. Il en résulte une lunette arrière presque horizontale, des porte-à-faux très réduits, donnant une impression sauvage.
Sous le capot, le V8 de 4,7 litres placé derrière le conducteur délivre ses 310 chevaux à 6000 tr/min avec un couple de 47 mkg dès 4200 tr/min ! Autant dire que la puissance doit être maitrisée, surtout lorsqu'on atteint les 270 km/h. Les 4 freins à disque avec circuit hydraulique à haute pression proviennent directement de la collaboration de Maserati avec Citroën.
524 exemplaires ont été produits de 1971 à 1978, dont 235 exemplaires équipés du moteur 5 litres et 300 chevaux issu de la Ghibli pour le marché américain.


Fiche technique

MOTEUR
Cylindrée    4719 cm3
Nombre de cylindres    8 en V
Nombre de soupapes    16
Alimentation    4 carburateurs double corps Weber
Puissance    310 ch à 6000 tr/min
Couple maxi     460 Nm à partir de 4200 tr/min
Roues motrices    Propulsion
Boite de vitesse    A 5 rapports
Direction    A crémaillère
Freins avant    Disques Girling ventilés
Freins arrière    Disques Girling ventilés
Jantes    15 pouces
Pneumatiques    215/70 VR 15
Train avant    roues indépendantes par bras triangulés, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs télescopiques, barre antiroulis.
Train arrière    roues indépendantes par bras triangulés, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs télescopiques, barre antiroulis.
Longueur    433 cm
Largeur    177 cm
Hauteur    113 cm
Empattement    260 cm
Poids à vide/PTAC    1400 kg
Vitesse maximale    270 km/h

Posté par Zorglub34 à 10:20 - - Commentaires [0]
Tags :