12 juin 2010

Maruti Suzuki 800 (1984-2004)

SuzukiMaruttiAv

SuzukiMaruttiav2

SuzukiMarutiar1

SuzukiMarutiar
(Duclair, Seine-Maritime, mars 2009)

La Maruti Suzuki 800 est la voiture la plus vendue en Inde depuis sa sortie en 1984 jusqu'en 2004 ! Elle est de fait une Suzuki Alto rebadgée sous la marque "Maruti Suzuki" du nom de la joint-venture qui a permis l'implantation de la marque nippone en Inde. Elle a été fabriquée à plus de 2,5 millions d'exemplaires rien qu'en Inde et est aussi distribuée au Pakistan sous le nom Suzuki Mehran. Elle est également fabriquée en Asie du Sud-est, notamment au Sri Lanka ou au Bengladesh, mais aussi au Chili ou même au Maroc.

De conception simplissime, elle est réputée pour sa fiabilité et son petit budget. Avec un petit 4 cylindres de 798 cm3 et de 38 chevaux pour 650 kg, elle consomme moins de 5 litres au cent. Elle peut transporter quatre personnes dans un confort acceptable et jusqu'à 144 km/h en vitesse de pointe. Reconnue pour son espace intérieur en dépit de dimensions extérieures réduites, elle occupe en Inde la place qu'occupait la Mini Morris dans les années 60 ou 70 en Europe. Elle partage avec elle les jantes de 12 pouces de diamètre.

Elle est remplacée par la Maruti Alto en 2004 qui doit lutter contre la concurrence de la Tata Nano.

Posté par Zorglub34 à 16:44 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,

Zastava Yugo 45 (1980-1999)

ZastavaYugoav

ZastavaYugoAv2

ZastavaYugoprof

ZastavaYugoprof2

ZastavaYugoar1
(Duclair, Seine-Maritime, décembre 2007)

Zastava est la filiale serbe de Fiat. Le constructeur a d'abord été fabricant d'armes entre les deux guerres avant de se lancer dans les poids-lourds. Après des années de tergiversations dans les années 50, c'est Fiat et le gouvernement Yougoslave qui trouvent un accord. Zastava pourra construire sous licence Fiat certaines voitures de la gamme italienne, telles que la Fiat Campagnola, Fiat 1400 ou 1100.
En 1955 est lancée la Zastava Z600, copie de la Fiat 600 et durant près de 25 ans, les voitures Zastava seront des Fiat revues et corrigées pour le marché yougoslave.

En 1980, suite à une étude de marché, Zastava décide de commercialiser le futur modèle Z102 sous le nom Yugo. Si ce n'est pas à proprement parler une voiture directement construite d'après une licence Fiat, mais d'une voiture inédite qui était destinée à remplacer la Fiat 127. Cependant, elle avait été refusée par le directeur exécutif de Fiat à l'époque. Le projet est alors repris par Zastava qui produit sa première voiture inédite. Elle se base néanmoins sur la Fiat 127.
Elle a connu un grand succès du côté Est du monde, puisqu'il en fut fabriqué pas loin de 800 000 exemplaires. Equipée du moteur 945 cm3 de la Fiat 127 elle était économe et relativement sobre. En version cabriolet, la Yugo cabrio connut un succès mondial avec 145 000 modèles exportés pour l'essentiel aux Etats-Unis, un tour de force pour un produit des pays de l'Est. Elle a également reçu un moteur 1300 cm3 de 65 ch pour mieux répondre aux attentes du marché américain. Elle est alors distribuée en Europe sous l'appelation "Yougo 65A"/

La voiture est produite jusqu'en 1999, quand les bombardements détruisent l'usine serbe de Kragujevac. Le constructeur en profite pour revoir toute sa chaine de montage, et en 2000 apparait une nouvelle Yugo à la proue remaniée.

Posté par Zorglub34 à 10:11 - - Commentaires [2]
Tags : , , ,
10 juin 2010

Simca 1100 GL (3 portes) (1969-1971)

Simca11003pav

Simca11003par
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2008)

La Simca 1100 est disponible dès l'origine en plusieurs carrosserie : 3 ou 5 portes et break 3 ou 5 portes. La version 3 portes correspond moins aux attentes familiales de la clientèle.

La finition GL se situe juste au-dessus de l'entrée de gamme. Elle se distingue par ses joncs chromés autour du pare-brise et de la lunette arrière et sur la gouttière, ses baguettes latérales et ses jantes ajourées.

Elle dispose du moteur de 1118 cm3 de 60 chevaux qui, sans chemise, peut fonctionner à l'essence sans plomb.

L'implantation du moteur de 6 CV dans la finition LS provoquera la disparition de la GL en 1971 au profit de la GLS.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : transversal, avant
Puissance fiscale : 6 CV
Cylindrée : 1118 cm3
Alésage x course : 74 x 65 mm
Puissance maximale : 56 ch à 6000 tr/min
Couple maximale : 8,3 mkg à 3600 tr/min
Distribution : arbre à cames latéral
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur simple corps
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : barres de torsion
Suspension ar : barres de torsion
Longueur : 393 cm
Largeur : 159 cm
Hauteur : 146 cm
Freins av : disques
Freins ar : tambours
Poids : 890 kg
Vitesse maximale : 141 km/h

Posté par Zorglub34 à 13:27 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,
07 juin 2010

Renault 15 TL (1976-1979)

Renault15p2av

Renault_15p2Prof

Renault15p2ar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2008)

En 1976, la Renault 15 est modifiée en même temps que la Renault 17. Elle perd son pare-choc qui entoure entièrement la calandre et ceint le museau d'une bande chromée. Au contraire, la calandre redevient très classique et, entre la grille d'aération et les phares, apparaissent des montants couleur carrosserie. Les clignotants s'intègrent au pare-choc. Ainsi habillée la parenté avec la Renault 12 phase 2 est encore plus affirmée. A l'arrière les deux petits blocs de feux sont changés par une barre qui traverse la ligne arrière. Le catadioptre central n'a aucune utilité si ce n'est décorative.

A l'intérieur, une nouvelle planche de bord est inaugurée. Les sièges sont modifiés mais la finition TL ne reçoit pas cet équipement. De même la finition TL reçoit les jantes en tôle trois goujons que l'on trouve sur tous les modèles d'accès de gamme (Renault 4, Renault 5, Renault 6, Renault 12). Il faut au minimum passer à la Renault 15 GTL, nouvelle venue dans la gamme qui garde le moteur de la TL et reçoit en partie la finition de la TS pour bénéficier de ces nouveaux équipements. La TS disparaît et permet de mieux scinder le marché entre la 15 et la 17. Car la Renault 17 ne représente plus que 25 % des ventes des deux modèles depuis la crise. En effet, la Renault 15 TS offre le meilleur compromis prix/équipement/performances.

Mais c'est l'arrêt de la Renault 12, remplacée par la Renault 18 (ici en break) qui va sceller le sort des Renault 15 et 17. En 1979, l'usine de Maubeuge cesse la production, et c'est alors la Fuego qui prend le relai.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 7 CV
Cylindrée : 1289 cm3
Alésage X course : 73 x 77 mm
Taux de compression : 9,5:1
Puissance maximale : 60 ch à 5500 tr/min
Couple maximal : 9,3 mkg à 3500 tr/min

Distribution : arbre à cames latéral, soupapes en tête
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur double corps
Type de transmission : traction

Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : roues indépendantes, parallélogramme déformable, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : essieu rigide, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 426 cm
Largeur : 163 cm
Hauteur : 131 cm
Pneus av : 145 SR 13
Pneus ar : 145 SR 13
Freins av : disques
Freins ar : tambours

Vitesse maximale : 153 km/h
400 m D.A. : 19 s
1000 m D.A. : 35,8 s
Capacité du réservoir : 55 litres
Poids : 930 kg

Posté par Zorglub34 à 12:00 - - Commentaires [0]
Tags : , , , , ,
28 mai 2010

Citroën CX 25 IE Pallas automatique (1983-1985)

CitroenCx25IEpallasav

CitroenCX25IEPallasav2

CitroenCX25IEPallasar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2008)

A la suite des CX Reflex, Athena, Super et Confort, Citroën décide de modifier sa nomenclature en 1983. Les voitures sont plus prosaïquement appelées "CX 20", "CX 20 RE", "CX 20 TRE" et le Diesel "CX 25 D". Détail qui distingue ces modèles, la grille de calandre change d'inclinaison et suit désormais la pente du capot. Les écopes sur le côté intérieur des phares disparaissent. Le montant de vitre de custode est noir. Un rebord relevé souligne l'aile avant au niveau du passage de roue.

En 1983, un moteur 2500 cm3 essence à injection est mis sur le marché en remplacement de la CX 2400 dont le moteur de 128 chevaux provenait de celui de la DS 23 IE. Avec 138 chevaux, le nouveau moteur est partagé par la nouvelle CX 25 GTI, la CX Prestige, et une nouvelle intermédiaire : la CX 25 IE Pallas. Ce nouveau moteur devient le second plus gros quatre cylindre du marché derrière le 3 litres de la Porsche 944 (sans compter les moteurs japonais non importés en Europe). Il est très coupleux, souple. Il atteint très volontiers le régime maximal de 5000 tr/min et permet à la voiture d'atteindre la vitesse de 200 km/h. Pour autant, il peine en terme de prestige à côté du V6 qui équipe la nouvelle Renault 25 alors qu'il se montre de performances comparables et bien plus sobre. Une rivalité s'installe et Citroën, toujours limitée par les dimensions de l'emplacement moteur, équipe le moteur de 2500 cm3 d'un Turbo, portant la puissance à 168 chevaux. La CX atteint la vitesse maximale de 220 km/h au prix d'une consommation ahurissante. Pourtant, les ventes continuent encore à baisser.

En 1985, Citroën lance la CX série 2 qui permettra de relancer brièvement la carrière de la CX en attendant la remplaçante : l'XM.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 13 CV
Cylindrée : 2500 cm3
Alésage x course : 93 x 92 mm
Taux de compression : 8,8:1
Puissance maximale : 138 ch à 5000 tr/min
Couple maximal : 21,5 mkg à 4000 tr/min
Distribution : arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : injection électronique
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère, assistée (DIRAVI)
Suspensions av : hydraulique
Suspensions ar : hydraulique
Freins av : disques ventilés, assistés
Freins ar : disques, assistés
Pneus av : 195/70 R 14
Pneus ar : 195/70 R 14
Longueur : 465 cm
Largeur : 177 cm
Hauteur : 136 cm
Volume du coffre : 507 litres
Poids : 1370 kg
Vitesse maximale : 201 km/h
0 à 100 km/h : 9,7 s
400 m D.A. : 17 s
1000 m D.A. : 31,7 s
Capacité du réservoir : 68 litres


22 mai 2010

Lancia Beta Spyder 1600 (1974-1982)

LanciaBetaSpiderav

LanciaBetaSpiderar

LanciaBetaSpiderar1

LanciaBetaSpiderint
(Auto-Moto-Retro, Le Grand Quevilly, Seine-Maritime, septembre 2008)

Le coupé dérivé de la Lancia Beta n'a qu'un lointain air de ressemblance avec la berline. Il n'en reprend que les parties mécaniques (moteur, boite). Sur la ligne la voiture est plutôt héritière de la Lancia Fulvia Coupé avec ses trois volumes. Pour une fois un coupé 2+2 a un volume à bagages rivalisant avec celui d'une familiale.

La voiture est déclinée en coupé et en spider (intitulé "Spyder") qui n'est prédenté qu'en 1974. De fait, comme une Targa, le toit se détache, et le panneau arrière est en toile souple. Une fois découverte, il reste tout de même un imposant montant qui fait office d'arceau de sécurité, et l'encadrement des portières... Cette solution intermédiaire a été la conséquence directe d'un rapport américain sur la sécurité automobile montrant que l'absence d'arveau de sécurité était fatale en cas de retournement. C'est ainsi que la constructeurs américains ont commencé à retirer leurs cabriolets peu à peu, jusqu'à disparaître totalement, certains qu'ils étaient que le rapports aurait des conséquences législatives rapides. C'est ainsi que sont imaginées des configurations intermédiaires avec un toit amovible et un arceau central rigide ce qui donnera naissance à la Fiat X1/9 ou la Porsche 914, par exemple. Cette configuration n'aura pas un immense succès et ces voitures sont assez rares. Si le dessin est bien de Pininfarina, la production est attribuée à Zagato. La voiture est même commercialisée aux USA sous le nom de Lancia Beta Zagato.

Ce modèle est de la première série, avec sa calandre en nid d'abeille, un pare-choc arrière à décrochement pour loger une plaque carrée, une instrumentation spécifique qui sera remodelée dans les séries suivantes. En revanche, les feux arrières sont propres à la Spyder et resteront inchangés jusqu'à la fin de sa carrière. Du fait de la forme de la voiture, la porte du coffre est plus grande que sur le coupé.

Le moteur est dérivé de celui de la Fiat 125 et n'est pas dépourvu de noblesse étant donné qu'il est élaboré par Aurelio Lempredi, un ancien de chez Ferrari. Avec un double arbre à cames en têtes à courroies crantées, des soupapes inclinées à 65° et chambres de combustion hémisphériques, la technologie est à la pointe. Grâce à un carburateur adapté, le "petit" 1600 délivre la puissance de 108 chevaux ! Il est disponible également en 1800 et dès 1975, le spider troque le 1800 contre un 2 litres.

Le spider sera produit jusqu'en 1982, tandis que le coupé sera maintenu jusqu'en 1984. Bien d'autres déclinaisons seront élaborées à partir du coupé, comme la Beta HPE, la Monte Carlo. Ce spider reste le dernier cabriolet chez Lancia. Au total, un peu de moins de 10 000 exemplaires ont été fabriqués.

01 mai 2010

Renault 12 TS (1972-1975)

Renault12TSp1av2

Renault12tsp1prof

Renault12tsp1ar2
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2008)

En 1972, alors que le succès de la Renault 12 TL est grandissant, Renault insère dans sa gamme une nouvelle version plus sportive venant occuper le créneau créé par la Renault 8 S. Le bloc d'origine est conservé mais il lui est attribué un carburateur double corps qui porte la puissance à 60 chevaux. La voiture atteint alors la vitesse maximale de 150 km/h.

Peu de choses distinguent extérieurement la TS de la TL, à part les jantes Gordini et joncs chromés qui jalonnent le flanc de la voiture. Des feux longue-portée sont sur le pare-choc en 1972 puis ils sont intégrés au bloc optique principal dès l'année suivante dans un système de réflecteurs qu'on nomme "phare kongourou". A l'intérieur, les sièges sont "intégraux", avec un appuie-tête ajouré à partir de 1975 hérité de la Renault 5 TS. On n'est pas encore dans le siège baquet mais ça s'en rapproche. En perdant leur accoudoir les passagers gagnent une console centrale. Le frein à main migre entre les deux sièges. Le tableau de bord reçoit des équipements supplémentaires comme le compte-tour, un thermomètre pour le liquide de refroidissement.

Cette version connaître un grand succès pour toute une clientèle qui hésitait à franchir le pas en achetant une Renault 16, plus cossue. Son prix, sa polyvalence, ses performances aideront la Renault 12 à être la voiture la plus vendue en France mais aussi à être la voiture française la plus vendue à l'étranger, devant la Citroën GS, la Peugeot 204 ou la Simca 1100. Restylée en 1975, elle sera produite jusqu'en 1980 et remplacée par la Renault 18.

Fiche technique :

Type du moteur    4 cylindres en ligne
Energie     Essence
Disposition    Longitudinal avant
Alimentation     Carburateur double corps
Distribution     Arbre à cames latéral
Nombre de soupapes     2 par cylindre
Alésage X Course     73 x 77 mm
Cylindrée     1289 cm3
Compression     9,5 : 1
Puissance     60 ch à 5500 tr/mn
Couple     10 mkg à 3500 tr/mn
Boite de vitesse     4 rapports
Puissance fiscale    7 CV
Type    Traction
Antipatinage    Non
ESP    Non
Direction    Crémaillère
Suspensions Av    Parallélogramme déformable
Suspensions Ar    Essieu rigide, ressorts
Freins avant    Disques
Freins arrière    Tambours
ABS    Non
PneuAv    145 x 330
PneuAr    145 x 330
Longueur    434 cm
Largeur    163 cm
Hauteur    143 cm
Poids    900 kg
Vitesse max    150 km/h
0 à 100 km/h    16,5 s
400 mètres DA    20 s
1000 mètres DA    37,2 s
Réservoir    50 litres

Posté par Zorglub34 à 09:56 - - Commentaires [3]
Tags : , , ,
24 avril 2010

Citroën Ami 6 Break (1964-1969)

Citro_nAmi6bkav

CitroenAmi6bkar
(Auto-Moto-Retro, Le Grand Quevilly, Seine-Maritime, septembre 2008)

L'une des curiosités de l'Ami 6 break est d'avoir été plus vendue que la berline. A partir de 1964, le break propose une ligne plus conventionnelle, apaisant les critiques qui concernaient la lunette arrière de l'Ami 6. L'Ami 6 break, en plus de l'avantage esthétique, propose un bien plus grand volume pour les bagages et 320 kg de charge utile. La banquette n'est pas rabattable, mais déjà la capacité de chargement fait la différence. L'Ami 6, grâce au break, est alors la voiture la plus vendue en France en 1966 !

Elle sera emplacée par l'Ami 8 en 1969, et le break aura également beaucoup de succès.

15 avril 2010

Renault 17 TS (1976-1979)

Renault17_TS_3

Renault17_TS_1

Renault17_TS_2
(Cognac, avril 2002)

Renault17TSav

Renault17TSar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2008)

En 1976, les Renault 15 et 17 reçoivent leur unique restylage. La phase II se reconnait par sa calandre et ses feux arrières. Le dessin de la calandre est rectangulaire. On distingue des éléments de carrosserie entre les blocs optiques et la grille de calandre, tandis que celle de la phase I est d'un seul tenant. Le pare-choc ne fait plus tout le tour du museau, et n'est plus cerclé de chrome. A l'arrière, une barre de feux traverse toute la ligne de feux et relève le seuil de chargement. Les nouveaux feux permettent d'intégrer les feux arrières de brouillard. En ce qui concerne l'élément central, il ne sert que d'ornement. Un béquet relève la ligne. A l'intérieur, la planche de bord est complètement revue et de nouveaux sièges baquets sont installés.

Le moteur n'est plus celui de la Renault 12 Gordini, mais est dérivé de la Renault 16 TX auquel a été ajoutée une injection électronique. La Renault 17 TS atteint alors 185 km/h.

En 1979, la production est arrêtée, et la voiture est remplacée en 1980 par la Renault Fuego.

Fiche technique :

Type du moteur   4 cylindres en ligne
Energie   Essence
Disposition   Longitudinal avant
Alimentation   Injection électronique
Distribution   Arbre à cames latéral
Nombre de soupapes   2 par cylindre
Alésage & Course   79 x 84 mm
Cylindrée   1647 cm3
Compression   9,3 : 1
Puissance   98 chevaux à 5750 tr/min
Couple   13,5 mkg à 3500 tr/min
Boite de vitesse   5 rapports
Type   Traction
Direction   Crémaillère, assistée
Suspensions Av   Parallélogramme déformable
Suspensions Ar   Essieu rigide
Freins avant   Disques ventilés
Freins arrière   Tambours
PneuAv   155 SR 13
PneuAr   155 SR 13
Longueur   426 cm
Largeur   163 cm
Hauteur   131 cm
Poids   1040 kg
Vitesse max   185 km/h
400 m D.A. : 18,6 s
1000  D.A. : 34,6 s

 

Posté par Zorglub34 à 18:37 - - Commentaires [4]
Tags : , , , , ,
14 avril 2010

Citroën Ami 8 (1969-1978)

CitroenAmi8av

CitroenAmi8ar
(Auto-Moto-Retro, Le Grand Quevilly, Seine-Maritime, septembre 2008)

En 1969, Citroën remplace l'Ami 6 par l'Ami 8. De fait, ce n'est pas un nouveau modèle mais un restylage profond, la principale modification portant sur la ligne arrière. Robert Opron, directeur du style chez Citroën, auteur des GS, SM, et CX, se charge de modifier cette lunette arrière en "Z" tant décriée. Il modifie la ligne de toit, les montants arrières et parvient à transformer la voiture en une berline à la ligne plus conventionnelle, sans dire classique, puisque l'arrière type fastback n'est que très rare à l'époque (seule la Renault 16 et la Simca 1100 en bénéficient en 1969). Pour autant, la voiture ne bénéficie toujours pas d'un hayon.

Pour le moteur rien n'a changé, c'est toujours le moteur de 2 CV porté à 602 cm3 qui officie. La boite aussi est la nouvelle boite 4 rapports installée dans l'Ami 6 en 1967. Cependant les rapports ont été corrigés et les performances s'améliorent au point que Citroën installe des freins à disque à l'avant. Ces freins ont la particularité d'être installés en sortie de boite sur l'arbre de transmission. La suspensions à batteurs à inertie est remplacée par de vrais amortisseurs et une barre anti-roulis.

Ce renouveau n'empêche pas les ventes de décliner. Des 169 000 exemplaires d'Ami 6 vendus en 1967, les 100 000 unités ne sont pas atteintes en 1974. Le besoin de renouveau se fait vite sentir. Citroën propose l'Ami Super en 1973 (Ami 8 avec moteur de GS) pour revigorer la voiture qui se montre très à son avantage ainsi équipée. Mais les ventes continuent de s'effondrer, seules les ventes du break semblent stables.

Entre temps Citroën a été racheté par Peugeot. Pour succéder à l'Ami 8, il faudra deux modèles, la Citroën LN (sur base de 104 coupé) en 1976 et la Citroën Visa (sur base de 104) en 1978. La berline est arrêtée en juillet 1978 et le break en septembre après 750 000 unités produites (hors Ami Super).

Fiche technique :

Type du moteur    2 cylindres à plat
Energie     Essence
Disposition    Longitudinal avant
Alimentation     Carburateur double corps
Distribution     Arbre à cames central
Nombre de soupapes     2 par cylindre
Alésage & Course     74 x 70 mm
Cylindrée     602 cm3
Compression     9 : 1
Puissance     35 chevaux à 5750 tr/min
Couple     4,2 mkg à 4000 tr/min
Boite de vitesse     4 rapports
Puissance fiscale    3 CV
Type    Traction
Antipatinage    Non
ESP    Non
Direction    Crémaillère
Suspensions Av    Ressort hélicoïdaux
Suspensions Ar    Batteurs à inertie
Freins avant    Disques
Freins arrière    Tambours
ABS    Non
PneuAv    125 x 15''
PneuAr    125 x 15''
Longueur    399 cm
Largeur    149 cm
Hauteur    149 cm
Poids    725 kg
Vitesse max    123 km/h
Réservoir 32 litres