24 août 2014

Renault 12 Gordini (1970-1974)

Renault12Gordiniav

Renault12Gordiniav1

Renault12Gordiniar1

Renault12Gordiniar
(Réunion du Club Renault, La Bouille, Seine-Maritime, mai 2012)

Renault12Gordiniav

Renault12Gordiniprof

Renault12Gordiniar

Renault12Gordiniint
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2009)

Difficile héritage que de succéder à la Renault 8 Gordini et son tempérament joueur. Entre la Renault 8 et la Renault 12, Renault est passé du "tout-à-l'arrière" au "tout-à-l'avant". Et en dépit de ses aptitudes et d'une motorisation sérieuse, la "12" Gordini n'a pas su séduire autant que sa devancière.

Pourtant Renault avait bien préparé les choses en conviant tous les possésseurs de "8" Gordini sur le Circuit du Castellet en présence du "Sorcier" lui-même, Amédée Gordini. Un quart des propriétaires se sont déplacés ce 18 juillet 1970 à l'occasion du "Jour G". Les amateurs de glisse et de "conduite en regardant par les vitres latérales" en sont pour leurs frais, la petite nouvelle sera une traction. Il faut réapprendre la glisse, et dompter le train avant qui, en dépit de longues études sur ce point, peine à transmettre la puissance au sol, surtout en sortie de virage. Les voitures sont présentées sous le principal coloris, le bleu Gordini. Mais 11 autres coloris sont disponibles. Les bandes blanches sont aposées sur toutes les versions. Le pare-choc est supprimé à l'avant et ainsi que ses parties extérieures pour l'arrière. Des feux longue-portée sont installés sous la calandre. Le réservoir classique est remplacé par un immense réservoir de 89 litres dont le remplissage ne se fait pas à côté de la plaque d'immatriculation comme sur le Renault 12 ordinaire, mais par un orifice installé sur l'aile arrière gauche. A l'intérieur, l'équipement est celui de la TL, avec une batterie de cadrans supplémentaires et un volant spécifique à trois branches ajourées. Ce n'est qu'en 1972 qu'elle recevra l'intérieur de la 12 TS et ses sièges intégraux. Les 126 premiers exemplaires reçoivent un équipement plus sommaire, car ils sont tous destinés à fournir la prochaine "Coupe Gordini" où elles remplaceront les Renault 8.

Pour la partie mécanique, Renault, avec l'aide du Sorcier, n'a pas fait dans le détail. C'est sur la base du moteur de la Renault 16 TS que le Sorcier va travailler. Modification du vilebrequin, de l'admission, de l'arbre à cames, installation de deux carburateurs double corps Weber, le résultat est parlant. La voiture rend 125 chevaux SAE, soit 113 chevaux DIN, servis par une boite cinq rapports. Avec à peine 1000 kg sur la balance, les performances sont très bonnes. De 0 à 100 en 9,5 secondes, 400 m atteints en 17,8 secondes, 1000 m franchis en 32,8 secondes, vitesse de pointe de 185 km/h, la voiture est une vraie sportive. D'ailleurs Renault ne s'y est pas trompé en installant quatre freins à disque, ventilés à l'avant pour la première fois en France. De fait la "12 Gordini" n'avait pas tellement de défauts, si ce n'est sa consommation gargantuesque, avec pas moins de 15 litres au cent en conduite ordinaire et facilement plus de 20 litres en conduite sportive, la faute aux deux double corps. En 1971, Gordini proposera un kit additionnel (kit 807 G) permettant de faire passer la puissance à 160 chevaux !

Sur la piste, le voiture est très efficace. Et finalement, s'il faut réapprendre les codes de la glisse, le résultat relègue la "8" à quelques encablures. Mais maîtriser la "12" demande du sang-froid, car pour la faire glisser du train arrière, il faut aller vite, très vite, et avoir donc le coeur bien accroché et le coup de volant sûr. En revanche, avec une conduite plus classique elle se montrait très sûre et facile à contrôler. Est-ce pour cette raison que la succession ne s'est pas faite ? La première année, 2225 voitures sont vendues, mais les chiffres baissent irrémédiablement. Les améliorations de 1972 n'y changent rien (rajout de pare-chocs et modifications techniques). La "12 Gordini" prend sa retraite en 1974 et avec elle s'éteint la flamme du "Sorcier". En effet, les suivantes, qu'elles s'appelent "17 Gordini", ou comme aujourd'hui "Twingo Gordini", ne sont que des présentations de modèles de série (17 TS pour la 17 Gordini) et non des voitures conçues pour être de vraies sportives.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal avant
Puissance fiscale : 9 CV
Cylindrée : 1565 cm3
Alésage x course : 77 x 84 mm
Taux de compression : 10,25:1
Vilebrequin : 5 paliers
Puissance maximale : 125 ch SAE (113 ch DIN) à 6250 tr/min
Couple maximal : 14,3 mkg à 4500 tr/min

Distribution : arbre à cames latéral
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : 2 carburateurs double corps Weber
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : parallélogramme déformable, barre stabilisatrice, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : essieu rigide, barre stabilisatrice, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 430 cm
Largeur : 161,3 cm
Hauteur : 139,7 cm
Empattement : 244,1 cm
Voie av : 134 cm
Voie ar : 133,5 cm

Pneus av : 155 x 330
Pneus ar : 155 x 330
Freins av : disques ventilés
Freins ar : disques

Vitesse maximale : 185 km/h
0 à 100 km/h : 9,5 s
400 m.D.A. : 17,8 s
1000 m.D.A. : 32,8 s
Capacité du réservoir : 89 litres
Consommation moyenne : 15 l/100km
Consommation moyenne en conduite sportive : 20 l/100km
Poids : 980 kg

Posté par Zorglub34 à 10:18 - - Commentaires [2]
Tags : , , , ,

13 août 2014

Renault 4 Super (1962-1963)

Renault4Superav

Renault4Superav1

Renault4Superar1

Renault4Superar
(Réunion du Club Renault, La Bouille, Seine-Maritime, mai 2012)

Après la sortie de la Renault 4L en 1961, déclinée également en Renault 3, Renault présente en mars 1962 une variante du nouveau fleuron de la marque : la Renault 4 Super qui se distingue par un acastillage particulier.

Elle équipée de pare-chocs à double barre chromée, d'un jonc chromé le long de la carrosserie, d'un arceau chromé entourant la plaque d'immatriculation et d'inserts toujours chromés sur les feux arrières. En outre, elle possède un inédit hayon arrière à ouverture inversée (du haut vers le bas) et dont la glace se rétracte dans le panneau pour diminuer le porte-à-faux au chargement. Le pare-choc est, de fait, lui aussi mobile, pour permettre au hayon de se baisser en s'y appuyant sur les deux patins noirs que l'on distingue sur les bords. Elle se reconnaît également à ses enjoliveurs "tripodes", et ses vitres de custode à entrebaillement alors que les vitres arrière sont fixes.

Jusqu'en septembre 1962, elle profite du moteur 747 cm3 de 32 chevaux (type R1122), ce qui la maintient dans la catégorie des 4 CV. Ce moteur est remplacé par celui de la Dauphine, 845 cm3 et toujours de 32 chevaux (type R1124) mais plus souple en raison d'un couple plus important. Elle grimpe alors dans la catégorie des 5 CV. Au passage la Renault 3, trop minimaliste, est définitivement stoppée.

Pour le millésime 1963 (donc en septembre 1962), la 4 Super adopte également des pare-chocs classiques, chromés comme de bien entendu et en perdant l'arceau autour de la plaque arrière. La banquette arrière est rabattable et les sièges avant sont séparés, montés sur glissière pour s'adapter aux jambes des passagers ! Le cerclage des feux arrière disparaît, les enjoliveurs deviennent lisses. Notre modèle est assurément un millésime 1962.

Pour les deux millésimes, la "Super" se voulait aussi "Super confortable". L'accent était mis sur une sellerie rembourée en remplacement des sièges en tissus suspendu. Toutefois ces tissus se sont montrés fragile dans le temps et rares sont les exemplaires où il est resté en bon état de conservation.

Originale, mais finalement peu pratique avec son hayon inversé qui oblige à casser le dos pour charger des objets volumineux, chère en raison de ses 5 CV, la Renault 4 Super n'a connu qu'un succès limité. Elle a été produite 7 216 exemplaires pour le millésime 1962 (type R1122) et à 26 561 exemplaires pour le millésime 1963 (type R1123). Elle est remplacée par la 4L Super Export moins exubérante.

Fiche technique :

Type du moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal avant
Puissance fiscale : 5 CV
Cylindrée  : 845 cm3
Alésage x course : 58 x 80 mm
Puissance maximale : 32 ch (SAE) à 4800 tr/min
Couple  maximal : 5,9 mkg à 2300 tr/min
Taux de compression : 8:1
Distribution : arbre à cames latéral
Nombre de soupapes : 8

Alimentation : carburateur simple corps
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 3 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : roues indépendantes, barres de torsion
Suspension ar : roues indépendantes, bras tirés
Longueur : 367 cm
Largeur : 149 cm
Hauteur : 155 cm
Voie av : 124,6 cm
Voie ar : 124,4 cm
Pneus av : 135 R 13
Pneus ar : 135 R 13
Freins av : tambours (200 mm)
Freins ar : tambours (160 mm)

Vitesse maximale : 115 km/h
Poids : 590 kg

Posté par Zorglub34 à 13:26 - - Commentaires [2]
Tags : , , , ,
14 juillet 2014

Volkswagen Santana CX (1983-1985)

VolkswagenSantanaav

VolkswagenSantanaav1

VolkswagenSantanapf

VolkswagenSantanaar1
(Le Trait, Seine-Maritime, mars 2012)

Il faut remonter à la Volkswagen K70 pour comprendre l'histoire de la Santana. La K70 était une auto robuste conçue par NSU mais qui n'a pas pu voir le jour en raison du rachat par Volkswagen en 1969 et sa fusion avec Audi. Cherchant une remplaçante à la 411, Volkswagen trouve dans les cartons de NSU une voiture moderne, tricorps, traction avant, cinq places. Il n'y a plus qu'à coller le badge VW sur le capot et la production est lancée. Seulement, la K70 est un échec. La greffe de NSU à VW n'a pas pris, la clientèle n'étant pas préparée à une transformation aussi rapide de Volkswagen du "tout-à-l'arrière" au "tout-à-l'avant". De plus, la voiture est en concurrence interne avec l'Audi 100 à peine plus chère, mais déjà auréolée de la réputation de sérieux de la nouvelle marque aux anneaux.

Afin d'effacer cet échec des mémoires, Volkswagen se lance dans la conception de la Passat, basée sur l'Audi 80. Si elle conserve l'architecture "tout à l'avant", elle adopte une carrosserie cinq portes (ou fastback) avec hayon, très en vogue à l'époque comme en témoigne le succès de la Renault 16, ou celui de la Renault 20 voire des Citroën GS et CX. Et la première Passat est un succès, mieux positionnée que la K70, sans concurrence interne. A l'heure où la première génération de la Passat doit être remplacée, on s'aperçoit alors que le marché de la berline trois volumes est complètement délaissé au profit d'Audi ou de la Renault 18, alors que les marchés d'Europe du Sud raffolent de ces carrosseries. Or les deux marques ne visent pas les mêmes cibles commerciales et Volkswagen choisit donc de réintroduire une voiture trois volumes dans le segment de la familiale populaire. Pour la démarquer de la Passat et ne pas créer de confusion, elle est appelée Santana, un vent californien de Santa-Ana, tout comme les Jetta et Derby ont des noms distincts de la Golf et de la Polo. De même, la calandre est modifiée afin de distinguer les deux voitures lorsqu'on les croise.

D'un point de vue commercial, la Santana se veut, à l'origine, un peu plus haut en gamme que la Passat, intercalée entre l'Audi 80 et l'Audi 100. Elle profite de finitions plus soignées (CL ou GL en 1981 devenues LX et GX en août 1982). Il faut attendre 1983 pour que la finition CX (notre modèle) positionne la Santana en voiture plus populaire et soit accessible au plus grand nombre. A nouveau, Volkswagen réitérait l'erreur de la K70.

Pour les moteurs, la Santana bénéficie des mêmes que ceux de la Passat, du 4 cylindres de 1.3 (60 ch) à 1.8 litres (80 ch) au 5 cylindres Audi (115 ch) en passant par les 1.6 Diesel atmosphérique (54 ch) ou turbo compressé (70 ch). Tout comme la Passat encore, elle profite de la version "Formel E", avec boite cinq rapports dont le dernier est surmultiplié pour favoriser les économies de carburant (et accessoirement baisser la puissance fiscale en France). Cette "Formel E" profite d'un des ancêtres des systèmes Start&Stop.

A partir de 1986, la Santana perd son nom en Europe (sauf en Espagne) et réintègre la gamme Passat. Sa victoire est que la troisième génération de Passat née en 1988 ne connaîtra pas de version deux volumes. A son actif également, un production brésilienne sous le nom "Quantum" jusqu'en 2006, au Mexique avec la "Corsar" jusqu'en 1988, et surtout en Chine jusqu'en 2013 !! En définitive, c'est près de 3 millions de Santana qui ont été fabriquées à travers le monde. Peut-on parler alors d'échec ?

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : NC
Cylindrée : 1296 cm3
Alésage x course : 75,1 x 73,4 mm
Taux de compression : 9:1
Vilebrequin : 5 paliers
Puissance maximale : 60 ch à 5600 tr/min
Couple maximal : 10,2 mkg à 3500 tr/min
Distribution : arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère
Diamètre de braquage : 10,8 m
Suspension av : roues indépendantes type McPherson, triangles inférieur, barre antiroulis, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : roues indépendantes, bras tirés, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 454 cm
Largeur : 169,4 cm
Hauteur : 140,1 cm
Empattement : 254,9 cm
Voie av : 141,6 cm
Voie ar : 142,1 cm
Pneus av : 165 SR 13
Pneus ar : 165 SR 13
Freins av : disques (239 mm)
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 148 km/h
Capacité du réservoir : 60 litres
Poids : 966 kg

Posté par Zorglub34 à 14:24 - - Commentaires [0]
Tags : , ,
04 juillet 2014

Citroën Dyane 6 (1968-1983)

CitroenDyane6av

CitroenDyane6prof

CitroenDyane6ar1

CitroenDyane6ar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2011)

CitroenDyane6av

CitroenDyane6av1

CitroenDyane6ar1

CitroenDyane6ar
(Rétro-Mobile 2012, Pont de l'Arche, Eure, mars 2012)

La genèse de la Dyane est assez mal connue, mais un certain nombre d'éléments permettent de retracer l'histoire. Depuis 1961, la 2 CV est malmenée par l'apparition de la Renault 4, plus moderne. Il faut dire que la Régie a soigneusement étudié la 2 CV avant de se lancer dans le projet et en a retiré les principaux atouts. En définitive, la Renault 4 est tout aussi polyvalente voire plus grâce à son hayon arrière, à peine plus chère, et plus performante.

Chez Citroën, le constat est fait qu'il existe toujours un grand trou entre la DS et la 2 CV. Cependant, les équipes des bureaux de style dirigés par Robert Opron sont attelés à la création de la GS ou de la SM ou encore au restylage de la DS et de l'Ami 6. C'est ainsi que le projet est confié à Louis Bionier, directeur du style chez Panhard. Il est chargé de concevoir une voiture intermédiaire entre la 2 CV et l'Ami 6, dotée d'un hayon, qui puisse être construite sur la même ligne que la 2CV, tout en reprenant bon nombre de pièces et en conservant la puissance fiscale de 2 CV.

Une fois son travail achevé, le travail de Bionier ne convainc pas totalement la direction de Citroën et le projet est repris en interne jusqu'à parvenir à la voiture que nous connaissons aujourd'hui. Les esquisses laissées par Bionier montrent déjà des traits que l'on retrouvera plus tard dans l'Ami 8. Citroën confie l'achèvement à Jacques Charreton. Il reprend la calandre, achève le dessin des poignées de porte, du tableau de bord et du volant, et du hayon. Pour des questions de rigidité, les portes en creux sont adoptées. Pour le nom, il est fait appel aux nombreux noms déposés par Panhard autour du mot "Dyna" (Dynavia, Dynamic etc.) et Dyane est retenu.

La Dyane sort le 29 août 1967 avec le moteur 2 cylindres 425 cm3 de la 2 CV avec un taux de compression augmenté, ce qui lui vaut 21 ch. Avec une boite un peu plus courte, la Dyane est un peu plus "nerveuse" (tout est relatif). On retrouve les dimensions de la 2 CV, plateforme oblige, les banquettes également. Elle se distingue toutefois par ses vitres descedantes quand celles de la 2 CV se replient vers le haut. La 2 CV restant au catalogue, les ventes de la Dyane peinent à décoller.

Aussi en janvier 1968 apparaît la Dyane 6, avec le moteur 602 cm3 de l'Ami 6. Elle grimpe dans la catégorie des 3 CV mais en définitive, celà permet de mieux l'intercaler dans la gamme. Pendant le mois de janvier 1968 les Dyane 6 se distinguent par le sigle D6 sur la malle puis par l'inscription Dyane 6 à partir de février de la même année. Le mois suivant le moteur de la Dyane est revu et la mention "Dyane 4" fait son apparition sur le hayon. En septembre, le moteur de la Dyane 6 est également modifié et sa puissance grimpe de 28 à 33 ch. Face au succès de la Dyane 6, la version "Luxe" Dyane 4 est supprimée du catalogue en janvier 1969. En septembre 1969, elle gagne une vitre de custode.

Des nombreuses évolutions sont apportées chaque année (volant, inscriptions, calandre, pare-chocs, etc). La Dyane 4 est définitivement condamnée en 1975. En 1978, alors que la 2CV AZU est supprimée, elle est remplacée par la version utilitaire de la Dyane, nommée Acadiane.

Avec très peu de retouches esthétiques au cours de sa carrière, la Dyane 6 reste au catalogue jusqu'en juin 1983 ! Produite à 1 443 583 exemplaires, elle a une carrière mitigée : certes le chiffre est bon, mais il aurait pu être bien meilleur sans la concurrence de la 2CV et en particulier de la 2CV 6 qui a le même moteur ! Elle a pour descendantes la LNA et la Visa II.

Pour en savoir plus :
- le Dyane Club de France
- la page de la Dyane sur le site citroen2cv.fr

Fiche technique :

Moteur : 2 cylindres à plat, refroidi par air, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 3 CV
Cylindrée : 602 cm3
Alésage x course : 74 x 70 mm
Taux de compression : 9:1
Puissance maximale : 33 ch à 5750 tr/min
Couple maximal :  4,3 mkg à 3500 tr/min
Distribution : arbre à cames central
Nombre de soupapes : 4
Alimentation : carburateur inversé
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : batteurs à inertie, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : batteurs à inertie, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 393 cm
Largeur : 150 cm
Hauteur : 155,6 cm
Empattement : 240 cm
Pneus av : 125 x 380
Pneus ar : 125 x 380
Freins av : tambours
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 120 km/h
Poids : 600 kg

30 juin 2014

Renault Rodeo 5 (1981-1986)

RenaultRodeo5av

RenaultRodeo5prof

RenaultRodeo5ar

RenaultRodeo5int
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2011)

RenaultRodeo5av

RenaultRodeo5av1

RenaultRodeo5ar1
(Rétro-Mobile 2012, Pont de l'Arche, Eure, mars 2012)

Depuis 1978, ACL a changé de nom et porte le nom de son patron, Teilhol. Les ventes des Rodeo 4 et Rodeo 6 s'émoussent et les finances d'ACL, devenue Teilhol, qui fabrique les deux modèles s'érodent. Mais Raoul Teilhol n'est pas homme à se laisser abattre. Il envisage de renouveler le concept, mais dans des proportions plus compactes.

Toujours sur la base d'une plateforme de Renault 4, il réalise une nouvelle carrosserie plus facile à produire. De fait il ne conserve que la semelle et aménage une structure tubulaire de gros diamètre sur laquelle les éléments de carrosserie sont fixés. La suspension et les trains roulants sont directement repris de la Renault. La carrosserie, en polyester et polyuréthane, est teintée dans la masse. Le coloris est unique : orange en 1982, tilleul en 1983, ocre en 1984 et ivoire en 1985. Deux versions existent, soit "4 saisons", avec des portes et des vitres (modèle tilleul), soit "Plein air" qui est entièrement découvrable, jusqu'à la lunette arrière (modèle orange). Les portes sont amovibles également et peuvent être remplacées par des chaînes de sécurité. A bord on retrouve bon nombre d'éléments de Renault : levier de vitesses trombonne à coulisse de Renault 4, tableau de bord de Renault 4 GTL, volant de Renault 5, etc. Le système d'ouverture de la porte ressemble de très près à celui du Range Rover, tout comme le tablier arrière qui s'ouvre vers le bas.

Le moteur 1108 cm3 de Renault fait son retour sous le capot, ce qui la ramène dans la catégorie des 6 CV. Ses 34 chevaux permettent d'emmener les 720 kg en souplesse. Avec un plancher plat, elle s'autorise 400 kg de charge utile. Compacte, elle sait aussi bien se faufiler en ville ou sortir des roues goudronnées. Rudimentaire, elle rend bien des services et on la retrouve bien souvent chez des agriculteurs.

En 1984, une série spéciale "Hoggar" tente de poursuivre la Mehari qui a gagné une manche avec sa version 4X4. Pour autant, les ventes de la Renault Rodeo 5 restent décevantes. Après 60 000 voitures produites depuis la Rodeo 4, Raoul Teilhol dépose le bilan de sa société en 1986. La production de la Rodeo s'arrête ainsi que la collaboration avec Renault. Mais Teilhol réussit à convaincre Citroën de produire une descendante à la Mehari : la Tangara. Cependant, la liquidation judiciaire sera prononcée en 1990. Depuis 2006, la société 2CA a repris les activités de Teilhol et en particulier la fourniture de pièces détachées.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 6 CV
Cylindrée : 1108 cm3
Alésage x course : 70 x 72 mm
Taux de compression : 9,5:1
Puissance maximale : 34 ch à 4000 tr/min
Couple maximal : 7,5 mkg à 2500 tr/min
Distribution : arbre à cames latéral entraîné par chaîne, soupapes en tête, cubuteurs
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère (3,75 tours)
Diamètre de braquage : 9,75 m (entre trottoirs)
Suspension av : roues indépendantes, barres de torsion longitudinales, barre anti-dévers, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : roues indépendantes, barres de torsion transversales, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 356,4 cm
Largeur : 149 cm
Hauteur : 151 cm
Empattement : 240,1 cm
Voie av : 128 cm
Voie ar : 124,5 cm
Garde au sol : 21 cm
Pneus av : 145 SR 13
Pneus ar : 145 SR 13
Freins av : tambours
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 115 km/h (Plein air : 109 km/h)
Capacité du réservoir : 34 litres
Volume du coffre : 1600 litres
Poids : 720 kg


24 juin 2014

Volkswagen Corrado 16V (1990-1995)

VWCorrado16Vav

VWCorrado16Vav1

VWCorrado16Vpf

97142711_o

VWCorrado16Var
(Barentin, Seine-Maritime, mars 2012)

Alors que la Corrado G60 a mis toute la concurrence d'accord en termes de performances pures, il s'avère qu'à 202 000 F prix catalogue, on ne se l'arrache pas. Volkswagen comprend qu'il faut alors une version plus accessible et installe alors en mars 1990 le 1.8 litres 16 soupapes de la Golf II GTI 16s. Par rapport à la G60, les performances sont en retrait, mais grâce aux qualités aérodynamiques de la Corrado, la vitesse de pointe se situe à 208 km/h et le 0 à 100 km/h se maintient en 9,1 s. Il a toujours les défauts du multi-soupapes : creux à bas régime et fougueux en haut.

Au niveau des équipements, il n'y a pas tant de différence entre les deux versions, la G60 se montrant déjà chiche en équipements de série. Mais la 16V est alors vendue 150 800 F (23 000 €, soit environ 34 100 € actuels), soit 25 % de mois que la G60. En 1992, ce moteur est remplacé par le moteur 2.0 litres 16 soupapes de la Golf III GTI 16s. Avec 136 ch, mais un couple plus important, il est plus souple.

La Corrado 16V sera ainsi maintenue jusqu'à la fin de la carrière de la Corrado. En 1993, une version 1.8 litres à 8 soupapes et 115 ch abaisse l'entrée de gamme tandis que depuis octobre 1991, la Corrado VR6 a remplacé la G60.

Au total, 97 521 exemplaires de la Corrado. Il n'existe pas de chiffres permettant de connaître les ventes en fonction des motorisations, mais il est fort à parier que la 16V est pour beaucoup dans ce résultat.

Actuellement, la Corrado est à la porte des Youngtimers, mais son peu d'exemplaires diffusés lui autorisent encore une côte élevée. En version 16V elle a souvent êté maltraitée par le tuning, mais ça n'empêche pas leurs propriétaires d'en demander des sommes délirantes. En bon état de conservation, la côte se situe un peu en dessous de 4000 €.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : transversal, avant
Puissance fiscale : 9 CV
Cylindrée : 1781 cm3
Alésage x course : 81 x 86,4 mm
Taux de compression : 10:1
Puissance maximale : 136 ch à 6100 tr/min
Couple maximal : 17,7 mkg à 4600 tr/min
Distribution : double arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 16
Alimentation : injection Bosch K-Jetronic
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère, assistée
Diamètre de braquage : 10,5 m
Suspension av : roues indépendantes type McPherson, bras triangulés inférieurs, barre stabilisatrice et déport autostabilisant, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : roues indépendantes type McPherson, barre stabilisatrice, bras radiaux et bras tirés, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 405 cm
Largeur : 167,5 cm
Hauteur : 131,8 cm
Empattement : 247,5 cm
Voie av : 142,4,5 cm
Voie ar : 142,2 cm
Pneus av : 185/60 VR 14
Pneus ar : 185/60 VR 14
Freins av : disques ventilés (254 mm)
Freins ar : disques (254 mm)
ABS en série
Vitesse maximale : 208 km/h annoncé, mesuré à 212 km/h
0 à 100 km/h : 9,3 s
Volume du coffre : 300 litres
Capacité du réservoir : 55 litres
Consommation moyenne à 90 km/h : 6,35 l/100km
Consommation moyenne à 120 km/h : 8,1 l/100km
Consommation moyenne en cycle urbain : 11,4 l/100km

Poids : 1110 kg

Posté par Zorglub34 à 22:41 - - Commentaires [1]
Tags : , , , , ,
19 juin 2014

Alfa Romeo Alfasud Sprint Veloce 1.5 (1979-1982)

AlfaRomeoAlfaSudSprint1l5Veloceav

AlfaRomeoAlfaSudSprint1l5Veloceav1

AlfaRomeoAlfaSudSprint1l5Velocear1

AlfaRomeoAlfaSudSprint1l5Velocear

AlfaRomeoAlfaSudSprint1l5Veloceint
(Rétro-Mobile 2012, Pont de l'Arche, Eure, mars 2012)

Depuis 1971, l'Alfasud permet à la célèbre et renommée marque italienne Alfa Romeo de rendre accessible les qualités qui sont les siennes (une voiture qui a du tempérament et du brio) à un niveau de budget accessible. Les puristes ont vu d'un mauvais œil l'arrivée d'une Alfa populaire et qui plus est - ô sacrilège - une traction ! Pour autant, elle ne renie pas avec ses origines en conservant des qualités dynamiques à la hauteur de la réputation de la marque et en adoptant un moteur inédit. Le quatre cylindres boxer s'avère aussi mélodieux qu'agréable. Mais chez Alfa, on a une réputation à tenir. Et en 1976, sous le crayon de Giorgetto Giugiaro pour Ital Design, apparaît la première mouture du dérivé sportif de l'Alfasud, l'Alfasud Sprint. On y décèle quelques airs d'Alfetta GT dont la sortie n'est antérieure que de deux ans et signé du même Giugiaro.

On retrouve la calandre quatre phares, le coeur de calandre (scudetto) Alfa et à l'arrière, les blocs de feux en deux parties installés sur un arrière tronqué et le hayon. Malheureusement, la banquette arrière ne se rabat pas, ce qui nuit un tant soit peu à la modularité d'autant que le seuil de chargement est haut. Par rapport à la berline, la Sprint est plus large, plus basse et plus longue. Quatre personnes peuvent s'y installer à l'aise si elles ne sont pas trop grandes mais il faut faire des efforts d'imagination pour y loger une cinquième confortablement, comme la carte grise l'indique. La planche de bord est y spécifique et ne tombe pas dans les extravagances de l'Alfetta GT. Au contraire, on retrouve un peu trop l'esprit Fiat et ses garnitures bon marché. La dotation est toutefois riche : tachymètre, compte-tours, jauge à essence, thermomètre pour l'eau, manomètre pour l'huile, volant réglable en hauteur et en inclinaison. La montre est curieusement en option et la clef du démarreur s'insère à gauche ! La position de conduite est décalée vers la droite en raison du passage de roue et il faut conduire les genoux pliés pour ne pas avoir les bras trop tendus.

Pour la plateforme du coupé, Alfa a choisi celle de l'Alfasud en intégralité. On y retrouve donc le même empattement, les mêmes moteurs et boites de vitesses, les trains roulants. Le moteur proposé en 1976 est le 1200 boxer repris de l'Alfasud. Cependant, pour compenser la hausse de poids de 75 kg et donner le caractère qu'on peut attendre d'un coupé, le moteur est modifié. Avec un allongement de la course, une modification des bielles, de l'arbre à cames et un carburateur double corps, le 1300 propose déjà 76 ch et 165 km/h en pointe. Mais en 1978, le le moteur gagne encore quelques centimètres-cubes (de 1286 à 1351 cm3) et trois chevaux. Plus souple, il s'avère également plus économique grâce à un rapport de pont allongé. Parallèlement, un 1500 vient se joindre à la gamme, par augmentation de l'alésage du bloc précédent. Avec 85 ch, il fait jeu égal avec le 1300, mais gagne en souplesse et atteint 170 km/h en pointe. Ces deux versions se reconnaissent à leur rétroviseur extérieur et entourages de vitres, le répétiteur de clignotant carré sur l'aile (et non plus rond) déplacé à l'arrière du passage de roue.

Toutefois, la clientèle attent mieux et en 1979 apparaîssent les versions "Veloce" (rapide) des moteurs précédents. La recette consiste à revoir la hauteur des cames et d'installer un second carburateur double corps sur chaque moteur. Le 1300 atteint alors 86 ch, rendant le 1500 obsolète, et le 1500 Veloce affiche 95 ch et 175 km/h. En 1983, avec le restylage, la 1.5 QV proposera 105 ch.

Sur la route, la Sprint Veloce 1.5 (notre modèle) montre des qualités qui font passer les concurrentes pour des sabots. La suspension est efficace avec des doubles triangles à l'avant et des freins in-board pour diminuer le poids des masses suspendues. A l'arrière, l'esssieu rigide est aidé par un parallélogramme de Watt et un barre antiroulis. Légère (915 kg), la Sprint est très maniable et agile. Dans un face à face de l'Automobile, contre la Renault Fuego, la Volkswagen Scirocco (ici en Scirocco II) et la Lancia Beta 1.6, l'Alfa offre le meilleur comportement et le moteur le plus vif même s'il n'est pas le plus puissant. La Scirocco, avec le moteur de la Golf GTI, a les meilleures performances. Toutefois, le journal note une instabilité au freinage, en particulier en courbe appuyée. La Sprint se trouve tout de même la mieux notée en coût à l'usage, aptitudes urbaines, direction, coffre et ... prix !

Commercialisée avec un prix 50 % supérieur à celui de l'Aflasud, la Sprint a connu un succès relatif. Avec 130 904 exemplaires jusqu'en 1989 dont 29 934 exemplaires de la Sprint veloce 1.5 de 1979 à 1982, les chiffres ne sont pas énormes comparés à la Fuego ou la Scirocco. A l'heure actuelle, on n'en retrouve plus guère que lors des concentrations de véhicules anciens tant les exemplaires produits ont été victimes de la rouille et des primes à la casse. C'est une voiture dont la côte n'est pas encore trop élevée (le sera-t-elle un jour ?) et qui permet de trouver un rapport coût d'achat, coût de la restauration, plaisir de conduite assez étonnant. La première génération ici présentée est remplacée par une seconde à partir de 1983 dont les évolutions mèneront à quelques séries spéciales (ex : Sprint Grand Prix) s'achèveront par une 1.7 QV rageuse.

Pour en savoir plus : le site de Broyax

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres à plat, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Bloc moteur en acier
Culasses en alliage léger
Puissance fiscale : NC
Cylindrée : 1490 cm3
Alésage x course : 84 x 67,2 mm
Taux de compression : 9,5:1
Vilebrequin : 3 paliers
Puissance maximale : 95 ch à 5800 tr/min
Couple maximal : 13,4 mkg à 4000 tr/min
Distribution : 2 arbres à cames en tête
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : 2 carburateurs double corps inversés Weber 36
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère (3,4 tours)
Diamètre de braquage : 10,4 m
Suspension av : roues indépendantes, double triangles, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : essieu rigide, parallélogramme de Watt, barre anti-roulis, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 402 cm
Largeur : 162 cm
Hauteur : 130 cm
Empattement : 245,5 cm
Voie av : 140 cm
Voie ar : 136 cm
Garde au sol : 14 cm
Pneus av : 165/70 SR 13
Pneus ar : 165/70 SR 13
Freins av : disques (258 mm)
Freins ar : disques (233 mm)
Vitesse max : 175 km/h
Capacité du réservoir : 50 litres
Poids : 915 kg

Posté par Zorglub34 à 13:08 - - Commentaires [0]
Tags : , , , , ,
10 juin 2014

Volkswagen Passat B2 C (1985-1988)

VolkswagenPassatB2Cav

VolkswagenPassatB2Cav1

VolkswagenPassatB2Cprof

VolkswagenPassatB2Car1

VolkswagenPassatB2Car
(Le Havre, Seine-Maritime, mars 2012)

Après le semi-échec de la Type 3 et l'échec plus net de la Type 4, on finit par se demander chez Volkswagen si le concept de la Coccinelle décliné depuis plus de trente ans n'a pas vécu. En scrutant l'horizon, on peut s'apercevoir que Renault et Fiat ont abandonné le tout à l'arrière. La Renault 12 a remplacé la Renault 8, et chez Fiat il n'y a plus guère que les antiques 500 et 126 pour perpétuer cette technologie. Par ailleurs, Peugeot a montré la voie avec succès à travers la 204. L'avenir est aux voitures à traction avec moteur transversal. Cependant, chez Volkswagen, on n'a pas le savoir-faire pour celà et l'apprentissage serait trop long et trop coûteux, surtout en termes de part de marché.

Fort heureusement, depuis 1964, une synergie avec Audi existe. Volkswagen a racheté Auto-Union, en a resuscité le nom Audi. De plus en rachetant également NSU en 1969, elle a également racheté un savoir-faire en matière de traction avant à moteur refroidi par eau qui est des plus pointus dans le monde. D'ailleurs NSU produit depuis plusieurs années la K70, une puissante berline à traction avant. Dès 1970, cette K70 est rebadgée Volkswagen, en attendant le modèle maison.

En fait, la nouvelle voiture, appelée "Passat", n'est pas une création des bureaux de Volkswagen. Il ne s'agit ni plus ni moins que d'une Audi 80 présentée en hatchback (deux volumes). Extérieurement, la voiture dessinée par le célèbre Giorgetto Giugiaro, est un deux volumes disponible en deux ou quatres portes. Il faudra attendre 1974 pour voir arriver le break (appelé "Variant") et 1975 pour que la berline soit équipée d'un hayon, la transformant au choix en 3 ou 5 portes. Certes, les lignes de la Passat la distinguent de l'Audi, mais les proportions restent les mêmes. On retrouve même un air de famille à travers la calandre et les deux ou quatres phares ronds. Les mécaniques sont également partagées, d'un modeste 1,3 litres de 55 chevaux à un plus généreux 1,5 litres de 84 chevaux.

En octobre 1980, un nouvelle génération remplace la B1, mais partage toujours la plate-forme de l'Audi 80 qui, elle aussi, a évolué. La voiture a grossi, la ligne de coffre s'est réhaussé, son avant est plus fin. Les pare-chocs sont plus enveloppants et ne sont plus en acier chromé mais en matière synthétique. Les feux avant ne sont plus ronds mais rectangulaires. L'orientation des feux arrière change pour un dessin étiré vers le haut, suivant le contour de l'aile. La caisse est toujours disponible hatchback, mais avec hayon en série ou break. Vient s'ajouter une classique berline 3 volumes commercialisée en Europe sous le nom Santana dès août 1981.

Les motorisations sont en hausse, toujours partagées avec l'Audi 80. La plupart des moteurs sont des 4 cylindres essence ou diesel, mais le haut de gamme reçoit des nouveaux moteurs 5 cylindres dont le bruit et les qualités seront reconnus de tous les amateurs. En accès de gamme, un très modeste 1300 de 60 ch s'adresse aux petits budgets (notre modèle) tandis qu'à l'opposé un 5 cylindres de 1,9 litres et 115 ch, remplacé par un 5 cylindres de 2 litres à injection de la même puissance font office de haut de gamme. Entre les deux, un 1600 de 4 cylindres propose 75 ou 85 ch. Cette dernière possibilité est remplacée par un 1800 de 90 ch en 1983. Plus économique encore à l'usage (mais pas à l'achat), le Diesel s'invite également chez Volkswagen. Mieux, il sera turbocompressé à partir de 1983 (voir ici la Passat Turbo-D). En 1986, le 5 cylindres est hérité de l'Audi Coupé GT.  Avec 136 ch, il place la Passat dans la catégorie des voitures qui frôlent les 200 km/h, un rôle auquel on ne songe pas toujours pour cette voiture. Les moteurs sont assortis de boite de vitesse à 4 ou 5 rapports, et à l'instar de sa soeur aux quatre anneaux, la fameuse 4+E est également disponible. Cette fausse cinquième est très démultipliée pour faire baisser le régime moteur à allure de croisière dans le but de baisser la consommation (et accessoirement en France, de baisser la puissance fiscale). Pour le break nommé également "Variant", une version Syncro à transmission intégrale est commercialisée. Elle utilise les trains roulants de l'Audi 80 Quattro, ce qui a contraint de revoir complètement le soubassement à l'arrière, instaurer un tunnel de transmission et déplacer le réservoir d'essence.

En 1985, un léger lifting est opéré. L'avant de la Santana est généralisé et à l'arrière les blocs optiques sont supportés à la fois par l'aile arrière et le hayon sur les versions deux volumes (voir ici). Le break, lui, conserve les feux arrière de la première série de B2. La version à 3 portes est abandonnée, sauf pour le break.

Le 31 mars 1988, la dernière voiture est produite après 3 345 248 unités construites rien qu'en Europe et près de 4,5 millions tout autour du monde. Le break est toutefois maintenu jusqu'en juin. Elle est remplacée par la troisième génération, dite B3, au dessin très différent qui, au-delà d'une fiabilité indiscutable, lui vaudra moins de succès que son aînée.

Fiche technique :

Type du moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : transversal, avant
Puissance fiscale : 7 CV
Cylindrée : 1296 cm3
Alésage x course : 75 x 73,4 mm
Bloc moteur en fonte
Culasse en alliage léger
Vilebrequin : 5 paliers
Puissance maximale : 60 ch à 5600 tr/min
Couple maximal : 10,2 mkg à 3500 tr/mn

Taux de compression : 9:1
Distribution : arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 8

Alimentation : carburateur Solex
Type de transmission : traction
Boîte de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : roues indépendantes type McPherson, triangle inférieur, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : essieu rigide
Longueur : 445,3 cm
Largeur : 168,5 cm
Hauteur : 138,5 cm
Empattement : 255 cm
Voie av : 141,4 cm
Voie ar : 142,2 cm

Pneus av : 165 SR 13
Pneus ar : 165 SR 13
Freins av : disques (239 mm)
Freins ar : tambours

Vitesse maximale : 152 km/h
Capacité du réservoir : 60 litres
Poids : 965 kg

Posté par Zorglub34 à 10:21 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,
01 juin 2014

Toyota Celica 2.0 GT-i 16 (1989-1993)

ToyotaCelicaTA160-2

ToyotaCelicaTA160-2

ToyotaCelicaTA160-2

ToyotaCelicaTA160-2

ToyotaCelicaTA160-2
(Dieppe, Seine-Maritime, février 2012)

Si la série ST160 de la Celica n'avait guère brillé par sa sportivité, la nouvelle série ST180 remettait immédiatement les pendules à l'heure, tout en remettant à leur place les 205 GTI, 309 GTI, Renault 5 GT Turbo, et la rivale nippone Honda CRX.

Adoptant en septembre 1989 un style "biodesign", ou "organique", la nouvelle Celica surprend par ses formes arrondies, adoucies. Qualifiée de "voiture bubble-gum" par certains, elle surprend autant qu'elle dérange ou qu'elle ravit. Amateurs et détracteurs l'aiment ou la détestent exactement pour les mêmes raisons, mais elle ne laisse pas de marbre. Les bases restent celles de la génération précédente mais les arrondis sont plus prononcés, les formes lissées au maximum. C'est surtout à l'arrière que le dessin change, avec un coffre plus long et plus haut, très travaillé. L'ensemble n'évoque pas pour autant la sportivité et l'on ressent plutôt que l'on a à faire avec un coupé d'agrément.

Et c'est là que la ST180 cache bien son jeu. Car le style est justifié chez Toyota par une contrainte technique qui permet à la fois de rigidifier la structure sans alourdir la voiture. Et qui dit "rigidifier", dit "performances". Certes, on remarque les roues agrandies à 15 pouces, mais l'essentiel est invisible. Si la version d'accès est équipée d'un placide 4 cylindres de 2 litres de 115 ch (AT180), la plupart des voitures ont été vendues avec le moteur 3S-GE de 160 ch. Comme pour bien des japonaises équipées de moteurs multi-soupapes (ST182, notre modèle), le 2.0 GT-i 16 est un moteur à la fois souple en bas (un peu trop ?), et rageur en haut. Les valeurs le confirment : 8,3 s de 0 à 100 km/h et 220 km/h en pointe. La Celica devient une authentique sportive, sans le montrer. D'autant qu'une version plus sportive encore est disponible. La GT4 avec moteur 2 litres Turbo et 4 roues motrices (ST185) permettra à Carlos Sainz de reprendre le titre de Champion du Monde WRC en 1992, ce que confirmeront Didier Auriol en 1993 et Juha Kankkunen en 1994.

La ST180 fut sans doute l'apogée de la Celica. Séduisante par ses lignes arrondies, elle conquiert une clientèle féminine qui apprécie également son coffre de plus de 300 litres. Sportive accomplie, elle attire une clientèle masculine prompte à rouler différent, loin du clinquant d'une GTI bariolée d'autocollants. Produite jusqu'en septembre 1993, elle est remplacée par une sixième génération qui n'aura pas tant de succès.

Pour en savoir plus :
Celica.fr
2000gt.net

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : transversal, avant
Puissance fiscale : 10 CV
Cylindrée : 1998 cm3
Alésage x course : 86 x 86 mm
Taux de compression : 10:1
Puissance maximale : 160 ch à 6600 tr/min
Couple maximal : 19,1 mkg à 4800 tr/min
Distribution : double arbre à cames en tête, admission variable
Nombre de soupapes : 16
Alimentation : injection électronique
Type de transmission: traction
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère, assistée (2,7 tours)
Diamètre de braquage : 10,8 m
Suspension av : roues indépendantes type McPherson, bras inférieurs en L, barre antiroulis, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : roues indépendantes, bras tirés inférieurs, barre antiroulis, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 442 cm
Largeur : 170,5 cm
Hauteur : 130 cm
Empattement : 252,5 cm
Voie av : 146,5 cm
Voie av : 144 cm
Garde au sol : 15,5 cm
Pneus av : 205/55 VR 15
Pneus ar : 205/55 VR 15
Freins av : disques ventilés
Freins ar : disques
ABS en série
Vitesse maximale : 220 km/h
0 à 100 km/h : 8,3 s
400 m D.A. : 15,9 s
Capacité du réservoir : 60 litres
Consommation moyenne à 90km/h : 5,8 l/100km
Consommation moyenne à 120km/h : 7,6 l/100km
Consommation moyenne en cycle urbain : 9,9 l/100km
Volume du coffre : 319 litres
Cx : 0,32
Poids : 1255 kg

27 mai 2014

Fiat Punto S cabriolet (1994-2000)

FiatPuntoScabav

FiatPuntoScabav1

FiatPuntoScabprof

FiatPuntoScabar1

FiatPuntoScabar
(Pont-Audemer, Eure, février 2012)

Alors que la Ritmo a disparu depuis 1987, Fiat n'a plus de cabriolet dans sa gamme. Or la marque transalpine a été l'un des grands pourvoyeurs du genre avec les désirables 850 Sport Spider, ou 124 spider notamment. A l'époque, le marché est en hausse, et les petits cabriolets ont de l'avenir. C'est justement dans la gamme des petites citadines que Fiat va répondre à Peugeot qui truste le marché avec la 205 CJ, laissant Volkswagen, Renault, Ford ou Opel s'affronter sur le terrain des compactes entre les versions cabriolet de la Golf, de la Renault 19, de la Ford Escort ou encore la Kadett E.

C'est à Bertone qu'est confié le soin d'élaborer un cabriolet à partir de la Fiat Punto. Elle présente en effet l'avantage de posséder une plate-forme renforcée sur laquelle l'adaptation d'un cabriolet se fera aisément. D'ailleurs Giugaro réussit à créer un cabriolet sans arceau, le pare-brise faisant office de dispositif anti-retournement. Les quatre places sont conservées et le logement pour replier la capote empiète sur le coffre, au détriment du volume, alors même qu'elle dépasse de la ligne de caisse. La capote est constituée de trois épaisseurs (couche extérieure en PVC, matelas intermédiaire ou "ouate acrylique", intérieur type "Ciel de toit"). La lunette arrière est en plastique souple et il faut bien veiller à ce que la capote se replie dans le bon sens pour la conserver le plus longtemps possible. Sur la finition ELX, elle est manoeuvrable électriquement. Un couvre-capote s'installe avec quatre boutons-pression et deux crochets, ce qui permet de maintenir la capote pliée dans le bon sens et de la préserver dans le meilleur état possible. Idéalement, la voiture devra être conservée la nuit dans un garage.

La voiture est présentée en 1994 en deux versions : soit "S" et son moteur 1.2 de 60 ch (notre modèle) soit "ELX" et son moteur 1.6 de 90 ch. En 1997, le 1.6 est supprimé et remplacé par une version 16 soupapes du 1.2. Avec 85 ch, ce dernier offre le meilleur rapport prix/prestations et il se montre d'un agrément bien supérieur au 1.6.

Toujours est-il que cette Punto cabriolet ne doit pas s'envisager comme une sportive. C'est une voiture d'agrément, qui dispose de trains roulants ordinaires et d'un comportement de citadine. Elle s'apprécie sur la route de la plage les cheveux au vent, en ville pour dorer au soleil, et sur les promenades à la campagne. A des vitesses plus élevées, les suspensions montrent leurs limites, la direction se fait moins précise et une tendance au roulis apparaît. D'ailleurs les 4,5 tours de volant de butée à butée et une direction assez peu précise confirment le caractère délibérement paisible du petit cabriolet.

Finalement, la Fiat Punto cabriolet aura été fabriquée à 55000 exemplaires jusqu'en 2000 dans les ateliers de Bertone, dont 10 000 importés sur le sol français. Elle constitue un choix intéressant pour un accès au cabriolet à peu de frais. Rajoutons qu'avec une mécanique plutôt fiable, une finition confiée à Bertone qui n'a pas à rougir, ce petit cabriolet aux portes de l'esprit Youngtimers est côté environ 2500 € pour un véhicule en état correct.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : transversal, avant
Puissance fiscale : 6 CV
Cylindrée : 1242 cm3
Alésage x course : 70,8 x 78,9 mm
Taux de compression : 9,6:1
Vilebrequin : 5 paliers
Puissance maximale : 60 ch à 5500 tr/min
Couple maximal : 10 mkg à 3000 tr/min
Distribution : arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : gestion électronique intégrale
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère (4,5 tours)
Diamètre de braquage : 9,7 m
Suspension av : roues indépendantes type McPherson, triangles inférieurs, barre anti-roulis, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : roues indépendantes, bras tirés, barre anti-roulis, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 376 cm
Largeur : 162,5 cm
Hauteur : 144,6 cm
Empattement : 245 cm
Voie av : 137 cm
Voie ar : 135 cm
Pneus av : 155/70 TR 13
Pneus ar : 155/70 TR 13
Freins av : disques (240 mm)
Freins ar : tambours (180 mm)
Vitesse maximale : 159 km/h
0 à 100 km/h : 15,6 s
400 m D.A. : 19,5 s
1000 m D.A. : 36,9 s
Capacité du réservoir : 47 litres
Consommation moyenne à 90 km/h : 5,4 l/100km
Consommation moyenne à 120 km/h : 7,2 l/100km
Consommation moyenne en cycle urbain : 8 l/100km
Volume du coffre : 200 litres
Poids : 960 kg

Posté par Zorglub34 à 11:09 - - Commentaires [1]
Tags : , , ,