11 juillet 2009

Hotchkiss 680 Biarritz (1936)

Hotchkiss486biarritzav1

Hotchkiss486biarritzav2
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2008)

A l'origine Hotchkiss est un fabricant d'armes américain qui a installé une usine en France, près de Rodez au milieu du XIXè siècle. L'insigne représente deux canons croisés et une grenade entourés par un ceinturon. Lorsqu'éclate la guerre de 1870 l'entreprise fructifie, et si bien qu'en 1875 une nouvelle usine est inaugurée à Saint-Denis. A sa mort, dix ans plus tard, Benjamin Berkeley Hotchkiss laisse derrière lui une entreprise prospère.
Ce n'est qu'à partir des années 1920 qu'Hotchkiss se mit à fabriquer des voitures. Jusque là, l'entreprise avait fabriqué des moteurs et des châssis à vocation sportive. "Le juste milieu", ce fut le segment où Hotchkiss voulait s'intégrer, entre les voitures populaires de Peugeot ou Citroën et les voitures de luxe telles que les Delage, Delahaye ou autre. L'AM 2 respecta ce cahier des charges et acquit les suffrages d'une clientèle petit bourgeois qui recherchait le confort, l'élégance et le discrétion. La firme fait fortune et près de 4000 voitures sont vendues chaque année. Hotchkiss s'inscrit comme un constructeur de standing.
Dans les années 30, les voitures sont de plus en plus élégantes et intègrent les éléments de carrosserie de manière de plus en plus aérodynamique. La calandre s'incline, les ailes avant enveloppent mieux les roues, la malle devient intégrée. Les voitures sont déclinées en berline ou limousine et en cabriolet, coupé. Notre modèle est équipé d'un moteur 6 cylindres de 3 litres (17 CV fiscaux) (voir les commentaires du propriétaire de la voiture ci-dessous).

La nationalisation de la branche armement d'Hotchkiss est mal vécue par la direction, et c'est sur l'automobile que la marque doit se reposer. La guerre fera souffrir l'entreprise qui est en partie rachetée par Peugeot. Les voitures et les techniques de production ne sont plus adaptées au marché, et les ventes ne s'améliorent pas. Peugeot finit par se désengager, et en 1955 Hotchkiss fusionne avec Delahaye. Mais pourtant l'abandon de la production des voitures de production est décidé. Il ne reste plus que la production de véhicules industriels et militaires, ainsi que la production de la Jeep sous licence Willys. Elle se poursuivra jusqu'en 1966 et la firme fermera ses portes en 1971.

Le Club-Hotchkiss


04 juillet 2009

Skoda Felicia Super (1961-1964)

SkodaFeliciaSuperav

SkodaFeliciasuperar

SkodaFeliciaar2

SkodaFeliciasuperint
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2008)

Dans les années 50, Skoda était la marque phare de la production tcheco-slovaque. Le principal modèle était la Skoda 440-445-450. En 1959, la gamme évolue et devient Octavia (ex 440 et 445) pour la berline tandis que la 450 (cabriolet) devient Felicia. On retrouve ces noms actuellement dans la gamme, désormais entrée dans le giron de Volkswagen.

La berline est une 4 places dont le confort n'a rien à envier à la concurrence. L'architecture de la série 440 a été repensée. Le berceau est modifié, et les ressorts à lames sont remplacés par des ressorts hélicoïdaux. Le résultat est tellement satisfaisant que la solution est aussitôt adoptée dans la 450 qui est rebaptisée Felicia. En 1959, la Felicia est présentée avec un moteur 1100 cm3, et la Felicia Super apparait en 1961 avec le moteur 1200 (notre modèle).

Le design a été réalisé par Ghia, un cas rare de collaboration entre l'est et l'ouest à l'époque.

Un peu moins de 15 000 exemplaires ont été produits.

Fiche technique :

Type du moteur    4 cylindres en ligne
Energie     Essence
Disposition    Transversal avant
Alimentation     Deux carburateurs simple corps
Nombre de soupapes     2 par cylindre
Alésage & Course     72 x 75 mm
Cylindrée     1221 cc
Compression     8,4 : 1
Puissance     55 chevaux à 5100 tr/min
Couple     8,6 mkg à 3500 tr/min
Boite de vitesse     4 rapports (1ère non synchronisée)
Type     propulsion
Freins avant    Tambours
Freins arrière    Tambours
Longueur    406 cm
Largeur    160 cm
Hauteur    138 cm
Poids    1230 kg
Vitesse max    130 km/h
Consommation moyenne : 9,5 litres au 100 km.

Posté par Zorglub34 à 10:11 - - Commentaires [8]
Tags : , , , ,
02 mai 2009

Ferrari F355 F1 Spider (1997-1999)

FerrariF355F1spiderav

FerrariF355spiderF1ar
(Aniane, Hérault, juin 2008)

Le Spider conçu sur la base de la F355 apparaît en 1995. En 1997, il est rebaptisé F355 F1 car il est la première voiture Ferrari à bénéficier de la technologie de boite F1 robotisée. De loin, on peut la distinguer par sa jupe arrière noire en remplacement de la couleur caisse sur les modèles à boite manuelle. La F355 a alors été vendue à 75 % avec cette transmission qui restait une option. Le levier de vitesse a disparu et des boutons permettent de sélectionner la marche avant ou arrière. Pour la suite, il suffit d'appuyer sur les palettes situées de chaque côté du volant. De fait, il s'agit d'une commande électro-hydrolique d'embrayage et de sélection automatique des rapports de la boite d'origine. Elle n'a pas encore la rapidité qu'on connait aujourd'hui, et même BMW, arrivé bien plus tard sur cette technologie, livre une boite plus agréable sur la M3. Mais conduire une Ferrari est un autre plaisir.

Pour les 100 derniers exemplaires avant le remplacement par la F360 Modena, la Scuderia a fabriqué 100 exemplaires du spider allégé baptisés "Fiorano". Ils sont également équipé d'une suspension particulière, d'une cartographie adaptée, d'une pédalier sport, des inserts de carbone et du velours entourant la roue de secours. On peut les reconnaître grâce à une plaque numérotée sur le tableau de bord.

Fiche technique :

Type du moteur    V8 à 90°, essence
Emplacement : longitudinal, central arrière
Puissance fiscale : NC
Cylindrée :  3496 cm3
Alésage X Course : 85 x 77 mm
Puissance maximale : 380 ch à 8250 tr/min
Couple maximal : 37 mkg à 6000 tr/min
Taux de compression : 11 : 1
Distribution : 2 doubles arbres à cames en tête
Nombre de soupapes : 40
Alimentation : injection intégrale Bosch
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses séquentielle à 6 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : triangles superposés
Suspension ar : triangles superposés
Longueur : 425 cm
Largeur : 190 cm
Hauteur : 117 cm
Empattement : 245 cm
Pneus av : 225/40 ZR18
Pneus ar : 265/40 ZR18
Freins av : disques ventilés (300mm)
Freins ar : disques ventilés (305mm)
Vitesse maximale : 295 km/h
0 à 100 km/h : 4,7 s
400 m.D.A. : 12,9 s
1000 m.D.A. : 23,7 s
Cx : 0,32
Capacité du réservoir : 82  litres
Volume du coffre : 149 litres
Poids : 1350 kg
ABS en série
Antipatinage en série

 

01 janvier 2009

Talbot-Lago T26 Figoni & Falaschi (1937)

Talbotinconnu2
(Retromobile, février 2006)

Le nom de cette voiture est à prendre au conditionnel. De longues recherches m'ont conduit vers ce modèle, mais je ne suis pas absolument certain de cette appellation.
Avis aux amateurs éclairés : vos renseignements sont les bienvenus !

Posté par Zorglub34 à 12:46 - - Commentaires [0]
Tags : , , , , , ,
25 décembre 2008

Talbot T26 L Présidentielle

TalbotAuriol1

TalbotAUriol2

TalbotAUriol3

TalbotAuriolAr

TalbotAuriolar2

TalbotAuriolInt2

TalbotAuriolInt3

TalbotAuriolInt4
(Retromobile, février 2006)

Cette Talbot est l'exemple de la perfection à la française. Ce landaulet était la voiture de parade des présidents René Coty et Vincent Auriol durant la IVè République, remisée au profit de la DS par le Général De Gaulle dès 1958.

En cours de restauration, comme on peut le voir aux cuirs abimés par l'humidité ou au pare-brise détérioré, on peut noter quelques aménagements spécifiques :
- une vitre de séparation entre l'avant et l'arrière
- un strapontin entre la banquette arrière et les sièges avant
- un outil de communication avec la chauffeur inséré dans l'accoudoir droit de la banquette présidentielle.

On peut constater le soin apporté à la finition, jusque dans le couvre-capote.
Il va sans dire que cet exemplaire est unique, mis en vente par le cabinet Osenat.

Posté par Zorglub34 à 12:20 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,

21 novembre 2008

Porsche 356 A Speedster (1955-1959)

Porsche356_Cab_Av

Porsche356_Cab_Ar_

Porsche356_Cab_Ar2
(Angouleme, Charente, Circuit des Remparts, septembre 2004)

18 novembre 2008

Peugeot 404 cabriolet (1962-1967)

Peugeot404cabav
(Retromobile, fevrier 2006)

Peugeot404cabav1

Peugeot404cabav2

Peugeot404cabar

Peugeot404cabint

Peugeot404cabint2
(Caudebec-en-Caux, Seine-maritime, juillet 2008)

C'est en 1961 qu'est présenté le cabriolet issu du la 404. Bien qu'empruntant sa calandre, les deux voitures n'ont rien de commun. Assemblé par Pinin Farina, l'ensemble de la carrosserie est original.

Après le succès confidentiel et pourtant indéniable de la 403 cabriolet (2000 exemplaires à peine), Peugeot lança le cabriolet au Salon de Paris afin de continuer à présenter un véhicule original et ludique. S'adressant à une clientèle plutôt aisée (le cabriolet vaut le prix de deux berlines), il offre quatre vraies places, un confort sans reproche, et une motorisation agréable. Servi par un moteur 1600 carburateur (72 puis 76 ch après 1965) ou injection (82 puis 96 ch après 1965), il permet une conduite assez sportive, et frôle les 170 km/h en version injection. Le coupé n'est présenté qu'au Salon de Paris de 1962. Peugeot est soucieux d'offrir les deux possibilités à sa clientèle, choix aujourd'hui réglé par la production des 207 CC ou 308 CC, qui grâce à un toit amovible permettent un coupé et un cabriolet. Mais à l'époque il faut deux voitures pour y parvenir, jusqu'à ce que la 404 cabriolet soit équipée d'un hard-top. Cette possibilité fit dégringoler alors les ventes du coupé, qui aujourd'hui reste un véhicule assez rare.

La première série du cabriolet sera ainsi produite jusqu'en 1967, année d'un semblant de lifting. En fait de rajeunissement, les clignotants avant sont épaissis et une paire de feux longue-portée est incrustée dans la calandre. Au passage, une nouvelle console d'instruments fait son arrivée et trois cadrans ronds s'installent face au conduteur.

Le cabriolet fera ainsi carrière jusqu'en octobre 1967 avant d'être remplacé par le cabriolet 504. 10 000 exemplaires ont été produits.

Posté par Zorglub34 à 14:09 - - Commentaires [0]
Tags : , , , , ,
03 novembre 2008

Mercedes 500 K cabriolet W29 (1934-1936)

Mercedes770kcoupeav

Mercedes770Kcoupear
(Retromobile, février 2006)

25 octobre 2008

Mercedes 300 SE Cabriolet W112 (1962-1967)

Mercedes300SE

Mercedes300SEar

 

Mercedes300SEint
(Auto-Moto-Rétro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2008)

C'est bien à partir du châssis de la Fintail (ou W111) que ce cabriolet a été élaboré, en dépit de sa ressemblance étroite avec la W108. Il est même probable que le cabriolet ait inspiré la berline. On retrouve les proportions de la calandre, le dessin des feux arrières. Seule l'aile arrière effilée, déjà atténuée sur le cabriolet disparaîtra complètement sur la W108. Il n'a d'ailleurs été produit que de 1961 à 1965 à moins de 10 000 exemplaires.
Sous le capot un 6 cylindres en ligne de 3 litres à injection offre 170 chevaux qui permettent d'avoisiner les 200 km/h.
Une boite automatique 4 rapports agrémente la conduite grâce à un nouveau système hydraulique sans convertisseur de couple spécialement conçue pour le marché américain. Cependant la boite automatique traditionnelle est toujours proposée pour les adeptes du double-kick.

01 octobre 2008

Lincoln Continental 1967

LincolnContinental
(Retromobile, février 2006)

La Lincoln Continental est célèbre pour être la voiture dans laquelle le Président Kennedy a été assassiné. Mais il s'agissait de la version antérieure à ce modèle et dans une version spéciale conçue uniquement sur la demande de la Maison Blanche.
Ce modèle-ci date de 1967 et utilise les portes arrière dites "suicide" c'est à dire qu'elles s'ouvrent vers l'avant et suppriment le montant central entre la porte avant et arrière. Apparu en 1966, la Continental est bien plus grande que la précédente de 1961 et entre dans l'ère des voitures carrées. Cabriolet, cette Continental voit ses vitres disparaitre dans les portes lorsqu'elle décapote, y compris la lunette arrière qui glisse derrière le siège. Les dimensions sont américaines : 5,61m  de long, 2,02m de large, un empattement de 3,20m, elle est peu adaptée à notre circulation européenne.
Sous le capot le V8 est passé de 7 litres à 7,6 litres, et livre en souplesse 345 chevaux à 4600tr/min. Le couple de 67 mkg à 2800 tr/min seulement en fait un modèle d'onctuosité. Il n'en faut pas moins pour remuer les 2335 kg de l'engin !
Elle fut le symbole des célébrités américaines, telles Elvis Presley, Dwight Eisenhower, Spike Jones, Franck Sinatra, Louis Prima, Nelson Rockfeller, ou même, à l'étranger, le Shah d'Iran.