11 avril 2009

Renault 11 GTL (1983-1986)

Renault11GTLav

Renault11GTLar1

Renault11GTLar2
(Aniane, Hérault, avril 2008)

La Renault 11 arrive sur le marché en 1983, dix-huit mois après sa petite sœur la Renault 9. Elle succède à la Renault 14 et d'une certaine manière à la Renault 12.pour ce qui concerne la Renault 9. La Renault 18 (ici en break) s'étant beaucoup empattée par rapport à la Renault 12, c'est vers la Renault 9 qu'il faut se rabattre pour retrouver le gabarit de la Renault 12 ou même de la Renault 8.

Elles forment un duo de voitures, l'une bicorps, l'autre tricorps. Elles partagent beaucoup d'éléments de carrosserie, de mécanique, d'équipement. De fait elles sont les ancêtres, sous deux modèles, des différentes déclinaisons de la Renault 19.

La Renault 11 se distingue par sa carrosserie bi-corps, son large hayon arrière bulle, son arrière très arrondi et sa calandre à quatre phares rectangulaires. Elle a un planche de bord distincte de celle de la Renault 9. Elles partagent en revanche les motorisations.

Les deux voitures bénéficient d'un équipement conséquent, surtout pour le début des années 1980. Les sièges, en particulier, offrent de nombreux réglages et en particulier celui de l'assiette du siège qui permet de trouver parfaitement sa position. En 1984, les GTX, TXE  apportent un niveau supérieur d'équipement et la TXE Electronic l'achève avec un ambiance purement technologique et un tableau de bord intégralement digital.

Mais les soucis de fiabilité causeront bien du tort à la réputation de ces deux voitures. La qualité des matériaux utilisés qui se mettent à craquer très vite, les soucis de corrosion, les bruits dans la suspension (qui grince) auront raison des Renault 9 et 11 et dès 1986, elles connaîtront une phase 2 pour effacer cette réputation.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : transversal, avant, incliné vers l'arrière de 12°
Puissance fiscale : 7 CV
Cylindrée : 1397 cm3
Alésage x course : 76 x 77 mm
Taux de compression : 9,25:1
Puissance maximale : 60 chevaux à 5250 tr/min
Couple     10,4 mkg à 3000 tr/min
Distribution : arbre à cames latéral en traîne par chaîne, soupapes en tête, culbuteurs
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur
Allumage électronique intégral
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère
Diamètre de braquage : 9,75 mètres (entre trottoirs)
Suspension av : roues indépendantes Type McPherson à déport négatif, barre anti-devers, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : roues indépendantes, bras tirés, barres de torsion transversales, barre anti-devers, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 396,1 cm
Largeur : 166 cm
Hauteur : 140,6 cm
Empattement : 247,7 cm
Voie av : 138,5 cm
Voie ar : 134,7 cm
Garde au sol : 12 cm
Pneus av : 145 R 13 S
Pneus ar : 145 R 13 S
Freins av : disques, assistés
Freins ar : tambours, assistés
Vitesse maximale : 151 km/h
Consommation à 90 km/h : 5,3 l/100km
Consommation à 120 km/h : 7,1 l/100km
Consommation en ville : 7,4 l/100km
Capacité du réservoir : 47 litres
Volume du coffre : 338 litres (870 litres banquette rabattue)
Poids : 880 kg

Posté par Zorglub34 à 16:55 - - Commentaires [1]
Tags : , , ,

20 mars 2009

BMW 320i E30 4 portes (1984-1988)

BMW320iav

BMW320iar

BMW320iar2
(Argelliers, Hérault, mars 2008)

La série 3 type E30 succède à la E21 en 1983. Elle abandonne les rondeurs pour un dessin plus géométrique, jusque dans le double haricot. On retrouve cependant l'esprit de sa devancière qui fut une référence. L'harmonie des volumes est préservée tout en permettant des évolutions ultérieures. Les 4 portes (notre modèle) apparaîtront en 1984.
La version à transmission intégrale apparaît en 1986 (325 ix). Sous son capot, le 6 cylindres de 2,5 litres est passé de 150 à 171 chevaux.
Quant au 2 litres de notre modèle, il n'évoluera que très peu avec 125 chevaux, offrant un agrément optimum. Le léger relifting de 1988 donnera une image plus cossue de la voiture notamment par une dessin plus joli des feux arrière.

Posté par Zorglub34 à 11:00 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,
27 février 2009

Renault 21 Turbo-D (1986-1989)

Renault21av

Renault21ar2
(Montpellier, Hérault, février 2008)

Le moteur Diesel hérité des Renault 18 et 20 est installé depuis la sortie de la Renault 21. Evoluant petit à petit grâce à la technologie de la géométrie variable du turbo, des évolutions de l'injection, le Diesel soutient la concurrence en termes de performances et d'agrément. Les finitions Turbo-D (notre modèle) et Turbo-DX offrent un confort et un équipement suffisants.

La voiture est saluée pour son comportement routier exemplaire. Sa tenue de cap et la précision de sa direction en font un modèle du genre. Le 1,7 litres offre des performances tout à fait satisfaisantes grâce à 90 chevaux soutenus par une boite de vitesses bien étagée. De son côté le Diesel en version Turbo est loin des moteurs Diesel amorphes du début de la décennie. Sans être une foudre de guerre, il permet de tenir une cadence soutenue sur les grands axes. En revanche, il n'est pas question de lui demander des prouesses sur les routes de campagne.

La 21 Turbo-D sera reconduite dans la seconde phase de la Renault 21.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, Diesel
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 6 CV
Cylindrée : 2068 cm3
Alésage x course : 86 x 89 mm
Taux de compression : 21,5:1
Puissance maximale :    88 ch à 4250 tr/min
Couple maximal : 18,8 mkg à 2000 tr/min
Distribution : arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : injection indirecte, pompe
Suralimentation : turbocompresseur + intercooler
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère, assistée
Suspension av : roues indépendantes type McPherson, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : barres de torsion, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 451 cm
Largeur : 173 cm
Hauteur : 142 cm
Pneus av : 185/65 TR 14
Pneus ar : 185/65 TR 14
Freins av : disques ventilés
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 178 km/h
0 à 100 km/h : 11,8 s
1000 m D.A. : 34,5 s
Consommation moyenne sur route : 7 l/100km
Consommation moyenne sur autoroute : 8,3 l/100km
Consommation moyenne en ville : 10,3 l/100km
Capacité du réservoir : 66 litres
Volume du coffre : 490 litres
Poids : 1150 kg

Posté par Zorglub34 à 11:37 - - Commentaires [3]
Tags : , , , ,
14 février 2009

Volvo 345 DL

Volvo345DLav

Volvo345DLprof

Volvo345DLar
(Aniane, Hérault, janvier 2008)

Lorsque la première Volvo des série 300 apparaît en 1976 sous le nom 343, elle est directement issue des bureaux d'étude de DAF que Volvo vient à peine de racheter. Et en tant que DAF, elle est équipée d'un moteur Renault (celui de la Renault 12) et d'une boite automatique à variomatic (comme sur les mobylettes). Elle devait s'appeler DAF 77 pour succéder à la DAF 66, elle-même devenue Volvo 66. C'est une voiture à 3 portes qui est équipée de rétroviseurs extérieurs chromés, d'appuie-tête intégrés au siège, signes distinctifs de DAF. Volvo n'a apporté que des pare-chocs surdimensionnés, propres à la marque et aux exigences suédoises en cas de choc.

En 1978, la calandre est modifiée pour se rapprocher de notre modèle et la boite manuelle est disponible. Elle prend le nom de 345 en 1979 en même temps qu'elle passe de 3 à 5 portes. En 1980, elle hérite du moteur 2 litres de la série 200. En 1981, la face avant est entièrement revue pour devenir celle de notre modèle. La voiture y gagne en consommation grâce à un meilleur taux de pénétration dans l'air.

En février 1982, les 343 et 345 deviennent respectivement 340 et 360. La 360 n'est alors disponible qu'en 2 litres, et en septembre la 360 GLT affiche 115 chevaux.

En 1984 apparait un moteur Diesel avec la 340 GLD. En 1986, un dernier lifting survient. En 1989 la 360 disparait du catalogue, et la production cesse en 1991.

Après 15 ans de carrière, la voiture disparait au profit de la 440/460. De débuts difficiles, la voiture a finalement gagné la réputation d'une voiture solide et fiable, d'un coût d'entretien raisonnable et d'une sécurité des plus satisfaisantes.

Posté par Zorglub34 à 16:06 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,
16 janvier 2009

Audi 100 C3 (1983-1990)

Audi100av

 

Audi100prof

Audi100ar
(Gare de Montpellier Saint-Roch, Montpellier, Hérault, avril 2008)

Troisième mouture de l'Audi 100 apparue en 1968, cette voiture lance Audi dans une nouvelle dimension. C'est sur l'aérodynamique qu'Audi vient damer le pion à ses concurrents. La nouvelle Audi 100 affiche le Cx (coefficient de pénétration dans l'air) record de 0,30. Audi vante alors les économies d'énergie que cela procure en termes de consommation. A côté des performances de BMW ou du confort de Mercedes, Audi se place du côté de la famille : budget, confort et fiabilité.

Pourtant la ligne n'est pas très heureuse. Tout droit issue des débuts de l'ère numérique, celle des ordinateurs ultra-performants de l'époque, c'est à dire bien moins que celui que vous utilisez pour lire ces lignes, l'Audi 100 est tirée au cordeau. Elle est très cubique, à l'image de la puissance de calcul des ordinateurs. C'est en fait grâce à l'utilisation de joints affleurants pour le pare-brise, à la suppression des gouttières de toit et au profilage du capot que ce chiffre a été obtenu. Le chiffre sera ensuite battu par la Renault 25 (0,28) puis l'Opel Calibra (0,26).

Autre changement chez Audi, et pas des moindres, les voitures sont désormais à roues avant motrices, qui permet d'améliorer le confort et la sécurité.
Le modèle d'accès (notre modèle) contient un moteur 1,8 litres de 75 chevaux. Il est un peu juste, surtout avec une boite à 4 rapports seulement, mais il se montre économique. Il permet surtout un prix d'accès à moins de 12 000 euros, une prouesse pour l'époque, quand une Renault 30 TX en vaut près de 15 000.
En 1989, elle est remplacée par la série IV jusqu'en 1994. Elle deviendra alors A6. Pourtant sa carrière se poursuit en Chine où sous la marque Hong-Qi (joint-venture entre Volkswagen et FAW, entreprise d'état) elle deviendra la voiture des hauts-fonctionnaires jusqu'en 1999 sous le nom Hong-Qi CA7200 puis, après un lifting sous le nom Ming Shi.

Posté par Zorglub34 à 12:05 - - Commentaires [0]
Tags : , ,

18 octobre 2008

Mercedes 250 S (W108)

Mercedes250Sav

Mercedes250sar
(Saintes, Charente-Maritime, novembre 2005)

Succédant à la partie haut de gamme de la Fintail (W111) dès 1965, la série W108/109 préfigure la Classe S. Le modèle d'accès est la 250 S, notre modèle. Le W109 est réservé aux 300 SEL qui reçoivent une suspension pneumatique ou un chassis rallongé. Le L peut tantôt signifier "Lange" ou "Luftfederung", le système de suspension pneumatique Mercedes.

On constate que l'avant ressemble à s'y méprendre à une Fintail (W111), et que l'arrière s'inspire des feux de sa devancière, mais de la W110 (le bas de la gamme).

La 250 S/SE cède sa place en 1968 à la 280 SE, tandis que la 300 SE/SEL accueille un V8 de 3,5 litres, voire le 6,3 litres de la 600.

383 361 exemplaires auront été produits de 1965 à 1972 (W108 et 109 confondus) jusqu'en 1972. Le chassis W116 lui succède alors.

Posté par Zorglub34 à 11:37 - - Commentaires [0]
Tags : , ,
17 octobre 2008

Mercedes 220 SE (W111)

Mercedes220SEav

Mercedes220SEAr1

Mercedes220SEar
(Rouen, Seine-Maritime, Auto-Retro-Passion, septembre 2008)

Présentée en 1959, la W111 s'inscrit dans le segment des 6 cylindres chez Mercedes et engendrera plus tard la Classe S. Sa ressemblance avec la "Heckflosse" (ou Fintail, W110) n'est pas anodine. Cependant, la W110 n'est sortie qu'en 1961, soit deux ans plus tard. Par ailleurs, le porte-à-faux de la W111 est bien plus plong (14,5 cm de plus que la W110).

On la reconnaît à ses feux agrandis et cerclés de chrome à l'arrière, ainsi qu'à la calandre qui sera reprise sur la W108 dès 1965. Elle intègre les veilleuses et les clignotants dans le bloc optique vertical. Les essuie-glaces sont opposés et offrent une surface nettoyée nettement supérieure à la concurrence. A l'arrière, les chromes sont plus abondants, les feux plus travaillés. Un double pare-choc chromé hausse la qualité perçue. Paradoxalement, elle est considérée trop ostentatoire pour l'époque, en ayant en même temps le défaut de trop ressembler à la W110 plus populaire.

Sur la route le 6 cylindres en ligne autorise la considérable vitesse de pointe de 172 km/h dans un confort qui signe déjà le nom de Mercedes. Le consommation moyenne est de 13 à 16 litres au 100 km. La 220 sera abandonnée au profit de la W108 250 de 1965 à 1967 puis d'une 280 à partir de 1968 jusqu'en 1971.

Posté par Zorglub34 à 11:08 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,
16 octobre 2008

Mercedes 200 D (W110)

Mercedes200Dav1

Mercedes200Dar

Mercedes200Dar2
(Le Vigan, Gard, décembre 2007)

Apparues en 1961, les 190 et 190 D deviennent 200 et 200 D en 1965. Mais au côté de ces deux moteurs vient s'ajouter un 2,3 litres de six cylindres.
Côté esthétique, peu d'évolution. On peut juste noter l'apparition d'un déflecteur entre le montant de la porte arrière et la lunette arrière, et le doublement du pare-choc arrière, qui restera dans la ligne sur les séries suivantes.

La commercialisation s'arrête en 1968 avec la mise en production du chassis W114/115.

Posté par Zorglub34 à 08:19 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,
15 octobre 2008

Mercedes 190 (W110) (1961-1965)

Mercedes190_D_Av

Mercedes190_D_Ar
(Angoulême, Charente, septembre 2004)

Produite de 1961 à 1968, la 190 au châssis W110 succède à la Ponton. Elle apparait d'abord avec les moteurs 190, abandonnant d'emblée les moteurs 1,8 litres, soit en essence (une évolution C) ou Diesel avec la 190 D. Jusqu'en 1965 la gamme ne comportera que ces deux variantes qui deviendront 200 et 200 D par la suite, et une 230 viendra épauler le modèle de 1965 à 1968.

Esthétiquement la silhouette sacrifie à la mode américaine. Aussi est-elle nommée "Fintail" en raison de ses ailes effilées qui terminent sa poupe. Elle s'inspire de la W111, plus cossue, et apparait bien plus luxueuse que sa devancière. Elle reprend l'allure générale de la W111, mais ses chromes sont plus discrets. Mais l'oeil averti remarque que le porte-à-faux avant est bien plus court sur la Fintail. Les optiques rondes sont nettement moins cossues que les blocs intégrés verticaux de son aînée. Les chromes sont aussi globalement plus discrets.

La principale curiosité de ce modèle est un inédit tachymètre vertical. L'aiguille se déplace de bas en haut et non de gauche à droite ou en rotation dans un cadran rond. Grâce à un ruban déroulat, la couleur des chiffres tourne du blanc au rouge en pasant par le jaune au fur et à msure que la vitesse augmente. Elle inaugure également les essuie-glace opposés, qui améliorent grandement la surface nettoyée.

Au total 628 282 exemplaires de ce modèle ont été produits jusqu'en 1968 dont 130 554 rien que pour la 190. Elle est remplacée en 1965 par la 200.

Posté par Zorglub34 à 11:00 - - Commentaires [2]
Tags : , ,
23 mars 2008

BMW 320i E30 4 portes (1988-1990)

BMW320Av1

BMW320Av2

BMW320ar

BMW320int
(Montpellier, février 2008)

Deuxième phase de la série 3 qui succède au type E21 fin 1983, elle est d'abord commercialisée en version deux portes. Les portes arrières arrivent l'année suivante.

La voiture est restylée en 1988 (notre modèle), notamment les feux arrières qui sont redessinés et quelques détails dans l'habitacle. La version Touring sera lancée également en 1988, sur la ligne de cette deuxième phase.

Fiche technique :

Type du moteur 6 cylindres en ligne
Energie Essence
Disposition Longitudinal avant
Alimentation Gestion Bosch Motronic
Distribution Arbre à cames en tête
Nombre de soupapes 2 par cylindre
Alésage & Course 80.0 x 66.0 mm
Cylindrée 1991 cc
Compression 9.8
Puissance 129 chevaux à 6000 tr/min
Couple 16.7 mkg à 4300 tr/min
Boite de vitesse 5 rapports
Type Propulsion
Direction Crémaillère, assistée
Suspensions Av Mc Pherson
Suspensions Ar Triangles obliques
Freins avant Disques ventilés
Freins arrière Disques
ABS En option
PneuAv 195/65 VR14
PneuAr 195/65 VR14
Longueur 433 cm
Largeur 165 cm
Hauteur 138 cm
Coffre 425 litres
Poids 1190 kg
Poids/Puissance 9.22 kg/cv
Vitesse max 198 km/h
0 à 100 km/h 10.6 sec
1000 mètres DA 31.7 sec
Reservoir 62 L

Posté par Zorglub34 à 12:14 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,