09 juin 2019

Tatra 57K (1941-1947)

Tatra57Kav

Tatra57Kav1

Tatra57Kar

Tatra57Kint
(Duclair, Château du Taillis, Seine-Maritime, mai 2015)

En 1942, la production de la Tatra 57B est interrompue. Sur la chaîne de montage, une version adaptée aux exigences allemandes est mise en production. A partir d'élements de la 57B, on surélève le châssis pour rendre la voiture plus à l'aise sur les chemins grâce à une meilleure garde au sol.

On la dépouille de son toit et elle est transformée en 4 portes amovibles, avec capote. Le pare-brise est plus droit, presque vertical. Le moteur en revanche reste le 4-cylindres à plat de 1256 cm3 qui lui procure 23 ch. Elle dispose d'une boite à 4 rapports.

Sa production, 5 415 exemplaires entre 1942 et 1946, servira à fournir des officiers de la Werhmacht et quelques unités de police. Elle est parfois nommée Tatra Kübelwagen à l'instar de son homologue de chez Volkswagen. En 1946, c'est à nouveau la 57B qui est remise en production, durant deux ans. Ensuite Tatra se concentrera sur son activité de poids-lourds, tandis que la production de voitures se poursuit avec les surprenantes 603/613 jusque dans les années 80.

Posté par Zorglub34 à 15:07 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,

01 juillet 2018

Tatra 57 B (1938-1948)

Tatra57Bav

Tatra57Bpf

Tatra57Bar1

Tatra57Bint
(Caux-Rétro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2014)

Tatra57Bav

Tatra57Bav1

Tatra57Brpof

Tatra57Bar
(Caux-Rétro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2011)

En 1938, la 57B remplace la 57A, qui succédait elle-même à la 57. Sa carrosserie est encore modernisée et vient jouer sur le terrain des Skoda Popular, Fiat 500 Topolino ou Renault Juvaquatre, et même la future Coccinelle. Il est d'ailleurs reproché à Ferdinand Porsche de s'être très largement inspiré de Tatra, et après la guerre, Tatra obtiendra plusieurs millions de marks d'indemnité pour plagiat (voir l'histoire de la Coccinelle).

Le moteur est alors de 1256 cm3 pour 25 chevaux. Théoriquement, elle est capable de 90 km/h mais le propriétaire de ce modèle situe la vitesse maximale à 70 km/h. Par rapport aux modèles précédents, on note une très nette modernisation de la caisse. Les arrondis sont plus subtils et les roues mieux intégrées à la carrosserie. Les pare-chocs sont installés en série, alors qu'ils n'étaient qu'optionnels jusque là.

La 57B est fabriquée de 1938 à 1942. La production reprend en 1946 pour s'achever définitivement en 1948. La 57B aura été produite à 6500 exemplaires environ, toutes versions confondues. Entre 1942 et 1946, la 57 K est la version militaire, légèrement surélevée. Après 1948, le gourvernement décide de cesser la production de la voiture. Toutefois, Tatra reste un constructeur qui se lance dans la production de modèles audacieux dont la fameuse 603 à moteur V8 arrière refroidi par air.

Tatra57Bav

Tatra57Bprof

Source: Externe
(Caux-Rétro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2009)

Posté par Zorglub34 à 17:14 - - Commentaires [1]
Tags : , , , ,
25 septembre 2010

Tatra 57 (1932-1934)

Tatra57A

Tatra57Aav1

Tatra57Aar

Tatra57Alogo
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2009)

Dans l'histoire de l'automobile mondiale, sans qu'on ait pu le ressentir en Occident, Tatra est un précurseur. Cette firme fondée en 1850 en Autriche-Hongrie par un certain Ignaz Schustala fabrique des voitures hippomobiles. C'est donc naturellement qu'en 1897 elle se procure la première voiture automobile afin de construire la sienne, nommée Prezident. C'est une sorte de voiture à cheval sans timon, animée par un moteur Benz de deux cylindres, qui grâce à sa cylindrée de 2,75 litres procure royalement 7 chevaux à 600 tr/min mais qui atteint la vitesse impressionnante de 82 km/h ! Les balbutiements de l'automobile sont là, et Tatra est sérieusement dans la course.

Durant le début du XXè siècle les progrès se firent sensibles et Tatra lance après la première guerre mondiale sa célèbre Tatra 11. Avec elle, la marque qui devient tchécoslovaque avec l'arrêt des combats. Elle lance le châssis cadre, l'essieu arrière flottant, les freins sur les quatre roues (Tatra 12), et le refroidissement par air. Cette voiture est réputée pour sa solidité et sa robustesse au point où Adolf Hitler lui-même en fit sa voiture particulière en dépit d'un moteur bicylindre à plat refroidi par air d'une cylindrée de 1056 cm3 et d'une puissance de 12 chevaux ce qui limite sa vitesse maximale à 70 km/h.

Cette voiture reste inchangée jusqu'en 1931, année lors de laquelle elle est remplacée par la Tatra 57 qui lui ressemble beaucoup dans sa première livrée. La Tatra 57 obtient en 1935 un nouveau moteur de quatre cylindres à plat (1155 cm3) refroidi par air qui dispose de 20 chevaux, de quoi emmener les passagers à 90 km/h. Elle est alors désignée "57A". Sa ligne est résolument plus moderne, chaque partie de la carrosserie étant mieux intégrée à l'ensemble, même si les ailes avant sont encore proéminentes. Dans la tradition de l'"Airflow" lancée par Chrysler, les voitures s'arrondissent et la dernière mouture de la 57, la 57 B, aura des lignes très moderne pour l'époque.