01 mars 2015

Talbot-Lago Baby TL15 (1948-1951)

TalbotlagoT15av

TalbotlagoT15av1

TalbotlagoT15av2

TalbotlagoT15pf

TalbotlagoT15int
(Rétro-and-Caux, Doudeville, Seine-Maritime, juillet 2012)

L'histoire de Talbot, firme anglaise héritière de l'association Clément-Bayard avec Talbot au début du XXè siècle, est à nouveau bousculée en 1934 lorsque Anthony Lago, ingénieur britannique d'origine italienne, est appelé à diriger la filiale française. Celui-ci prend alors des options qui redonneront vie à la marque jusque dans les années 50. Il met en chantier un nouveau moteur 6 cylindres en ligne monobloc qui sera décliné en plusieurs cylindrées. Dans la "Baby", il sera de 2,7 litres (2696 cm3), 3 litres dans la "Major" et 4 litres dans la "Master".

La guerre intervient et au redémarrage de la production, Lago oriente la marque sur les grosses cylindrées alors que les pénuries et l'état de pauvreté de la France d'alors auraient dû l'inciter à tirer vers le bas de gamme. Mais le gouvernement souhaitait laisser cette frange du marché à la nouvelle Régie Nationale des Usines Renault qui produit la 4 CV tandis qu'il laisse les autres constructeurs produire de luxueuses voitures plus facilement vendables à l'extérieur, histoire de faire rentrer des devises. On note d'ailleurs que Delahaye a suivi le même mouvement avec la 175.

Mais en 1948, la marque va mal, et Lago voit très bien qu'il lui faut absolument un modèle plus accessible. Et tout simplement, il réhabilite la Baby d'avant-guerre, avec de très minces modifications. Mais surtout, il lui retire le 6 cylindres pour un 4 cylindres de 2,7 litres (2690 cm3), dérivé du 4,5 litres de la Record, ce qui lui vaut une puissance fiscale de 15 CV. Et les ventes remontent immédiatement, sauvant provisoirement la marque. Car, en dépit d'une victoire aux 24 heures du Mans en 1951, les finances de l'entreprise déclinent inexorablement, la faute à l'entretien d'une branche compétition fort onéreuse. Le dépôt de bilan intervient alors en mars 1951. Mais Lago obtient avec brio un moratoire auprès de ses créanciers et lance, à la stupéfaction générale, la nouvelle Talbot-Lago Baby 15 CV (à carrosserie ponton) et la Record 26 CV. Malheureusement, elle souffre de la concurrence de la Citroën 15 CV moitié moins chère, et même une Hotchkiss 864 S au confort comparable est moins chère d'un tiers. Les voitures séduisent peu, se vendent peu, si peu que la Baby disparaît du catalogue en 1953. Malgré plusieurs changement de stratégie au cours des années 50, la fin de Talbot intervient en 1959. Rachetée par Simca et son bouillonnant patron, Henri-Théodore Pigozzi, la marque sera exhumée à la fin des années 70 suite au rachat de Simca par Peugeot. On connait ensuite la triste fin.

Pour en savoir plus : http://blog.doctissimo.fr/phedor/cimetiere-disparues-carrosserie-2266305.html

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 15 CV
Cylindrée : 2690 cm3
Alésage x course : 93 x 99 mm
Vilebrequin : 3 paliers
Taux de compression : 6,8:1
Puissance maximale : 120 ch à 4200 tr/min
Distribution : soupapes en tête, arbre à cames latéral, culbuteurs
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : deux carburateurs Zénith-Stromberg 32
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesse manuelle à 4 rapports
Direction à vis et écrou
Suspension av : roues indépendantes, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : essieu rigide, ressorts à lames longitudinaux
Longueur : 485 cm
Largeur : 175 cm
Hauteur ; 151 cm
Empattement : 295 cm
Voie av : 148,5 cm
Voie ar : 148,5 cm
Pneus : 6.00 x 16
Freinage : tambours, commande hydraulique
Vitesse maximale : 140 km/h
Poids : 1500 kg

Posté par Zorglub34 à 21:58 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,

09 juillet 2012

Talbot DD Coupé de Ville (1921-1928)

TalbotDDav

TalbotDDav1

TalbotDDar

TalbotDDint1

TalbotDDint2

TalbotDDint3
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

L'histoire de Talbot est mouvementée et les va-et-vient avec les marques Clément-Bayard ou Darracq sont nombreux. Reste qu'en 1920, après avoir été en partie absorbée Citroën, trois marques subsistent : Sunbeam, Talbot et Darracq. Les voitures produites en France gardent le nom de Talbot-Darracq, et s'appelent simplement "Talbot" à partir de 1922, tandis que les voitures produites en Angleterre conservent le nom "Clement-Talbot".

En 1921, sort une ligne de nouveaux modèles qui viennent remplacer les précédents équipés des moteurs sans soupape selon la licence Charles Knight, à l'instar des Panhard-et Levassor (voir ici la 6CS X69). Les nouvelles DB, DC, DD, DS10 apportent une motorisation tout à fait honorable dans le confort et le raffinement de l'époque. On note la cloison de séparation avec le chauffeur qui conduit à ciel ouvert, d'où l'appelation "coupé". Le bois est omniprésent et les moquettes épaisses le disputent à la qualité du velours de la banquette arrière. Sur le côté gauche un "cornet" permet de communiquer avec le chauffeur sans qu'il soit nécessaire d'ouvrir la vitre de séparation ou de hausser inutilement le ton pour se faire entendre. On note les trois coupes en cristal qui trouvent leur place face à la banquette.

La voiture est mue par un moteur de 4 cylindres de 1668 cm3 ce qui la classe dans la catégorie des 10 CV. Avec une puissance de 32 chevaux réels, la voiture se situe dans la norme de sa catégorie et sa boite à quatre rapports lui confère une vitesse maximale suffisante à partir de 1926.

A partir de 1928, la marque opère un virage en se dirigeant vers des moteurs à 6 cylindres considérés plus nobles (voir ici la K74). La DD se trouve curieusement en bas de gamme, position somme toute relative.

07 septembre 2010

Talbot K74 16 CV (1935)

Talbot16CVav

Talbot16CVav1

Talbot16CVar
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2009)

Talbot est une émanation de la firme Clément-Bayard pour y fabriquer ses voitures en Angleterre dès 1903, sous le nom Clément-Talbot. Mais peu à peu la filiale anglaise fabrique ses propres modèles tout en continuant la distribution des Clément. En 1906, la 20 CV est la première voiture Talbot entièrement fabriquée en Angleterre. Dès lors la savoir-faire de Talbot ne fit que croître et sa renommée augmenter avec le nombre de modèles disponibles.

En 1919, la société Clément-Talbot est rachetée par une autre firme anglaise au nom qui sonne français : Darracq, société qui a employé un temps un certain Louis Chevrolet avant qu'il ne s'exile aux Etats-Unis. Cependant, on ne changea pas la ligne directrice de Talbot, vouée à l'excellence. Peu à peu la marque se concentre sur des voitures à 6 cylindres, robustes et confortables avec en particulier une 15 CV qui combinait efficacité, qualité, confort, espace et fiabilité, s'inspirant de Rolls-Royce tout en se cantonnant à la moitié du prix. Conçue dans les années 20, elle devient le modèle phare de la gamme, malgré la crise qui empêcha de financer une longue et couteuse mise au point. Mais ne souffrant pas de défauts majeurs, elle franchit le cap de la production sans encombre. De plus cette voiture avait de belles perspectives de développement devant elle. Elle devint alors Talbot 75 ou 90 en fonction de son moteur, puis même 105 dans le courant des années 30. Talbot se classait alors régulièrement dans les places d'honneur des 24 heures du Mans. Mais cela n'empêcha pas le groupe de sombrer dans des difficultés financières importantes. En 1932, Anthony Lago entre dans la capital de Talbot qui devient Talbot-Lago.

Parallèlement l'arrivée de Lago, d'autres voitures à 6 cylindres se multiplient. La 15 CV est équipée d'un moteur de 2,7 litres tandis que la 17 CV profite d'un moteur 3 litres. Aucune trace d'un modèle 16 CV produit en 1935 comme l'indique le panonceau sur la calandre.

Avis aux amateurs. Voir les commentaires de "Binau" ci-dessous.

01 janvier 2009

Talbot-Lago T26 Figoni & Falaschi (1937)

Talbotinconnu2
(Retromobile, février 2006)

Le nom de cette voiture est à prendre au conditionnel. De longues recherches m'ont conduit vers ce modèle, mais je ne suis pas absolument certain de cette appellation.
Avis aux amateurs éclairés : vos renseignements sont les bienvenus !

Posté par Zorglub34 à 12:46 - - Commentaires [0]
Tags : , , , , , ,
25 décembre 2008

Talbot T26 L Présidentielle

TalbotAuriol1

TalbotAUriol2

TalbotAUriol3

TalbotAuriolAr

TalbotAuriolar2

TalbotAuriolInt2

TalbotAuriolInt3

TalbotAuriolInt4
(Retromobile, février 2006)

Cette Talbot est l'exemple de la perfection à la française. Ce landaulet était la voiture de parade des présidents René Coty et Vincent Auriol durant la IVè République, remisée au profit de la DS par le Général De Gaulle dès 1958.

En cours de restauration, comme on peut le voir aux cuirs abimés par l'humidité ou au pare-brise détérioré, on peut noter quelques aménagements spécifiques :
- une vitre de séparation entre l'avant et l'arrière
- un strapontin entre la banquette arrière et les sièges avant
- un outil de communication avec la chauffeur inséré dans l'accoudoir droit de la banquette présidentielle.

On peut constater le soin apporté à la finition, jusque dans le couvre-capote.
Il va sans dire que cet exemplaire est unique, mis en vente par le cabinet Osenat.

Posté par Zorglub34 à 12:20 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,
21 décembre 2008

Talbot 4,5l GSL

Talbot
(Retromobile, février 2006)

Très peu d'information sur ce modèle précis. Avis aux amateurs.

Talbot est une marque franco-anglaise fondée en 1903 par Adolphe Clément et Charles Chetwynd-Talbot, le Comte de Shrewsbury, pour commercialiser les voitures Clément-Bayard.

Rachetée par Darracq en 1919, la marque absorbe Sunbeam et commercialise des voitures de haut de gamme sous la marque Talbot dès 1924. En 1932 l'ingénieur italien Anthony Lago rejoint Talbot, et le nom change pour Talbot-Lago. Jusque dans les années 50 Talbot sera synonyme de luxe et prestige à la française et de sport automobile. En 1950, Talbot remporte les 24 heures du Mans avec une T26 GS (pour Grand Sport) équipée d'un moteur de 200 chevaux à 4800 tour/min.
Cependant les ventes restent confidentielles, le prix des limousines étant prohibitif. La gamme s'amenuise, et peu à peu, Talbot-Lago fait appel à des organes extérieurs, tels qu'un V8 d'origine BMW. Peu à peu c'est le déclin et en 1958 Simca rachète la marque Talbot.
Durant les années 60, Simca connait peu à peu des difficultés et se trouve absorbée par Chrysler. En 1978 Chrysler connaissant à son tour des difficultés cède ses actifs européens à PSA. C'est ainsi que Peugeot hérite du nom Talbot. Ne pouvant continuer à produire la gamme sous le nom Chrysler (si vous trouvez une vieille Simca 1307 ou Horizon vous pourrez voir le nom Chrysler sur le capot), Peugeot choisit d'exhumer Talbot. C'est ainsi que les Samba, Horizon, 1510, Solara, Tagora seront des Talbot.
Mais en plein marasme économique, au milieu de mouvements sociaux importants, la gamme n'est pas renouvelée assez vite, et Talbot connut un rapide déclin. La remplaçante de l'Horizon qui aurait dû s'appeler Arizona fut baptisée finalement Peugeot 309 tant l'image de Talbot était devenue négative. Ainsi d'une marque de luxe Talbot est devenue une marque de voiture bon marché et peu fiable.
Une terrible déchéance pour un des fleurons de l'histoire de l'automobile française.

Posté par Zorglub34 à 13:50 - - Commentaires [1]
Tags :