15 mars 2015

Riley RMC (1948-1951)

Riley2l5RMCav

Riley2l5RMCav1

Riley2l5RMCar1

Riley2l5RMCar

Riley2l5RMCint
(Fécamp, Seine-Maritime, juillet 2012)

A l'aube de l'ère automobile, les premiers constructeurs qui viennent à l'esprit sont souvent Daimler, Panhard ou Peugeot. Mais de l'autre coté de la Manche, les constructeurs ne sont pas en reste et Riley fait partie des pionniers. Percy Riley n'a que 16 ans lorsqu'il fabrique sa première voiture dans un coin de l'usine de bibyclettes de son père, et certainement à son insu. L'homme voit d'un mauvais oeil cette nouvelle concurrence et ne croit pas à l'avenir d'un tel engin. Le jeune homme persiste et est même inventif. Il est le premier à installer un système de mécanique d'ouverture et fermeture des soupapes quand les autres se contentent d'utiliser la dynamique des flux.

Toujours résolument opposé à l'automobile, William Riley voit peu à peu ses fils s'éloigner. Victor dans un premier temps soutient le jeune Percy et plus tard, Allan les rejoint dans l'aventure. Ils réunissent les fonds nécessaires pour fonder leur entreprise en les empruntant... à leur mère ! Ce sont ensuite les deux derniers frères qui quittent leurs études pour rejoindre l'entreprise. C'est ainsi qu'est fondée l'entreprise des frères Riley à Coventry, en 1903.

Dans un premier temps, la petite firme ne produit que des tricycles et quadricycles légers. Ce n'est qu'en 1905 que sont assemblées les premières voitures avec la Riley 9. L'entreprise se développe alors et ne cesse de croître, multipliant les modèles et les moteurs à 4, 6 ou 8 cylindres. L'apogée a lieu dans les années 30 avec des belles places aux 24 du Mans tandis qu'un nouveau concurrent s'installe à Coventry, et qu'on appelera plus tard Jaguar. En 1938, la firme Riley est absorbée par MG dans la "Nuffield Organisation". Elle est considérée alors comme l'équivalent d'Hotchkiss ou Salmson, un juste milieu entre sportivité et élégance, confort et performance.

On retrouve les Riley en 1945 comme une gamme intermédiaire entre sportivité et confort. La RMA a été l'une des premières voitures lancées après-guerre et l'on sent à la ligne qu'elle a été étudiée avant le conflit. Elle arbore pourtant une élégance discrète qui n'évoque pas les performances dont elle est capable. Sous le capot, le moteur 12/4 né en 1934 de 1,5 litres lui fournit 54 ch, emmène la berline à plus de 120 km/h !! Mais c'est la RMB, dès l'année suivante avec son moteur 2,5 litres de 90 ch qui va transcender l'auto en voiture aux performances hors normes. Avec 95 mph (153 km/h) en pointe, peu de voitures peuvent rivaliser, tandis qu'elle ménage ses occupants avec une suspension à roues indépendantes à l'avant, tout en conservant une ligne délicieusement surranée. En même temps, la RMA se transforme en "Drophead", c'est à dire une version découvrable de la berline. En 1948, la RMC est la version cabriolet de la RMB, et elle profite de la nouvelle version plus musclée du moteur 2,5 litres qui passe à 100 ch. En 1949, la RMD est la cabriolet à 4 places dérivé de la RMB et en 1951, la RME remplacent la RMA.

La RMC n'a été produite qu'à 507 exemplaires de 1948 à 1951. En 1952, les RME et RMF prennent le relai, mais les voitures sont de plus en plus datées. La RMH (ou Pathfinder) qui lui succède en 1953 apporte un surplus de nouveautés. C'est alors la dernière vraie Riley. Absorbé par la British Motor Corporation en 1957, les suivantes ne seront que des Wolseley rebadgées.

Pour en savoir plus : le site de Rob Riley (en anglais)

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 16 CV
Cylindrée : 2443 cm3
Alésage x course : 80,5 x 120 mm
Taux de compression : 6,8:1
Puissance maximale : 100 ch à 4500 tr/min
Couple maximal : 18,6 mkg à 3000 tr/min
Distribution : arbre à cames latéral, soupapes en tête en V à 90°, culbuteurs
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : deux carburateur SU H4
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Diamètre de braquage : 10,97 m
Suspension av : roues indépendantes, doubles triangles, barre de torsion
Suspension ar : pont hypoïde, ressort à lame transversal
Longueur : 472,4  cm
Largeur : 167,6 cm
Hauteur : 151,1 cm
Empattement : 302,3 cm
Voie av : 133,3 cm
Voie ar : 133,3 cm
Freins av : tambours Girling (304 mm)
Freins ar : tambours Girling (304 mm)
Vitesse maximale : 161 km/h
Poids : 1346 kg

Posté par Zorglub34 à 14:37 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,

13 avril 2013

Riley RME (1951-1957)

RileyRMEav

RileyRMEav1

RileyRMEav2

RileyRMEar2

RileyRMEar1

RileyRMEar

RileyRMEint
(Bouville, Seine-Maritime, juin 2011)

En 1951, la RME (notre modèle) remplace la RMA. Il s'agit peu ou prou de la même voiture et les différences sont ténues. Extérieurement, on note les feux additionnels incorporés à l'aile et non plus posés sur le pare-choc. A l'arrière, la vitre a été agrandie et les roues sont ornées de flasques à l'arrière. Les autres modifications concernent le freinage hydraulique, un nouvel arbre de transmission, et un pont arrière hypoïde pour améliorer la tenue de route. Elle conserve également le moteur 1,5 litres. L'année suivante, la RMB reçoit ces modifications (sauf les feux dans les ailes et les flasques sur les roues arrière) et devient RMF (avec le moteur 2,5 litres).

La RME termine sa carrière en 1955 et 3446 voitures produites. Elle devait être remplacée par la RMG, clône de la MG Magnette ZA (ici en Magnette ZB). Mais le projet a été simplement annulé. La RME est remplacée par la One-Point-Five, un clône de la Wolseley 1500. C'est finalement la Riley Pathfinder, ou RMH, qui sera la dernière vraie Riley en 1957. Les suivantes seront des voitures du groupe BMC rebadgées en fonction des stratégies de positionnement des produits. La marque a transité de main en main au gré des cessions du groupe BMC, jusqu'à appartenir à BMW. Elle a été engloutie avec la faillite et la disparition du groupe Rover. Mais Riley reste un nom qui évoque le raffinement et la sportivité à l'anglaise.

Pour en savoir plus : le site de Rob Riley (en anglais)

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : NC
Cylindrée : 1496 cm3
Alésage x course : 69 x 100 mm
Taux de compression : 6,8:1
Puissance maximale : 54 ch à 4500 tr/min
Couple maximal : 10,8 mkg à 2500 tr/min
Distribution : arbre à cames latéral, soupapes en tête, culbuteurs
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur SU
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Suspension av : roues indépendantes, doubles triangles, barre de torsion
Suspension ar : pont hypoïde, ressort à lame transversal
Longueur : 454,7 cm
Largeur : 161,3 cm
Hauteur : 150 cm
Empattement : 285,8 cm
Voie av : 132,7 cm
Voie ar : 132,7 cm
Garde au sol : 19,1 cm
Freins av : tambours Girling (254 mm)
Freins ar : tambours Girling (254 mm)
Vitesse maximale : 120 km/h

Posté par Zorglub34 à 13:49 - - Commentaires [1]
Tags : , ,