02 juin 2013

Matford Alsace V8 (1935-1939)

MatfordAlsaceav

MatfordAlsaceav1

MatfordAlsacear
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

MatfordAlsace1939av

MatfordAlsace1939av1

MatfordAlsace1939ar
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2011)

MatFord est le fruit de l'association entre Henry Ford et Emile Mathis. Un accord entre les deux hommes, et surtout leurs structures respectives, donne naissance au 1er novembre 1934 à la Société MatFord SA, détenue à 60 % par la filiale française du groupe américain, Ford SAF. Mathis construit des voitures depuis 1905 en association avec Ettore Bugatti dans des usines situées à Strasbourg, ville alors allemande. Les deux hommes se séparèrent et Bugatti fit la carrière que l'on connaît. De son côté, Emile Mathis se lance en 1911 mais sa société ne connaît l'essor qu'après la première guerre mondiale. Il produit alors une voiture légère, concurrente de la Citroën A,  ce qui lui permet d'être le quatrième constructeur français. Il court devant le succès et tente de transposer la réussite du modèle MY au haut de gamme. Il investit régulièrement dans des innovations technologiques qui situent sa firme dans les plus en pointe de son époque. Mais la crise des années 30 intervient et les capacités de l'usine de la Meinau, près de Strasbourg parviennent à leurs limites. Mathis se trouve devant un cruel dilemme : investir dans une nouvelle usine sans pouvoir financer de nouveaux modèles, ou l'inverse. Il prend pourtant la pari de la nouvelle usine. Financièrement à bout, l'entreprise frise le dépôt de bilan lorsque Ford intervient.

Ford a bien une filiale française depuis longtemps qui distribue ses voitures depuis 1916. Cette société a été créée à Bordeaux avec Henri Dupasse qui est importateur de la marque américaine depuis 1907. Ce dernier construit un atelier à Bordeaux en 1909 (qui fabrique des boites de vitesses à l'heure actuelle, toujours pour Ford). Racheté en 1916, cet atelier voit la création de la Société des Automobiles Ford et le lancement de la Ford T à la française. La SAF construit un autre atelier à Asnières en 1924 et y transfère la production y ajoutant des véhicules utilitaires. La société devient Ford Société des Automobiles Françaises (ou Ford-SAF) en 1929. Un montage complexe est organisé pour contourner les barrières douanières mais la voiture produite ne séduit pas la clientèle française qui lui préfère la Peugeot 201 ou la nouvelle Citroën Traction bien moins chères et plus économiques, voire la Mathis EMY-4. Il faut donc aller plus loin. C'est là qu'Emile Mathis devient l'homme providentiel.

L'accord conclu entre les deux groupes prévoit que le réseau de distribution de Mathis (200 concessionnaires en France) vendra les voitures des deux marques (trois modèles Ford et quatre modèles Mathis). Pendant ce temps, Ford rééquipe l'usine de la Meinau et le premier modèle commun à Matford est produit à partir de 1935. Fin 1935, la production des Mathis, très déficitaire est arrêté au profit des MatFord. C'est là qu'Emile Mathis comprend qu'il a été la dupe de ce marché car Ford va phagocyter sa société. La nouvelle voiture en construction dans l'usine rénovée de laisse aucune place à la production d'un moteur à 4 cylindres et Ford a importé l'outillage des Etats-Unis en ne pensant qu'au V8. Dès lors, la place de Mathis restait symbolique.

En janvier 1935 est présentée la V8-48. Elle reprend la structure d'un modèle Ford antérieur, la V8-40. Il faut attendre le mois de septembre 1935 pour que la première MatFord, l'Alsace V8 soit commercialisée. Elle reprend de fait bon nombre de pièces de la V8-48 : châssis, ailes, moteur. Elle bénéficie d'un moteur V8 de 3,6 litres fort de 90 ch. Fort bien équipée, elle revendique 21 CV fiscaux, un handicap fort en France. Une autre version avec V8 de 2,2 litres et 60 ch et un empattement raccourci vient tenter de pallier le problème (notre modèle, semble-t-il). Début 1936, le logo MatFord est modifié et perd son F majuscule pour devenir Matford. Le millesime 1936 s'identifie à ses phares encastrés dans les ailes.

Les modèles vont se succéder, les uns après les autres, Matford s'avérant une entreprise rentable et les voitures réputées pour leur confort et leur fiabilité. Ford propose à Mathis de racheter ses parts, mais ce dernier en demande un prix déraisonnable. Ford réagit en résiliant le bail de l'usine de Strasbourg et se lance dans la construction d'une nouvelle usine qui sera celle de Poissy. En 1938, Mathis finit par céder ses parts pour 4 fois la mise de départ. A l'automne 1939, l'usine de Strasbourg est évacuée et la production est précipitamment rapatriée à Poissy. Matford est officiellement dissoute en juin 1941, entièrement absorbée par Ford qui fabriquera alors les Ford Comète et Ford Vedette.

Pour tout savoir sur les Matford, allez visiter ce site extrèmement bien documenté : Matford

Fiche technique :

Moteur : V8 d'origine Ford, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 21 CV
Cylindrée : 3621 cm3
Alésage X course : 77,8 X 95,2 mm
Puissance maximale : 90 ch à 3800 tr/min
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 3 rapports
Suspension av : ressort à lames transversal
Suspension ar : ressort à lames transversal
Voie av :  138 cm
Empattement : 285 cm
Pneus av/ar : 6,00 X 16
Vitesse maximale : 130 km/h
Poids : 1320 kg

Posté par Zorglub34 à 10:19 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,

04 août 2012

Matford V8 F92A 13 CV cabriolet (1939)

MatfordV8F92cabav

MatfordV8F92cabav1

MatfordV8F92cabar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

Depuis les débuts de la MatFord Alsace V8, la voiture a évolué d'année en année. Pour le cabriolet, le lancement a été effectué sur la base de la V8-48 et non de l'Alsace V8, pas encore sortie. Ce n'est qu'en 1936 que sortent les premiers cabriolets authentiquement MatFord, avec les deux motorisations disponibles en 13 ou 21 CV. Ces voitures sont directement construites sur la base de l'Alsace. Aussi il est logique que le cabriolet suive les modifications qui affectent la berline, tant en carrosserie qu'en motorisation.

Si bien que pour le modèle 1939, la V8-F92A, la voiture adopte les feux encastrés dans l'aile et sans chrome de la berline et le pare-brise en deux parties apparu en 1938.

Fiche technique :

Moteur : V8, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 13 CV
Cylindrée : 2225 cm3
Alésage X course : 66 X 81,3 mm
Puissance maximale : 60 ch à 3800 tr/min
Alimentation : carburateur
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à trois rapports
Suspension av : essieur rigide, ressort à lames transversal
Suspension ar : essieur rigide, ressort à lames transversal
Pneus av/ar : 150 X 40
Freins : tambours, commande mécanique
Voie av/ar : 142 cm
Empattement : 275 cm
Vitesse maximale : 125 km/h
Poids : 1140 kg

Posté par Zorglub34 à 13:56 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,