02 juillet 2014

Hotchkiss 413 Cabourg (1936-1948)

Hotchkiss413av

Hotchkiss413av1

Hotchkiss413av2

Hotchkiss413pf

Hotchkiss413ar1

Hotchkiss413ar
(Rétro-Mobile 2012, Pont de l'Arche, Eure, mars 2012)

La nomenclature a souvent varié chez Hotchkiss. Ainsi au cours des années 30, les carrosseries portent des noms de régions françaises tandis que les versions s'identifient dans un premier temps par une association entre le nombre de cylindres et la puissance fiscale. Ainsi le moteur 4 cylindres dans une version de 11 CV (2 litres) forme la 411 tandis que la version 13 CV (2.3 litres) donne la 413 (notre modèle). La berline 4 portes porte le label "Cabourg".

Cependant, au cours de l'année 1936 (semble-t-il) la nomenclature change encore et la puissance fiscale est remplacée par l'alésage. Ainsi la 413 devient 486 (ici en cabriolet Biarritz) tandis que la 411 devient 480. Il en est de même avec les moteurs 6 cylindres qui deviennent 680 ou 686. En 1938, les chiffres sont inversés et la 486 devient 864.

Ces moteurs à longue course (99 ou 100 mm) sont très souples et le moteur 2.3 litres procure 60 ch à 3800 tr/min ce qui permet avec 4 rapports d'atteindre 110 km/h. Toutes les voitures sont produites en conduite à droite.

Produite jusqu'en 1948, elle est remplacée par l'Anjou.

Posté par Zorglub34 à 14:42 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,

22 décembre 2011

Hotchkiss Anjou 13.50 (1951-1954)

HotchkissAnjou1350av

HotchkissAnjou1350av1

HotchkissAnjou1350int
(Retro-en-Caux, Doudeville, Seine-Maritime, juillet 2009)

Hotchkissanjou1350av

Hotchkissanjou1350av1

Hotchkissanjou1350ar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2009)

HotchkissAnjouav

HotchkissAnjouav1

HotchkissAnjouar
(On The Road, Le Mont de l'If, Seine-Maritime, juin 2010)

L'Anjou 13.50 succède à l'Artois 864 S49 apparue en 1948 mais écoulée à seulement 2000 exemplaires. Elle présente une ligne modernisée, en galbes et rondeurs alors que l'Artois conservait les lignes issues de la Cabourg. Elle mise surtout sur un intérieur soigné, mêlant velours et bois.

Le moteur 2,3 litres est tout droit hérité du 4 cylindres des AM 80 et propose 72 chevaux au régime maximal de 4000 tr/min, la faute à une conception du moteur en fonte à longue course qui exclut les hauts régimes. Toutefois ce moteur est réputé pour sa fiabilité et sa souplesse. Parallèlement, la version 6 cylindres prend la dénomination Gascogne.

Le confort est grandement accru par l'utilisation du système de suspension "Grégoire", qui rend les routes presque lisses, tant il absorbe les irrégularités de l'asphalte. Ce système dit "à flexibilité variable," comporte trois ressorts par roues qui viennent compenser mutuellement leurs mouvements. Il a été également été utilisé sur certains modèles de 4CV et d'Ondine sous le nom "aérostable" et même dans certaines Citroën Traction mais il n'a pas été généralisé en raison d'un coût de fabrication élevé.

Les modèles de 1951 possèdent un levier de vitesses au plancher (modèle marron). La boite est à 4 rapports dont la première n'est pas synchronisée. Seuls un millier d'exemplaires seraient ainsi équipés. Par la suite, la commande sera au volant, et la voiture sera dotée d'une boite Cotal (modèle noir).

Mais en 1950, Peugeot avait déjà pris le contrôle d'Hotchkiss, et la fusion avec Delahaye en 1953 conduit à l'arrêt de fabrication de voitures de tourisme. A l'exception de la légendaire "Hotchkiss-Grégoire", l'aventure automobile s'arrête là, Hotchkiss se limitant à la construction de véhicules utilitaires et de Jeep Willys sous licence.

Posté par Zorglub34 à 13:52 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,
01 janvier 2011

Hotchkiss 412 (1933-1934)

Hotchkiss412av

Hotchkiss412av1

Hotchkiss412ar1

Hotchkiss412ar
(Retro-en-Caux, Doudeville, Seine-Maritime, juillet 2009)

Cette Hotchkiss 412 est l'héritière directe de l'AM2 produite depuis 1923 mais qui ne prend cette dénomination qu'en 1925. En 1933, l'AM2 est stoppée après 20 000 voitures produites. La gamme est alors rebaptisée 412 en 1933 avec de très faibles évolutions aérodynamiques.

La voiture est animée par un moteur 4 cylindres à soupapes en tête de 2,4 litres qui délivre la puissance de 55 chevaux. Le couple onctueux est de 14 mkg dès 3000 tr/min. La voiture est ainsi emmenée à 115 km/h grâce à une boite à 4 rapports tous synchronisés.

En 1934, elle est remplacée par deux modèles plus modernes, les 411 et 413.

Posté par Zorglub34 à 18:19 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,
19 décembre 2010

Hotchkiss Artois 864 S 49 (1948-1950)

Hotchkissartoisav

Hotchkissartoisprof

Hotchkissartoisar
(Retro-en-Caux, Doudeville, Seine-Maritime, juillet 2009)

Après la deuxième Guerre Mondiale, les ventes de la 864 ou Cabourg reprennent alors que la production en avait été interrompue pour participer à l'effort de guerre en produisant des véhicules utilitaires. Hotchkiss est alors une société en péril et les ventes de la Cabourg ne l'aident pas à s'en sortir, la voiture faisant un peu démodée. Dans l'urgence, la gamme est alors revue.

L'Artois succède à la Cabourg ou 864 en septembre 1948. Elle en conserve l'essentiel des caractéristiques, mais voit son arrière modifié de façon à disposer d'une malle bien plus accessible. De l'avant, on trouve peu de différences si ce n'est un museau plus fin coupé en deux par une arête centrale. Le passage d'aile est plat alors que l'échancrure est plus profonde sur la Cabourg. Quant au moteur, il reste presque identique mais jouit toutefois d'un surcroît de puissance par une élévation du taux de compression. Le 4 cylindres fournit 70 chevaux tandis que le 6 cylindres voit sa puissance réduite de 125 à 110 chevaux afin de ne pas entrer en concurrence avec des modèles plus étoffés de la gamme. La version 6 cylindres est appelée Gascogne.

C'est ainsi que la version à 4 cylindres peut tranquillement filer à 110 km/h tandis que la 6 cylindres file à 140 km/h !

En 1950, l'Artois est remplacée par l'Anjou 13.50 et la Gascogne par l'Anjou 20.50 après un peu plus de 2000 voitures vendues.

Posté par Zorglub34 à 15:08 - - Commentaires [2]
Tags : , ,
30 novembre 2010

Hotchkiss 411 Cabourg (1936-1948)

Hotchkiss680cabourgav

Hotchkiss680cabourgav1

Hotchkiss680cabourgar1

Hotchkiss680cabourgar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2008)

HotchkissCabourgav

HotchkissCabourgar
(Retro-en-Caux, Doudeville, Seine-Maritime, juillet 2009)

Toujours fidèle à son idée de représenter "le juste milieu", c'est à dire entre les voitures populaires de Peugeot, Citroën ou même Renault et les voitures luxueuses telles les Rolls-Royce, Hispano-Suiza, Delage ou même Bugatti et Talbot-Lago, la marque Hotchkiss conçoit un nouveau châssis pour succéder à l'AM2.

Cette élégante berline est pourvue au choix d'un moteur 4 cylindres (notre modèle) ou 6 cylindres. C'est un moteur avec arbres à cames latéral et soupapes en tête. Avec 2 litres de cylindrée il délivre environ 60 chevaux et permet à la voiture de filer à 110 km/h, une vitesse impressionnante avant-guerre, quand on considère l'état des routes de l'époque.

La version 6 cylindres de 3,5 litres atteignait de 100 à 125 chevaux et la 686 GSR remporta le Rallye de Monte-Carlo de 1932 à 1934, puis Hotchkiss le remporta encore en 1939, 1949 et 1950 !

Le confort est le principal atout de cette voiture dont le moteur ronronne doucement. Alliée à la réputation de robustesse et d'endurance, elle s'avère un choix judicieux dans l'entre-deux-guerres. Les ventes de la marque atteignent presque 4000 unités par an. Cependant, la voiture perdait son rang de "juste milieu" en se rapprochant de l'élite.

La Cabourg sera remplacée par l'Artois en 1948, puis par l'Anjou en 1950.

Posté par Zorglub34 à 11:02 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,
03 septembre 2010

Hotchkiss Coupé Basque (1935)

Hotchkissbasqueav

Hotchkissbasqueav1

Hotchkissbasquear
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2009)

Ce splendide et rarissime coupé Basque témoigne du savoir-faire de la marque française qui voulait se situer dans "le juste milieu". Dérivé de la 411 (ou de la 686... ?), il préfigure le cabriolet Biarritz qui sera commercialisé l'année suivante. Cet exemplaire est équipé d'un moteur de 17 CV qui doit donc être le 6 cylindres de 3 litres que l'on retrouve également dans la Cabourg.

Avis aux amateurs pour plus de renseignements.

11 juillet 2009

Hotchkiss 680 Biarritz (1936)

Hotchkiss486biarritzav1

Hotchkiss486biarritzav2
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2008)

A l'origine Hotchkiss est un fabricant d'armes américain qui a installé une usine en France, près de Rodez au milieu du XIXè siècle. L'insigne représente deux canons croisés et une grenade entourés par un ceinturon. Lorsqu'éclate la guerre de 1870 l'entreprise fructifie, et si bien qu'en 1875 une nouvelle usine est inaugurée à Saint-Denis. A sa mort, dix ans plus tard, Benjamin Berkeley Hotchkiss laisse derrière lui une entreprise prospère.
Ce n'est qu'à partir des années 1920 qu'Hotchkiss se mit à fabriquer des voitures. Jusque là, l'entreprise avait fabriqué des moteurs et des châssis à vocation sportive. "Le juste milieu", ce fut le segment où Hotchkiss voulait s'intégrer, entre les voitures populaires de Peugeot ou Citroën et les voitures de luxe telles que les Delage, Delahaye ou autre. L'AM 2 respecta ce cahier des charges et acquit les suffrages d'une clientèle petit bourgeois qui recherchait le confort, l'élégance et le discrétion. La firme fait fortune et près de 4000 voitures sont vendues chaque année. Hotchkiss s'inscrit comme un constructeur de standing.
Dans les années 30, les voitures sont de plus en plus élégantes et intègrent les éléments de carrosserie de manière de plus en plus aérodynamique. La calandre s'incline, les ailes avant enveloppent mieux les roues, la malle devient intégrée. Les voitures sont déclinées en berline ou limousine et en cabriolet, coupé. Notre modèle est équipé d'un moteur 6 cylindres de 3 litres (17 CV fiscaux) (voir les commentaires du propriétaire de la voiture ci-dessous).

La nationalisation de la branche armement d'Hotchkiss est mal vécue par la direction, et c'est sur l'automobile que la marque doit se reposer. La guerre fera souffrir l'entreprise qui est en partie rachetée par Peugeot. Les voitures et les techniques de production ne sont plus adaptées au marché, et les ventes ne s'améliorent pas. Peugeot finit par se désengager, et en 1955 Hotchkiss fusionne avec Delahaye. Mais pourtant l'abandon de la production des voitures de production est décidé. Il ne reste plus que la production de véhicules industriels et militaires, ainsi que la production de la Jeep sous licence Willys. Elle se poursuivra jusqu'en 1966 et la firme fermera ses portes en 1971.

Le Club-Hotchkiss



  1