08 septembre 2012

Hommel Berlinette RS2 (2000-2003)

HommelRS2av

HommelRS2av1

HommelRS2ar1

HommelRS2ar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

Michel Hommel est un passionné d'automobile. Tellement passionné qu'il participe à la coupe de R8 Gordini pendant trois ans. Puis, sans doute inspiré par son cousin Gérard Lignac, patron de presse, il fonde son propre magazine en 1968 : Echappement, un titre désormais bien connu des amateurs de sport automobile. Petit à petit, il fonde un empire allant jusqu'à 25 titres de presse spécialisée dans le loisir en général, et l'automobile pour la plupart. En parallèle, il collectionne les automobiles. Il importe le rallye-cross d'Angleterre et organise la première course à Lohéac, une petite commune d'Ille-et-Vilaine qui périclitait et dont il est tombé amoureux. En 1985, il y rachète un corps de ferme et y construit le "Manoir de l'Automobile", un musée destinée à présenter les voitures qu'il a accumulées depuis l'âge de 18 ans. Plus de 300 voitures y sont actuellement présentées, soit un des plus grands musée du genre. Le site est entouré d'un circuit de plusieurs pistes en goudron ou en terre pour permettre aux voitures du musée de tourner régulièrement.

Pour devenir constructeur, Michel Hommer utilise son propre journal, "Echappement". A la suite d'une discussion sur les regrettées Alpine A110 ou A310, en 1991, il organise un grand sondage intitulé "berlinette des années 90 : imaginez-là" afin de définir avec les lecteurs ce que devrait être pour eux la sportive idéale. C'est ainsi que naît le cahier des charges du prototype présenté en 1992 au Mondial de l'Automobile. La voiture imaginée par les lecteurs est des plus radicales : barquette deux places sans superflu, pas de garniture, pas d'instrumentation sophistiquée, pas d'insonorisation. La voiture est de couleur bleue sur un châssis jaune qui doit se montrer ainsi que les rivets sur les tôles d'aluminium de la carrosserie. Le sondage révèle que les instruments à bord doivent être à aiguille pour une lecture plus intuitive, et le demarreur être un bouton-poussoir. Le tout pour 250 000 F, voilà le tableau. Et Michel Hommel se lance dans la conception de cette voiture.

Il installe ses ateliers dans l'ancienne laiterie de Lohéac, participant encore un peu au renouveau de la commune. La voiture est commercialisée à partir de 1994. Un accord avec Peugeot lui permet d'utiliser le moteur de la 306 S16, fort de 155 ch. Cependant la voiture est très résolument sportive et les clients sont des véritables passionnés. L'entreprise de petite taille fournit des véhicules au compte-gouttes seulement 69 exemplaires de la "Berlinette Echappement" seront mis en circulation, en coupé ou en barquette.

Mais Michel Hommer veut faire mieux. Pour des raisons d'homologation, la "berlinette Echappement" ne peut pas être maintenue au catalogue. C'est alors la Berline RS qui entre en scène. Elle adopte toujours le moteur de la 306 S 16, mais dans une version de 167 ch. Cette nouvelle voiture est fabriquée exclusivement en coupé. 63 voitures sont vendues en deux, et la voiture est remplacée par la RS2, toujours en raison de contraintes réglementaires. Pour cette version, le moteur est revu et corrigé et il en retire 195 ch. Avec moins de 950 kg sur la bascule, la voiture est très performante : 6,4 s pour atteindre 100 km/h et 26.1 pour franchir la ligne des 1000 m, 235 km/h en pointe. Toujours aussi radicale, elle s'écoule à 56 exemplaires jusqu'en décembre 2003. Encore une fois, ce sont les réglements techniques qui vont avoir raison de cette petite firme. La hausse constante des normes deviennent une charge impossible à assumer pour une entreprise quasi artisanale comme Hommel. Un rapprochement avec des investisseurs chinois a été opéré en 2005 dans l'idée de construite la RS2 sous licence en Chine, mais aucun accord n'a abouti. La RS2 reste une voiture rare, exceptionnelle, sauvage qui en fait la rivale d'une Lotus Elise ou d'un Spider Renault.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne d'origine Peugeot, essence
Emplacement : transversal central arrière
Puissance fiscale : 13 CV
Cylindrée : 1998 cm3
Alésage x course : 86 x 86 mm
Taux de compression : 10,8:1
Puissance maximale : 195 ch à 6750 tr/min
Couple maximal : 22 mkg à 5500 tr/min
Distribution : double arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 16
Alimentation : injection Magnetti Marelli
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 6 rapports
Direction    à crémaillère
Suspension av : triangles superposés
Suspension ar : train McPherson
Longueur : 412 cm
Largeur : 179 cm
Hauteur : 115 cm
Pneus av : 205/50 ZR 16
Pneus ar : 245/45 ZR 16
Freins av : disques ventilés Brembo (309 mm)
Freins ar : disques ventilés (283 mm)
Vitesse maximale : 231 km/h
0 à 100 km/h : 6,5 s
0 à 160 km/h : 14,8 s
0 à 200 km/h : 28,9 s
400 m.D.A. : 14,4 s
1000 m.D.A. : 26,1 s
Consommation moyenne : 10,3 l/100km
Capacité du réservoir : 64 litres
Poids : 950 kg