16 juillet 2012

Delage D4 coach (1934)

DelageD4av

DelageD4av1

DelageD4prof

DelageD4ar1

DelageD4ar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

La Delage D4 marque le chant du cygne pour la célèbre marque de prestige française. En cette période de crise du début des années 30, les voitures à forte cylindrée, créneau de prédilection de la firme, se vendent moins bien. Certes la D8 Sport et la D8 Aerosport font figure de "Supercar", mais les chiffres de production ne permettent pas de faire des bénéfices, pas plus que la plus modeste D6 à 6 cylindres. En 1934, Delage se risque au plus prosaïque moteur à 4 cylindres, espoir de survie.

Cependant, on ne renie pas le savoir-faire. Le moteur dispose d'une culasse à soupapes en tête avec culbuteurs et système de rappel. La boite de vitesses jouit d'un troisième et quatrième rapports silencieux. Le freinage sur les quatre roues est actionné par un système hydraulique sur des tambours. La finition est des plus raffinées, la colonne de direction est même réglable.

Bien que sympathique, la D4 ne sauvera pas Delage. De deux à trois mille chassis auraient été assemblés, et chacun carrossés par des artisans de talent. Pour autant la cessation des paiements se profile à coup sûr. Loin d'attendre ce déshonneur, Louis Delage met volontairement sa société en liquidation en avril 1935. Elle est reprise alors par Delahaye pour un dernier barroud d'honneur.

Le coach présenté a été produit à 17 exemplaires dont il serait l'ultime survivant.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Culasse : amovible, en fonte
Vilebrequin : 3 paliers
Puissance fiscale : 8 CV
Cylindrée : 1480 cm3
Alésage X course : 77 X 79,5 mm
Puissance maximale : 40 ch à 4200 tr/min
Distribution : arbres à cames latéral, soupapes en tête, culbuteurs
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur
Batterie : 6 V
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à vis sans fin
Suspension av : roues indépendantes, bras triangulés transversaux superposés, ressort transversal à lames
Suspension ar : essieu rigide, ressort à lames semi-elliptiques
Voie av : 136 cm
Voie ar : 136 cm
Empattement : 280 cm
Pneus av : 5,00 X 17
Pneus ar : 5,00 X 17
Freins av : tambours
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 102 km/h
Consommation moyenne : 16,2 l/100km
Capacité du réservoir : 85 litres
Poids : 920 kg


20 mai 2012

Delage D8 - 120 Aerosport (1937)

DelageD8_1

delageD8_5

DelageD8_2

DelageD8_3

DelageD8_4
(Retromobile, février 2006)

Voici un vaisseau qui donne le tournis. Cette Delage, voiture personnelle de M. Louis Delage, a été produite et présentée au salon de Paris en 1937 et pourtant on pourrait la croire tout droit sortie d'un bureau de style contemporain. Née sous la plume de Georges Paulin sur la base d'un châssis de D8-120 S, cet exemplaire unique a été carrossé par les ateliers de Marcel Pourtout.

Longue de 5,20 m elle est dédiée au luxe. Tout l'intérieur est cerné de bois précieux et de cuir. L'instrumentation est exceptionnelle pour l'époque : compte-tour, pression d'huile, montre, tension de batterie, etc. Sous le capot, un 8 cylindres en ligne de 4,3 litres développant 105 chevaux à 3600 tr/min explique la longueur de la proue. Comparée aux Bugatti, ce n'est pas une foudre de guerre, mais c'est une voiture construite pour maintenir un rythme de 100 km/h en toutes circonstances, dans un confort total, aidé en cela par un freinage puissant et une direction précise à défaut d'être légère. Le confort est encore agrémenté par une boite inédite : la boite Cotal électromagnétique. Elle offre 4 rapports avant, et... 4 rapports arrière !

Cette voiture a remporté le concours l'élégance Louis Vuitton 2005.

NB : La note a été enrichie au fur et à mesure des commentaires et précisions apportés par les différents intervenants, et en particulier Michel-Georges Paulin.

Le site des archives de Georges Paulin.

20 février 2011

Delage Torpedo DE (1923)

DelageDEav

DelageDEav1

DelageDEar1

DelageDEar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2009)

La marque "Delage" est née en 1905. Après avoir d'abord travaillé pour Peugeot à travers son propre bureau d'études en sortant des Arts et Métiers, Louis Delage, charentais de Cognac, fonde sa société à Levallois-Perret. Il fait appel aux moteurs De Dion qui représentent le nec plus ultra de l'époque et se charge de créer les châssis. Petit à petit, les voitures montent en gamme, et après la Grande Guerre, les voitures Delage font partie du haut du panier.

En 1921, un collègue des Arts et Métiers de Louis Delage, Charles Planchon, crée la nouvelle 11HP. C'est une voiture très moderne, avec quatre roues freinées, et une boite de vitesses à 4 rapports et accolée au moteur. La voiture sera ensuite appelée par le type délivré par le service des Mines : DE.

Pour en faire la promotion, Louis Delage et son fils Pierre, s'engagent dans toute sorte de tentative de record. Ils effectuent un "raid" de plus de 8000 km à travers la France à la moyenne record de plus de 50 km/h. Plus tard ils rallient Paris à Madrid en  20 heures 30 (1380 km), et le Tour de France (4400 km) est effectué en moins de 5 jours (78 heures exactement). La presse de montre dithyrambique à l'égard de la voiture qui est considérée fiable, économique (elle ne consomme que 10 l/100), rapide (vitesse de pointe de 91 km/h), agréable à conduire. Le moteur à soupapes latérales de 2,1 litres (4 cylindres de 2116 cm3, (84 x 90 mm)) délivre 32 chevaux au régime maximal de 2800 tr/min.

Le modèle présenté a la particularité de proposer une conduite à gauche alors qu'à l'époque ce n'est pas encore la règle. La plupart des voitures produites à l'époque avaient plutôt la conduite à droite pour pouvoir suivre plus aisément le bas-côté et c'est seulement à la demande du client que la colonne de direction était disposée à gauche. Le modèle présenté semble être assez rare. D'autant plus rare que sur les 3600 exemplaires fabriqués de 1921 à 1923, seuls 63 auraient survécu et fort peu avec conduite à gauche.

12 juillet 2009

Delage DI (1923)

DeladeDIav1

DelageDIav2
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2008)

Après de longues recherches, j'ai pris le parti de dénommer cette voiture DI. Mais il se peut que ce soit une DE ou même une CO. Je m'en remets aux amateurs et experts éclairés.

Posté par Zorglub34 à 10:59 - - Commentaires [0]
Tags :
15 mai 2008

Delage D8 - 105 sport

Delage
(Retromobile, février 2006)

Voici un des derniers modèles produits par la marque prestigieuse de l'entre deux guerres. Déjà en difficulté dans les années 30, Delage est rachetée en 1935 par Delahaye.
C'est précisément en 1935 que sort des ateliers la D8-105, version coach. Seuls 8 exemplaires de cette D8-105 sont produits, dont 4 en version sport. Equipée d'un huit cylindres en lignes de 3570 cm3 issu de la production des moteurs Delahaye (un 6 cylindre en ligne augmenté de 2 cylindres), les 100 chevaux à 4500 tr/min cachent un couple impressionnant pour l'époque et qui permet une conduite souple et soutenue à la fois. Grâce à des reprises franches,  l'agrément de conduite est à la hauteur de la réputation de la marque, dans un confort exceptionnel.
Ce sera l'un des tout derniers modèles fabriqués à l'usine. Delahaye continuera d'exploiter le nom Delage jusqu'en 1953.

Posté par Zorglub34 à 11:18 - - Commentaires [0]
Tags :