06 décembre 2010

Clément-Bayard AC2A (1910)

ClementBayardAC2Aav2

ClementBayardAC2Aav

ClementBayardAC2Aav1

ClementBayardAC2Aar1

ClementBayardAC2Aar

ClementBayardAC2Aint
(Retro-en-Caux, Doudeville, Seine-Maritime, juillet 2009)

Cette vénérable antiquité est l'exemple parfait de l'artisanat que représentait la construction d'automobiles au début du XXè siècle. On peut le "toucher du doigt" (même si ça agace son propriétaire), mais cette voiture est encore une voiture à cheval motorisée. Il y a certes un moteur et un volant, mais on peut remarquer que le tablier entre le volant et le pare-brise est en cuir (mes excuses encore au propriétaire d'avoir osé le toucher sans son accord), nourri et gras. Les phares en laiton sont réellement des lanternes, et à l'arrière, on comprend fort bien l'origine du mot "malle" pour désigner le logement pour les bagages, sans compter la présence d'une valise supplémentaire.

On ne trouve pas grand chose sur les caractéristiques techniques de cette voiture. On retrouvera l'histoire de Clément-Bayard ici. La seule certitude est le nom "AC2A" et l'année : 1910.

Posté par Zorglub34 à 15:37 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,

29 novembre 2008

Clément-Bayard

ClementBayard
(Retromobile, fevrier 2006)

J'ai longtemps cru que cette voiture était une Renault, m'arrêtant simplement au radiateur placé en arrière du moteur, signe distinctif de la marque au losange avant guerre. Mais mon œil a été attiré par le logo sur le capot. Il ne s'agissait pas du losange. J'ai approché mon nez, et y ai vu ce "chevalier Bayard". L'histoire de Clément-Bayard, mérite qu'on s'y attarde.

Gustave Adolphe Clément, dit "Adolphe Clément" nait en 1855 dans l'Oise. Il est représentant chez Dunlop à l'âge de la quarantaine. En 1897, il fonde une société à Mézières de production d'écrous et de rayons de cycles. Il s'associe alors à Alexandre Darracq et la société Clément-Gladiator apparait. Dès le début du XXè siècle est produite le premier véhicule avec une mécanique Panhard et Levassor (VCP-Panhard) ou De Dion. Dès 1903, les voitures sortent sous le nom de Gladiator avec une transmission par chaîne et sous le nom Clément avec une "prise directe", c'est à dire un arbre de transmission. Elles sont fabriquées à Levallois-Perret. D'autres voitures furent fabriquées en Ecosse sous la marque Stirling-Clement.

En Octobre 1903, Adolphe Clément se retire de l'usine Clément-Gladiator et perd par la même occasion le droit d'utiliser le nom "Clément" pour sa marque. Il adopte alors le nom Clément-Bayard en l'honneur du célèbre chevalier "sans peur et sans reproche" qui libéra Mézières en 1521. Clément est même autorisé par le Conseil d'Etat à changer son propre nom en 1909. Le chevalier Bayard devient alors l'emblème de la société.

La gamme était d'abord de 3 modèles (9, 12, et 16CV) et s'enrichit en 1904 de deux nouveaux modèles (6 CV monocylindre, 7 CV bicylindre, 14CV, 20 et 27 CV à 4 cylindres). En 1905, il fonde avec Shrewberry et Talbot la marque Clément-Talbot qui deviendra plus tard la célèbre marque "Talbot". Il s'agit de commercialiser les Clément en Angleterre.
La gamme continua de s'étoffer progressant jusqu'à des moteur de 50/60 CV à 6 cylindres si bien que 12 modèles constituaient l'offre à l'aube de la guerre. L'image de marque est alors assez précise : la radiateur venait se fixer sur le tablier permettant du coup un nez assez fin.

Clément ne fabriquait pas seulement des voitures, mais aussi des vélos et des moteurs. Il se lance en 1908 dans la fabrication de dirigeables. En 1910 le Clément-Bayard-II fut le premier à traverser la Manche, parcourant plus de 380 km en 6 heures. L'armée en commande alors 3 exemplaires à Clément.
Il confie la société à son fils Maurice en 1914, car Maurice est bien plus passionné que lui par l'aviation. De fait il ne s'est jamais vraiment remis de la disparition de son fils Albert en 1907 lors d'une compétition automobile (Grand Prix de France).

La compagnie est vendue à Citroën en 1922 et Adolphe Clément-Bayard disparait en 1928 d'une crise cardiaque laissant derrière lui une œuvre complète dans l'industrie française.

Posté par Zorglub34 à 11:25 - - Commentaires [0]