19 février 2016

Autobianchi A112 Abarth 70 hp (1979-1982)

AutobianchiA112Abarthav

AutobianchiA112Abarthav1

AutobianchiA112Abarthar1

AutobianchiA112Abarthar
(Auto-Moto-Rétro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2012)

Conçue pour rivaliser avec la Mini, l'Autobianchi A112 ne s'en sort pas si mal. Partant du même principe de conception, elle utilise elle aussi le moteur transversal avant et dispose d'un volume total supérieur à la Mini, ce qui lui pemet de revendiquer d'être la première voiture dont 80 % du volume est dédié aux passagers. Avec une suspension plus classique que celle de la Mini, elle est un peu moins agile, mais son petit moteur de 903 cm3 partagé avec la Fiat 127 lui donne un petit caractère sympathique grâce à son poids de seulement 700 kg. Mieux que la Mini, elle dispose d'un vrai hayon, au seuil de chargement un peu haut et au volume assez réduit, certes.

Au cours des années, et depuis 1969, la voiture a évolué de série en série. Les trois premières sont des variantes d'équipement et de finition intérieure, si ce n'est la puissance qui monte de 42 à 47 ch dans la seconde série et tombe à 42 ch dans la troisième. La quatrième mouture présente de nets changements sur l'accastillage, mais reste très proche du modèle initial. Elle obtient un moteur 965 cm3 de 48 et une boite 5 rapports en finition E. C'est qu'il faut lutter contre la Mini qui est commercialisée en Italie par le biais d'Innocenti qui s'est procuré la licence. Pire, la Mini Innocenti réinterprétée par Bertone fait un carton dans la même cible. Il faut donc continuer de faire progresser l'A112.

En 1979, la cinquième série entre en scène. Le noir se répand sur les accessoires extérieurs (bas de caisse, extension d'ailes), les pare-chocs sont un peu plus enveloppants et c'est surtout la modification des feux arrière qui donne à cette série sa singularité. Il y a désormais quatre finitions : Junior, Elegant, Elite, et Abarth. C'est cette dernière qui nous intéresse au regard du modèle présenté ici.

Carlo Abarth a été renommé pour avoir conçu des modèles sportifs, et notamment à partir des Fiat 500 et surtout la 600, devenue entre ses mains la 850 TC. Un peu à la façon d'Amédée Gordini pour Renault, il améliore les moteurs Fiat à peu de frais. Depuis la première série, les A112 Abarth disposent d'une mécanique plus évoluée. C'est toujours le moteur de la Fiat 127 qui est à l'oeuvre, mais de nombreux accessoires ont été changé. D'abord la cylindrée est augmentée de 903 à 982 cm3. Le taux de compression est augmenté à 10,1:1, l'arbre à cames est revu tout comme l'échappement, et un carburateur double corps Weber de 32 mm alimente tout ça. Nouvel embrayage, nouveau radiateur d'huile pour réprimer les ardeurs, et voilà la vaillante A112 armée de 58 ch qui rendent la petite citadine de 660 kg très vive et agile et peut donc rivaliser avec la Mini Cooper en termes de performances. La petite Autobianchi tourne court, réagit vite avec une direction assez précise. Elle ne vire pas à plat comme sa rivale anglaise, mais elle est tout aussi amusante, dans un autre registre. Si l'anglaise se conduit au couple et tout en trajectoires tendues, l'italienne se laisse volontiers cravacher et se tordre dans les virages, le tout dans le bruit d'un moteur omniprésent, et même fatiguant à la longue.

De série en série, le moteur Abarth évolue lui aussi. Réalésé en 1974, il parvient à 1050 cm3. Nouvelle culasse (taux de compression de 10,4:1), arbres à cames plus pointu, échappement encore une fois modifié, c'est alors 70 ch qui sont extirpés du petit 4 cylindres, au régime moteur de 6600 tours/minute, une vitesse de rotation importante au regard de la distribution à culbuteurs. Au passage les bielles et les pistons sont renforcées, le vilbrequin forgé. Le rapport de pont est un poil allongé et, tout en continuant de tirer court, la bombinette s'approche des 160 km/h, à fond de quatrième. Ce moteur est alors conservé presque à l'identique jusqu'à la fin de 1985, année de la disparition de la version Abarth.

L'A112 évolue en 1982 en une sixième série qui voit l'apparition de l'A112 LX, puis une septième en 1984 qui sera la dernière pour l'Abarth. En 1986, l'A112 subsiste encore pour une dernière série dite "Unifiée" qui n'est rien d'autre que la Junior de la version précédente, et qui ne comporte pas d'autre version. Elle est remplacée par la très réussie Y10 de Lancia qui, sous les ordres de Fiat, aura enterré Autobianchi.

En définitive, l'A112 a été fabriquée à 1 254 000 exemplaires dont 117 351 exemplaires en version Abarth. A l'heure actuelle, elle est peu connue mais finalement assez côtée. La rouille, principal défaut des voitures italiennes de l'époque, a ruiné bon nombre d'exemplaires, et les primes à la casse, version Balladur, Juppé ou Borloo, ont fin d'achever les stocks. Si bien que les exemplaires encore en état de circuler sont rares et donc, chers. Un modèle de cette série se négocie près de 8000 € et les versions antérieures peuvent grimper à plus de 10 000 € !!

Fiche technique :

Type du moteur : 4 cylindres en ligne, essence d'origine Fiat
Emplacement : transversal, avant
Puissance fiscale : 7 CV
Cylindrée : 1050 cm3
Alésage x course : 67,2 x 74 mm
Taux de compression : 10,4:1
Vilebrequin : 3 paliers
Puissance maximale : 70 ch à 6600 tr/min
Couple maximal : 8,7 mkg à 4200 tr/min
Distribution : arbres à cames latéral, soupapes en tête, culbuteurs
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : caburateur double corps Weber 32
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère (3,4 tours)
Diamètre de braquage : 8,90 mètres
Suspension av : roues indépendantes type McPherson, triangle inférieur, barre antiroulis, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : roues indépendantes, triangles, ressort à lames transversal
Longueur : 323 cm
Largeur : 148 cm
Hauteur :  136 cm
Empattement : 203,8 cm
Voie av : 125 cm
Voie ar : 122 cm
Garde au sol : 14,2
Pneus av : 155/70 SR 13
Pneus ar : 155/70 SR 13
Freins av : disques
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 160 km/h
400 m D.A. : 17,3
1000 m.D.A. : 33,2 s
Capacité du réservoir : 30 litres
Consommation moyenne : 8 l/100km
Poids : 700 kg

Posté par Zorglub34 à 19:33 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,

25 avril 2010

Autobianchi Bianchina (1957-1969)

autobianchiav

Autobianchiar
(Angoulême, Charente, Circuit des Remparts, septembre 2004)

La firme Autobianchi a été créée à partir de la société Bianchi, constructeur de camions du même nom en Italie avant la deuxième guerre mondiale, et par la volonté de messieurs Agnelli, patron de Fiat, et Pirelli, fabricant de pneumatiques.
Autobianchi a été créée pour aider Fiat à subvenir à la demande en Italie après guerre. La croissance de 30 % par an de l'entreprise a conduit Fiat à chercher de nouveaux sites de production et de nouveaux partenaires.
La Bianchina vise une clientèle féminine qui ne veut pas se banaliser dans une Fiat 500. Alors que la base en est conservée, la carrosserie extrapolée est très différente, se rapprochant d'une petite berline trois volumes pour accueillir quatre personnes à bord. Le moteur de 15 chevaux de la Fiat 500 (479 cm3) reçut toutes les évolutions, passant à 17 chevaux, et même 21 chevaux avec le moteur de la Fiat 500 D.
Déclinée par la suite en cabriolet, en break, et même en break découvrable (Giardinieria) et fourgon (furgoncino), elle fut produite jusqu'en 1969 à 276 000 exemplaires avant de céder la place à l'A112.


11 octobre 2009

Autobianchi Bianchina Cabriolet "Eden Roc" (1960-1968)

AutobianchiBianchinaav

AutobianchiBinachinaprof

AutobianchiBiachinaCabar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2008)

AutobianchiBianchincabav3

AutobianchiBianchinacabav1

AutobianchiBianchincabav2

AutobianchiBianchincabar1

AutobianchiBianchincabint
(Sainte-Adresse, Seine-Maritime, novembre 2008)

Au côté de la petite Bianchina apparait un petit cabriolet très ludique en 1960. Toujours dérivé de la Fiat 500, le petit cabriolet dénommé "Eden Roc" pour la production française prend encore plus des allures de joujou. En revanche, il bénéficie non pas du moteur de 18 chevaux de la Fiat 500, mais de sa version de 21 chevaux (479 cm3) de la 500 sport, ce qui permet aux 515 kg de se propulser à près de 110 km/h. Un hard-top était disponible afin de se débarrasser des inconvénients de la capote en toile, surtout en hiver.

Alors que le cabriolet est disponible depuis 1960, les ventes ne décollent pas en France. Un célèbre importateur français, André Chardonnet, distribue les Bristol et les Neckar, qui ne sont rien d'autre que des Fiat allemandes. Or, l'ancien patron e Neckar devient le patron d'Autobianchi. Et il pense aussitôt à Chardonnet pour distribuer les Autobianchi. Chardonnet qui est au courant des mouvements entre Simca en passe d'être rachetée par Chrysler accepte le marché. Il en profite pour donner des noms plus originaux aux modèles de la marque. Il en devient le marché principal d'Autobianchi. C'est ainsi que le cabriolet devient en France "Eden Roc".

Il n'y a eu que 9300 cabriolet fabriqués, dont 3150 dits "Eden Roc", ce qui fait de cette petite voiture une pièce de collection assez recherchée au point qu'il se négocie autour de 15000 € !

Fiche technique :

Type moteur : 2 cylindres à plat disposé verticalement
Position : porte à faux arrière
Alésage x course: 67,4 x 70 mm
Cylindrée : 479,5 cm3
Puissance et régime : 21 ch à 4 000 tours/min.
Rapports de compression : 8,8:1
Distribution : soupape en tête
Alimentation : carburateur type Weber 26 IMB 5
Suspensions avant : roues indépendantes à leviers triangulés ; Transversaux supérieurs et ressort à lames ; Transversaux inférieurs amortisseurs hydrauliques télescopiques
Suspensions arrières : roues indépendantes ; Ressort hélicoïdaux ; Amortisseurs hydrauliques télescopiques
Boîte de vitesses : 4 rapports + marche arrière à crabotage sans reprise directe
Pneumatiques : 125 x 12 pouces
Freins: hydrauliques à rattrapage automatique du jeu ; à tambours sur les quatre roues
Direction : à vis et secteur
Poids à vide : 515 kg (854 kg en charge)
Hauteur : 1,26 mètre
Longueur : 3,04 mètres
Largeur maximum : 1,34 mètre
Empattement : 1,84 mètre
Vitesse maximum :  110 km/h
Consommation au 100 km: 4,9 litres
Puissance administrative : 3 cv

17 mai 2009

Autobianchi A112 LX

Autobianchia112LXav1

Autobianchia112LXav2

Autobianchia112LXar2

Autobianchia112LXar1
(Duclair, Seine-Maritime, juillet 2008)

Née en 1969, l'A112 a très peu évolué en quinze ans. Cette version de 1984, comporte un catadioptre géant entre les feux arrières où l'on peut lire le nom de l'auto. Les blocs ont changé pour intégrer les feux de recul et les antibrouillards. La plaque est descendue dans le pare-chocs arrière désormais enveloppant. Un essuie-glace arrière est désormais de série.
A l'avant, les chromes ont cédé la place à des pièces noires depuis belle lurette. La calandre fait désormais toute la largeur de la proue. Le pare-chocs intègre les clignotants, la plaque avant, et deux feux de brouillard.
A l'intérieur, les appuie-tête ont fait leur apparition en 1982, le velours est venu garnir les sièges en remplacement du skaï. Le moteur de 965 cm3 remplace celui de 903 cm3 qui reste toujours disponible, l'allumage électronique et la boite 5 vitesses lui donnent un coup de jeune. Les 48 chevaux redonnent vigueur à la voiture qui reste toujours aussi légère.
Une dernière série quasi identique sortira des chaînes de montage sans qu'elle ait du nom, et sera appelée série "Unifiée". C'est ensuite la Lancia Y10 qui prendra la relève, avec un certain succès.

Posté par Zorglub34 à 14:38 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,
22 mars 2009

Autobianchi A112

AutobianchiA112av2

AutobianchiA112av1

AutobianchiA112prof1

AutobianchiA112prof2

AutobianchiA112ar1

AutobianchiA112int
(Aniane, Hérault, avril 2008)

Alors que la Bianchina est en fin de carrière, Autobianchi souhaite trouver une remplaçante qui serait la concurrente de la Mini. L'ingénieur Dante Giacosa s'attèle à sa table de dessin et livre une voiture dont 80 % du volume est destiné aux passagers et 20 % seulement aux parties mécaniques. Conforme
au cahier des charges, elle permet d'emmener 4 adultes dans un confort optimum, même sur autoroute.

Présentée au salon de Turin 1969, elle est de taille réduite, idéale pour la ville, avec 4 roues indépendantes et une suspension qui offre un confort qui n'a rien à voir avec les soubresauts d'une Mini, usante à la longue. Elle est tout de même nerveuse, grâce à un moteur 903 cm3 de 45 chevaux et une boite 4 vitesses que l'on retrouvera dans la Fiat 127. Elle n'est pas aussi agile que la Mini, cette dernière virant toujours à plat, mais elle fait bonne figure.

Dès 1971, les versions se multiplient. Une version E, mieux finie se juxtapose à la version de base. Régulièrement, des légères modifications sont apportées, puisant dans les banques d'organes de Fiat. Aussi on retrouve les buses d'aérations, les commandes de clignotant, les compteurs, le levier de vitesses de Fiat.

Côté mécanique, les moteurs progressent, même si le 903 cm3 reste le modèle de base. Un 958 cm3 de 48 chevaux vient épauler la gamme, et un 1050 cm3 de 70 chevaux qui permet d'atteindre 160 km/h en finition Abarth vient concurrencer la Mini Cooper !

En dépit des apparences, notre modèle n'est pas une version de luxe, en dépit de la présence de chromes autour du pare-brise et de la lunette arrière, de la présence d'un compte-tours et d'un volant en bois (merci à Jean-Charles pour ces précisions, voir les commentaires ci-dessous).

En 1979, la voiture subit un profond lifting, pour continuer sa carrière jusqu'en 1986 année lors de laquelle elle sera remplacée par l'Y10 après 1 237 000 exemplaires écoulés.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : transversal, avant
Puissance fiscale : 5 CV
Cylindrée : 903 cm3
Puissance maximale : 47 ch à 6200 tr/min
Couple maximal : 6,3 mkg à 3500 tr/min
Distribution : arbre à cames latéral
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur
Type de tranmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère (3,4 tours)
Diamètre de braquage : 8,9 m
Suspension av : roues indépendantes type McPhersion
Suspension ar : roues indépendantes, ressort à lame transversale
Longueur : 327 cm
Largeur : 148 cm
Hauteur : 136 cm
Pneus av : 135 SR 13
Pneus ar : 135 SR 13
Freins av : disques
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 137 km/h
Poids : 670 kg

Posté par Zorglub34 à 12:57 - - Commentaires [4]
Tags : , , ,