31 décembre 2015

Renault 19 cabriolet (1991-1997)

Renault19cabav

Renault19cabar
(Auto-Moto-Rétro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2012)

Il n'y avait plus eu de cabriolet chez Renault depuis la Caravelle, et en dehors de la rare Alliance cabriolet vouée au marché américain, Renault a laissé la place à ses concurrents et principalement Volkswagen avec la Golf et Peugeot et sa 205. Le marché est certes assez étroit à l'époque mais il est très porteur en termes d'image. Et puisqu'il s'agit d'image, il n'est pas question de rater la marche et de proposer un produit fait à la va-vite. Il faut trouver un compromis entre élégance et qualité, tout en restant dans une gamme de prix encore abordable. Il s'agit d'offrir un cabriolet à quatre places, dépourvu d'arceau de sécurité qui serait trop disgracieux.

Etant donné les quantités à produire, Renault n'a pas encore la souplesse sur ses lignes de montage pour alterner entre la berline et le cabriolet sur la même chaîne. La production d'un cabriolet demande des renforts spécifiques de la caisse qui n'a plus ses montants et son toit pour assurer la rigidité de la coque fermée. A fortiori, l'absence d'arceau de sécurité demande un renfort particulier des montants de pare-brise pour empêcher la voiture d'écraser les passagers en cas de retournement. Ainsi donc les termes de l'équation se précisent : qualité, cabriolet, style. Très vite, le nom de Karmann s'impose, celui-là même qui produit la Golf Cabriolet.

La suppression du toit et l'aménagement de la capote sont réalisés de très belle façon. L'équilibre entre les places avant et la partie arrière respecte une proportion qui pourrait laisser croire que ce n'est qu'un strict cabriolet deux places. Mais les places arrière, certes un peu exigües, existent bel et bien. Vu de l'arrière, le panneau couvre-capote laisse apparaître un double bossage du plus bel effet dans le prolongement des places avant. Evidemment, pour pouvoir loger la capote, la capacité du coffre est sérieusement entamée. En revanche, avec capote, l'équilibre est un peu moins bien respecté.

Pour un cabriolet ambitieux, les motorisations doivent l'être également. Aussi la Renault 19 cabriolet n'est proposée au départ qu'avec le moteur 1,7 litres F3N de 95 ch ou le bouillant 1.8 16S (F7P) de 140 ch.

La Renault 19 cabriolet est proposée au public à partir de juillet 1991, soit la dernière année de la première série de Renault 19, reconnaissable à son entrée d'air juste au-dessus du pare-choc avant. Elle suit ensuite le restylage de l'été 1992 et reçoit le nouveau capot, les nouveaux boucliers et feux arrière, ainsi que la nouvelle planche de bord. L'offre s'élargit également à des motorisations plus diverses. Le moteur F3N de 1,7 litres disparaît pour laisser la place à un 1.8 litres à 8 soupapes (F3P) décliné en versions de 92, 95 et 110 ch. Le moteur 16S dégringole à 137 ch en raison de l'arrivée du catalyseur.

La Renault 19 cabriolet connaît alors un très beau succès, éclipsant sur le marché ses principales concurrentes et même la Golf qui semblait indéboulonable, à tel point que c'était toujours la Golf I qui assurait le rôle du cabriolet et que la Golf II n'a jamais été découverte. Mais voilà qu'en 1994, Peugeot dégaine la 306 cabriolet qui ringardise toute la concurrence. Née sous la plume de Pininfarina, elle crée une véritable référence en matière de style. Une clientèle très féminine se jette sur la Peugeot et la Renault 19 cabriolet marque le pas. Sa version 16S lui permet d'occuper un créneau que ne connaît pas la Peugeot et les élections présidentielles de 1995 permettront de repopulariser la voiture avec un reportage sur le candidat Lionel Jospin qui révèle qu'il a réalisé son rêve de gosse avec une Renault 19 cabriolet. Certains esprits chagrins ont eu vite fait de lui rappeler que cette voiture était un peu trop ostensible pour un candidat de gauche... (une Renault !).

En 1995, la Renault Mégane vient remplacer la Renault 19, mais la version ouverte de la Mégane n'est pas encore disponible. Sans changement, la Renault 19 cabriolet reste au catalogue jusqu'à l'arrivée de la Mégane Cabriolet, toujours assemblée par Karmann. La 19 cabriolet aura été fabriquée à 29 222 exemplaires, un chiffre finalement assez faible en comparaison des 77 500 Peugeot 306 cabriolet ou des 74 000 Mégane cabriolet qui suivront. A l'heure actuelle, la Renault 19 cabriolet est dans le segment des Youngtimers encore très accessibles. Pas encore trop recherchée, pas encore trop âgée pour une côte importante, malgré une offre assez faible. Elle se négocie entre 1500 et 2000 € pour un exemplaire en bon état. Mais il est fort à parier qu'un jour l'intérêt des amateurs à son endroit finira pas s'éveiller et que la côte remontera.

Fiche technique :

Type du moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : transversal, abant
Puissance fiscale : 9 CV
Cylindrée : 1721 cm3
Alésage x course : 81 x 83,5 mm
Taux de compression : NC
Puissance maximale : 95 ch à 5250 tr/min
Couple maximal : 14,6 mkg à 3000 tr/min
Distribution : arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : injection monopoint
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : roues indépendantes type McPherson, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : essieu rigide, bras tirés, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 415,6 cm
Largeur : 168,4 cm
Hauteur : 141 cm
Empattement : 254 cm
Voie av : 141,8 cm
Voie ar : 140,6 cm
Pneus av : 175/65 HR 14
Pneus ar : 175/65 HR 14
Freins av : disques ventilés
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 178 km/h
0 à 100 km/h : 12,9 s
400 m.D.A. : 18,6 s
1000 m.D.A. : 34,6 s
Capacité du réservoir : 55 litres
Consommation moyenne à 90 km/h : 5,9 l/100km
Consommation moyenne à 120 km/h : 7,7 l/100km
Consommation moyenne en cycle urbain : 10,1 l/100km
Volume du coffre : 255 litres
Poids : 1125 kg

Posté par Zorglub34 à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Renault 19 cabriolet (1991-1997)

Poster un commentaire