03 janvier 2013

Seat Malaga 1.2 GLX (1985-1992)

SeatMalaga1-2GLXav

SeatMalaga1-2GLXav1

SeatMalaga1-2GLXprof

SeatMalaga1-2GLXar
(Saint-Valéry-en-Caux, Seine-Maritime, avril 2011)

Alors que la bataille fut rude entre Seat et Fiat sur la paternité de la Ronda, accusée par la firme italienne d'être trop proche de la Fiat Ritmo, le constructeur espagnol développe une version tricorps de la Ronda à l'instar de la Renault Siete, développement de la Renault 5. Les voitures tricorps avaient beaucoup de succès en Espagne et le succès de la FASA-Renault 12 témoigne de l'engouement ibérique pour cette architecture, ce qui est confirmé par la Renault 19 Chamade, la Volkswagen Jetta puis Vento.

Une fois que Fiat a eu perdu son procès face à Seat au sujet de la Ronda, le développement de la gamme espagnole peut se poursuivre, avec la bienveillance de Volkswagen. Inspirée alors par la Fiat Regata, Seat ajoute un coffre sur la Ronda et modifie la calandre afin de la rapprocher de la nouvelle Seat Ibiza. Elle a l'avantage d'un coffre de 510 litres, de quoi loger les bagages d'une famille complète.

Les motorisations sont identiques à celles des Ronda et ibiza et l'on peut opter pour le 1200 de 63 ch (notre modèle) ou le 1500 de 85 ch. A la différence de la Ronda, il n'est pas possible d'opter pour la version à boite courte (GLX S) mais la 1600 injection de 100 ch est toutefois disponible dès 1988. Ces moteurs d'origine Fiat dont les culasses ont été revues avec l'aide de Volkswagen et la gestion de l'allumage par Porsche proposent une souplesse d'utilisation qui pallie la relative faiblesse des puissances. Si le train avant est bien guidé, la direction quoique très démultipliée (4,5 tours de butée à butée) est lourde et élastique. Le train arrière est un peu raide et la voiture tressaute un peu sur route détériorée. Si la mécanique ne souffre que peu de critiques, en revanche les plastiques de mauvaise qualité craquent très vite suite aux mouvements de caisse, et les interrupteurs tendent à griller fréquemment. Sans parler des soucis d'allumage par forte pluie.

Esthétiquement mal accueillie, la Malaga a connu surtout le succès en Espagne. Dans le reste de l'Europe son succès a été plus relatif et la propension française à préférer les voitures à hayon a laissé une place plus importante à la Ronda et l'Ibiza. Aujourd'hui la Malaga est une voiture rare. Elle a été remplacée par la Seat Toledo en 1992, suite à la reprise en main de la marque par le groupe Volkswagen.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres, essence
Emplacement : transversal, avant
Puissance fiscale : 5 CV
Cylindrée : 1193 cm3
Alésage x course : 75 x 67,5 mm
Taux de compression : 9,5:1
Puissance maximale : 63 ch à 5800 tr/min
Couple maximal : 9 mkg à 3500 tr/min
Distribution : arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : roues indépendantes type McPherson, barre antiroulis, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : roues indépendantes, triangles inférieurs, bras tirés, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 427,2 cm
Largeur : 165,1 cm
Hauteur : 140 cm
Empattement : 244,8 cm
Pneus av : 155 SR 13
Pneus ar : 155 SR 13
Freins av : disques, assistés
Freins ar : tambours, assistés
Vitesse maximale : 155 km/h
Volume du coffre : 510 litres
Capacité du réservoir : 50 litres
Poids : 980 kg

Posté par Zorglub34 à 13:09 - - Commentaires [1]
Tags : , ,