09 novembre 2012

Renault 4L (1961-1967)

 

Renault4L
(Soyaux, Charente, mai 2005)

Renault4av1
(Retro-en-Caux, Doudeville, Seine-Maritime, juillet 2009)

Renault4Lav

Renault4Lar1

Renault4Lar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

La Renault 4L sort des usines Renault en 1961 pour contrer la 2CV sortie, elle, en 1948 ! Renault apporte une solution qui évite les écueils de la 2CV. La voiture est plus grande, mieux suspendue, mieux motorisée. En un mot, elle est plus polyvalente. Avec le hayon arrière, Renault marque un point. Les sièges sont en toile tendue sur une armature en fer, ce qui leur vaudra d'être qualifiés de strapontins suspendus. Le levier de vitesse est au tableau de bord et est souvent appelé "trombone à coulisse". Les glaces latérales arrière sont fixes et les glaces latérales avant sont scindées en deux et coulissantes. Le rétroviseur n'est pas fixé au plafond mais sur le tableau du bord comme dans la Citroën DS.

Sous cette carrosserie se cachent trois modèles : la R3 et son petit 4 cylindres de 600 cm3, la R4 et la 4L. La 4L se distingue des autres par sa calandre chromée, ses enjoliveurs et ses 6 glaces latérales alors que les R3 et R4 sont dépourvues de ces vitres latérales de custode. Ces glaces permettent paradoxalement à la 4L d'être qualifiée de limousine.

La caisse n'est pas auto-porteuse et est constituée par assemblage de 11 parties visées sur le châssis en tôle dont les différentes pièces sont soudées entre elles.

Le moteur de 747 cm3 développe 26,5 chevaux à l'origine puis très vite 30 chevaux, mais les 630 kg compensent la faiblesse du moteur. Ce moteur dit "Billancourt" possède un vilebrequin à trois paliers et tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Ce n'est que bien plus tard que la Renault 4 reçoit le moteur "Cléon" à 5 paliers qui tourne dans le sens des aiguilles d'une montre et oblige alors à retourner le différentiel pour que la voiture continue de rouler vers l'avant.

La suspension arrière est faite de deux barres de torsion latérales et fournit une caractéristique unique dans l'histoire de l'automobile : fixées sur le même axe, les deux barres sont placées l'une devant l'autre. Ainsi l'empattement à gauche est différent de l'empattement à droite de 4 cm. Le même système sera repris sur les R5, R6 et R16.

En 1965, la dénomination 4L disparaît au profit de la seule Renault 4. La voiture connaîtra de menus changements jusqu'en 1967, avec une nouvelle version offrant de nouveaux équipements.

A noter la 4L Super Export et la Renault 4 Super sont des versions plus luxueuses.

Pour en savoir plus : le site R4-4L

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 4 CV
Cylindrée : 747 cm3
Alésage X course : 54,5 x 80 mm
Taux de compression : 8,5:1
Puissance maximale : 30 ch à 4700 tr/min
Couple maximal : 5,1 mkg à 2600 tr/min
Distribution : arbre à cames latéral
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur simple corps
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 3 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : roues indépendantes, barres de torsion
Suspension ar : roues indépendantes, barres de torsion
Longueur : 365 cm
Largeur : 149 cm
Hauteur : 155 cm
Pneus av : 135 R 13
Pneus ar : 135 R 13
Freins av : tambours
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 109 km/h
1000 m.D.A. : 45,5 s
Capacité du réservoir : 26 litres
Poids : 630 kg

Posté par Zorglub34 à 11:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Renault 4L (1961-1967)

    Avec sa cousine la 2 cv c'était toutes les deux des "increvables" !
    bonne soirée Z

    Posté par didier, 09 novembre 2012 à 19:21
  • cosommation

    ¨Pourriez vous m indiquer la consommation carburant ville et route ou mixte d'une R4 L export moteur R1120 680-2 747 cc 4 cv merci d'avance

    Posté par dom, 22 février 2014 à 23:46
  • renault4

    consommation 4l ville et route 5.8l selon conduite pousse les rapports a 2700tm sans penner navique de 5.8 a 6.5

    Posté par babar, 15 janvier 2017 à 13:31
Poster un commentaire