16 octobre 2012

Peugeot 504 Dangel break (1980-1985)

Peugeot504Dangelav

Peugeot504Dangelprof

Peugeot504Dangelar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

Henry Dangel faisait partie de ces passionnés d'automobile que jamais rien n'arrête. Electrotechnicien à la base, il entre dans l'automobile par la porte de la compétition. Il conçoit dans les années soixante des barquettes appelées Mangouste. En 1976, il prend la direction de la filiale de BBS, le fabricant allemand de jantes. Cependant, il continue à travailler sur sa planche à dessin et à créer. C'est là qu'il à le nez creux et qu'il anticipe sur un besoin qui va devenir un phénomène de mode plus tard.

Il perçoit le besoin de concilier voitures ayant de bonnes aptitudes routières avec des aptitudes en tout-terrain. Et sur le marché, à cette époque, seuls le Toyota Land Cruiser et le Land Rover sont des 4X4 accessibles mais peu confortables, alors que le Range Rover et son V8 trônent en haut de gamme. L'arrivée de la Lada Niva en 1978 en France lui donnera raison.

Il conçoit alors une transmission qu'il pourrait adapter sur une voiture de série et choisit alors la Peugeot 504 break équipée d'un pont à l'arrière. Il fabrique une boite de transfert, une suspension avant réhaussée, rajoute des différentiels. Le premier prototype est présenté en 1978 à Peugeot qui l'accueille favorablement. Deux voitures sont commandés pour étude par Peugeot qui décide de l'intégrer à sa gamme en 1980. Ainsi nait la firme "Automobiles Dangel" à Sentheim, dans le Haut-Rhin en 1980.

Techniquement, la transformation repose sur un faux châssis qui permet de surélever la caisse de 16 à 18 cm. Celà permet d'augmenter la garde au sol et de glisser un pont avant qui n'est rien d'autre qu'un pont arrière de 604 (ici en version Diesel Turbo). Le pont arrière reste d'origine même si le rapport est plus court. La voie avant est élargie de 7 cm ce qui conduit à y rajouter des élargisseurs d'aile. L'empattement est augmenté de 2 cm. A l'intérieur, seul un levier supplémentaire la distingue de la voiture de série, levier qui permet d'enclencher la gamme de rapports courts. La voiture n'est dans un premier temps disponible qu'en version essence. Le Diesel ne sera disponible que plus tard, tout comme le pick-up qui conserve ses ressorts à lames d'origine.

Aussitôt le succès se confirme. Des partenariats avec certaines administrations françaises sont passés et notament avec EDF pour accéder aux endroits les plus délicats et la Gendarmerie pour équiper les unités de montagne. Les entreprises sont également séduites pour accéder aux chantiers boueux ou difficiles de même que certains agriculteurs. Quelques succès en rallye-raid aident à asseoir la réputation de la voiture avec notament une seconde place au rallye Paris-Dakar 1982... jusqu'à deux jours de l'arrivée seulement. Si la polyvalence de la voiture est incontestée, la fragilité de la boite de transfert semble être son point faible de l'avis de leurs proprétaires.

En 1985, le principe est réitéré sur la base de la 505 break tandis que la 504 pick-up Dangel reste au catalogue jusqu'en 1994. Henry Dangel est décédé en décembre 2006 mais son entreprise a produit 25000 voitures depuis ses débuts et continue sur sa lancée. D'autres transformations ont eu lieu depuis 1985, de l'utilitaire C25/J5 puis des Peugeot Boxer et Citroën Jumper, du petit C15 de Citroën et dès 1995 des Citroën Berlingo et Peugeot Partner, y compris dans leurs versions actuelles depuis 2009.

Posté par Zorglub34 à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Peugeot 504 Dangel break (1980-1985)

Poster un commentaire