24 septembre 2012

Peugeot 504 (1968-1973)

Peugeot504av

Peugeot504av1

Peugeot504ar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

Remplaçante de la Peugeot 404, la 504 devait prendre le relai d'une carrière longue de 10 ans en mai 1968. Au vu de la tournure des évènements, Peugeot décida de reporter la sortie de son nouveau haut de gamme en septembre. Il n'y eut donc pas de millésime 1968 de la 504, le millésime changeant à l'époque le 15 juillet.

La 504 marque un cran dans la taille des voitures françaises d'après guerre. Si les américains n'ont jamais eu de complexes en la matière, les européens se sont toujours montrés plus modestes dans ce domaine. Cependant le progrès social des années 1960 autorisa les constructeurs à concevoir des voitures plus spacieuses et plus puissantes. Ainsi, à la 403 de 8 CV, à la 404 de 9 CV succède la 504 de 10 CV. Pour autant le moteur de la 504 n'est pas nouveau, il s'agit tout simplement de celui de la 404 porté à 1,8 litres, ce qui lui coûte un cheval fiscal supplémentaire. En 1970, le moteur sera porté à deux litres, et la puissance fiscale grimpe alors à 11 CV.

La 504 entre également dans une nouvelle ère, celle de la signature de marque. A partir de la 504, et pour longtemps, les voitures arboreront toutes une calandre dont les phares seront inclinés vers l'intérieur. Les 104 et 604 y feront exception, la 205 ou la 405 s'en éloigneront un peu, mais le mouvement reviendra dans les années 90 avec la 106. Pour la ligne, Peugeot a confié le dessin à Pininfarina, comme de coutume. La ligne rompt avec les trois volumes iques, avec une ligne brisée sur la malle, ce qui permet d'en augmenter le volume. De fait, la ligne à la fois moderne et consensuelle de la 504 verra de très faibles modifications au cours de sa très longue carrière, car une fois la production stoppée en France, elle perdurera jusqu'en 2005 à l'étranger ! La 504 inaugure également le nouveau logo Peugeot, proche de l'actuel, doré à l'époque.

Sur le châssis, la 504 ne souffre d'aucune critique, en raison d'un châssis bien né et de quatre roues indépendantes bien que mue par les roues arrières. La voiture est donc confortable et ses détracteurs lui reprochent un flou dans la direction qui paraît bien sévère. De même son grand volant à forte démultiplication, faute de direction assistée, lui vaut quelques critiques qui montrent bien que les journalistes de l'époque n'avaient pas grand chose à lui reprocher.

De fait, les plus grandes critiques de l'époque portent surtout sur les performances. La 504 à carburateur (notre modèle) et 82 chevaux n'est pas une foudre de guère et l'enthousiasme qu'avait généré la 404 injection s'en trouve refroidi. Le moteur injection de la 504 injection délivre 97 chevaux mais ses dimensions lui valent quelques kilos supplémentaires (voir ici une 504 TI automatique). Peugeot a sciemment tranché pour une boite de vitesses plus longue de manière à privilégier le silence de fonctionnement en quatrième (ou en troisième pour les versions à boite automatique). La voiture a une vocation familiale et non sportive, rôle tenu par le coupé ou le cabriolet. Avec 168 km/h en vitesse de pointe, la 504 TI est certes en retrait par rapport aux italiennes ou aux allemandes, mais tient bien son rang sur le marché français, dominé par la DS 21. Mais ce sont surtout les consommations qui affolent les journalistes avec une consommation supérieure à 10 litres en toutes circonstances et près de 18 litres en maintenant une cadence de plus de 150 km/h ! Quant à la version carburateur, elle se contente de performances bien plus modestes, mais pour un budget plus abordable pour bien des Français.

En 1970, le moteur de 2 litres injection porte la puissance à 104 chevaux sans que les performances en soient bouleversées, tandis que sa version à carburateur double corps se contente de 93 ch. En 1971, c'est le moteur Diesel qui fait son entrée dans la gamme, un choix à long terme. D'une part le surcoût à l'achat impose un kilométrage important pour rentabiliser l'investissement, mais les performances très modestes de ces bruyants moteurs  imposent des allures très raisonnables. Elle deviendra une voiture très répandue chez les professionnels, tels que les taxis et représentants de commerce. En 1973, les appellations GL (carburateur) et TI (injection) prennent place et. Le levier de vitesse au volant migre au plancher. Une version L à essieu arrière rigide fait son entrée équipée de l'ancien moteur 1800 de 79 ch. Ainsi la 504 GL s'avère le choix intermédiaire, entre l'économique et plus rustique 504 L et la plus performante 504 TI.

Pour en savoir plus : le site de l'amicale de la 504

Fiche techique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal, avant, incliné à 45°
Puissance fiscale : 10 CV
Cylindrée : 1796 cm3
Alésage x course : 84 x 81 mm
Taux de compression : 8,35:1
Puissance maximale : 82 ch à 5200 tr/min
Couple maximal : NC
Distribution : Arbre à cames latéral
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur Solex 34
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère
Suspension av : roues indépendantes, barre stabilisatrice, ressorts hélicoïdaux
Suspension ar : pont hypoïde, bras tirés, barre stabilisatrice, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 449 cm
Largeur : 169 cm
Hauteur : 146 cm
Empattement : 274 cm
Voie av : 136 cm
Voie ar : 142 cm
Pneus av : 175 x 14
Pneus ar : 175 x 14
Freins av : disques (273 mm)
Freins ar : disques (273 mm)
Vitesse maximale : 156 km/h
400 m.D.A. : 19,3 s
1000 m.D.A. : 36,4 s
Capacité du réservoir : 56 litres
Poids : 1200 kg

Posté par Zorglub34 à 10:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Peugeot 504 (1968-1973)

    Une comme la DS qui à bien fait parlée d'elle !

    Posté par didier, 25 septembre 2012 à 10:05
  • la reigne des voitures

    j aime bien les 504 peugeot

    Posté par salah, 03 novembre 2014 à 19:46
Poster un commentaire