19 septembre 2012

Aston Martin DBS Vantage (1967-1973)

AstonMartinDBSVantageav1

AstonMartinDBSVantagear
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

L'envie de construite un coupé à moteur V8 pour satisfaire la demande américaine se concrétise en 1963 dans l'esprit de David Brown. Il confie à Tadek Marek le soin de concevoir un V8 et à Harold Beach l'élaboration d'un châssis. Le style est confié à Touring, la collaboration s'avérant fructueuse depuis le lancement de la DB4. Le projet MP220 devra être une voiture à deux portes pour quatre passagers et motorisé par un V8. Marek commence par amputer deux moteurs 6 cylindres de deux unités et les accole à 90°. Le moteur de 4,8 litres s'avère peu performant et très décevant. Parallèlement, la DB6 étant en perte de vitesse, Brown comprend vite qu'il faut lancer un nouveau modèle. D'autant plus que le prototype réalisé par Touring pour le projet MP220 séduit très peu tant à Paris, qu'à Londres ou Milan. En mauvaise santé financière, Touring cesse toute production en 1967 et c'est alors la fin du partenariat entre les deux entreprises. Ne reste plus qu'à Brown à trouver un nouveau concepteur pour la future voiture.

Il se trouve qu'Harold Beach a débauché un jeune styliste plutôt talentueux qui s'est signalé chez Rover: William Towns. Entré chez Aston en 1966, David Brown est séduit par son projet de berline à quatre portes (MP230). Il lui demande de transformer son projet en coupé à quatre places tout en conservant l'esprit de ce projet aux dimensions généreuses. La ligne de la DBS est née.

Pour le moteur, Marek a augmenté la cylindrée du V8 à 5,3 litres, mais la fiabilité de ce moteur n'est pas encore assurée. Or la présentation de la voiture doit avoir lieu en septembre 1967. C'est alors que Brown décide de bousculer les choses en sortant tout de même la DBS avec le moteur 6 cylindres de la DB6. Cependant, avec ses nouvelles dimensions et l'abandon du châssis "Superleggera" de Touring, la nouvelle venue a pris du poids. Aussi, le moteur peine-t-il un peu et soutient mal la comparaison face à la DB6. C'est ainsi que dès l'origine, la DBS est disponible, et au même prix, en version Vantage. Avec trois carburateurs Weber en remplacement des SU, le moteur procure 325 ch au lieu de 282. La Vantage reste disponible au catalogue alors même que la BDS V8 entre en scène fin 1969, la DBS est alors disponible en trois versions. Elles demeurent au catalogue jusqu'à la cession d'Aston Martin en 1972. La DBS V8 devient Aston Martin V8 et la DBS disparait. Ne reste plus alors que la DBS Vantage jusqu'en juillet 1973. L'histoire continue de s'écrire mais en V8, V8 qui lui aussi reçoit sa version Vantage.

Evidemment, en Europe, les DBS Vantage sont les plus vendues, à l'inverse des Etats-Unis où les normes pénalisent la Vantage. Sur 802 exemplaires produits (DBS, DBS Vantage) environ 300 "Vantage" auraient été vendues.

Pour en savoir plus : le site de la DBS Vantage

Fiche technique :

Moteur : 6 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Bloc : aluminium
Culasse en aluminium
Puissance fiscale : 30 CV
Cylindrée : 3995 cm3
Alésage x course : 96 x 92 mm
Taux de compression : 8,9:1
Vilebrequin 7 paliers
Puissance maximale : 325 ch (SAE) à 5750 tr/min
Couple maximal : 40,1 mkg à 4500 tr/min
Distribution : double arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 12
Alimentation : 3 carburateurs double corps Weber
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère, assistée
Diamètre de braquage : 11 m
Suspension av : pseudo Mc Pherson
Suspension ar : essieu de Dion
Longueur : 458,5 cm
Largeur : 183 cm
Hauteur : 132,2 cm
Empattement : 260 cm
Voie av : 150 cm
Voie ar : 150 cm
Garde au sol : 14 cm
Pneus av : 205/70 HR 15
Pneus ar : 205/70 HR 15
Freins av : disques
Freins ar : disques
Vitesse maximale : 240 km/h
Capacité du réservoir : 95 litres
Poids : 1651 kg