07 septembre 2012

Citroën CX Prestige (1984-1989)

CitroenCX25Prestigeav

CitroenCX25Prestigeav1

CitroenCX25Prestigeprof

CitroenCX25Prestigear1

CitroenCX25Prestigear
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

En 1984, la CX Prestige entre dans une nouvelle phase avec est l'arrivée du moteur 2,5 litres (qui reste le plus gros moteur 4 cylindres français). Avec un allumage électronique intégral, il délivre 138 ch avec une constance étonnante. Souple, il offre des reprises de la même ampleur quelque soit le rapport enclenché et les rapports sont étagés par 40 km/h sur la GTI. La Pallas IE et la Prestige disposent quant à elles d'un rapport de démultiplication plus long, sans que la vitesse de pointe ne soit atteinte. En 1985, la Prestige reçoit une nouvelle monte de pneus avec les nouveaux MXL ou MXV de Michelin, des pneus taille basse plus adaptés aux 200 km/h. La boite C-matic est remplacée par une nouvelle boite automatique à trois rapports.

En octobre 1985, c'est l'arrivée tant décriée de la CX GTI Turbo et ses 168 ch, et la fameuse publicité en 4 X 3 où Grace Jones, dans la coiffure de laquelle un profil de CX a été sculpté, vante les 227 km/h en pointe de la voiture. Un scandale s'ensuit et le gourverment fait adopter une loi interdisant toute mention à la vitesse dans les publicités pour l'automobile. En 1986, c'est la série 2 de la CX qui prend la suite (voir ici une CX GTI série 2), ce qui va implacablement transformer la "CX Prestige"en "CX Prestige Turbo", une abérration commerciale tant les deux termes semblent antinomiques. Certes la puissance de 168 ch augmente encore le standing de la "Prestige", mais le mot "turbo" semble tellement clinquant quand on songe à la clientèle de la voiture. Toujours est-il que l'arrivée d'un échangeur air-air entraîne une nouvelle "CX GTI Turbo 2" et par conséquent une "CX Prestige Turbo 2", un nom à rallonge qui signifie la fin de règne. Un dernier logo vient affubler la malle de la voiture en 1989, avec l'arrivée de l'ABS, une première pour une voiture française.

La CX est arrêtée en mai 1989, et par la même occasion la CX Prestige. Si la CX est remplacée par l'XM, la CX Prestige reste sans descendance, et seule la Renault 25 Limousine offrira une solution française.

22 673 CX Prestige ont été fabriquées entre 1976 et 1989. Elles ne jouissent pas encore d'une côte très élevée même si la première version sans toit surélevé est très recherchée et que la Prestige Turbo 2 est très appréciée pour ses performances. Sa côte oscille entre 3000 et 8000 € selon les versions. Mais le temps devrait donner raison à la CX : c'est un investissement de père de famille.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal avant
Puissance fiscale : 12  CV
Cylindrée : 2500 cm3
Alésage x course : 93 x 92 mm
Taux de compression : 8,8:1
Puissance maximale : 138 ch à 5000 tr/min
Couple maximal : 21,5 mkg à 4000 tr/min
Distribution : soupapes en tête, culbuteurs
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : injection électronique
Type de transmission : traction
Boite de vitesses automatique à 3 rapports
Direction à crémaillère, assistée
Suspension av : hydraulique
Suspension ar : hydraulique
Longueur : 490 cm
Largeur : 177 cm
Hauteur : 138 cm
Pneus av : 195/70 R 14
Pneus ar : 195/70 R 14
Freins av : disques ventilés
Freins ar : disques
Vitesse maximale : 199 km/h
0 à 100 km/h : 12,3 s
400 m.D.A. : 18.4 s
1000 m.D.A. : 33,9 s
Capacité du réservoir : 68 litres
Volume du coffre : 507 litres
Poids : 1480 kg


Honda NSX (1989-2005)

HondaNSXav

HondaNSXav1

HondaNSXar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2009)

HondaNSXav

HondaNSXav1

HondaNSXar1

HondaNSXar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

"Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître", titrait la presse spécialisée à la sortie de la Honda NSX après les premiers essais sur route. Il faut dire que le constructeur nippon n'avait pas lésiné sur la technologie et avait peaufiné la voiture avec l'aide d'Ayrton Senna avant de la présenter. A l'époque, Honda était le motoriste de l'écurie de Formule 1 McLaren-Honda et depuis le titre acquis avec Nelson Piquet avec la Williams-Honda en 1987, le motoriste avait déjà engrangé un second titre de champion du Monde en 1988, année de la domination absolue des McLaren-Honda, remportant cette année là 15 Grands Prix sur 16. L'année 1989 partait sur une domination d'Ayrton Senna et Alain Prost qui finira sur un titre pour McLaren-Honda et Alain Prost, marqué par un accrochage entre les deux rivaux et une disqualification du pilote Brésilien lors de la dernière course à Suzuka.

Profitant de cette vitrine mondiale, Honda présente la NSX au salon de Chicago. La voiture parait très longue et sa ligne très séduisante. L'arrière en particulier est particulièrement soigné avec un aileron intégré à la ligne grâce à une disposition très étudiée des feux et des lignes d'ailes. A l'avant, un nez très plongeant est rendu possible par des phares escamotables et la position du moteur, central arrière.

Car le plus bel atout de cette NSX, c'est son moteur central arrière et sa technologie VTEC, un système de distribution variable, tant à l'admission qu'à l'échappement, et qui permet de profiter de la souplesse d'un moteur à deux soupapes par cylindre à bas régime, et de la puissance rageuse d'un moteur à 4 soupapes par cylindre à haut régime. Au résultat, la voiture est très agréable à conduire sous 6000 tr/mn, et se montre féline jusqu'à 8000 tr/min, dans un bruit de V6 enragé. Ce moteur qui est considéré comme exceptionnellement vif et docile à tous les régimes s'avère en outre relativement sobre.

Mais la réussite de la NSX ne se limite pas à son moteur. L'équilibre de la voiture est aussi particulièrement soigné grâce encore à la position centrale arrière du moteur, mais encore par un empattement assez long qui évite les décrochements abrupts en cas de conduite trop sportive. Honda a travaillé à la mise au point d'une suspension à double triangles superposés qui permet de maintenir la voiture à plat dans les conditions les plus difficiles. Pour autant, la voiture reste confortable et peut être utilisée au quotidien, ce qui n'est pas le cas de ses rivales. Conçue en aluminium, elle est également plus légère. Si l'on rajoute une isolation acoustique fort bien réussie, la voiture est presque trop parfaite.

Trop parfaite car elle gomme trop les sensations et finit par banaliser la conduite sportive. Avec 274 chevaux et 272 km/h en pointe, des accélérations qui autorisent à passer les 400 mètres en 14 secondes, le kilomètre en 25,2 secondes, les Ferrari 348 et Porsche 911 peuvent craindre la concurrence de cette voiture. Mais elles conservent pour elles leur caractère si particulier, et une autre chose dont ne dispose pas la NSX : la renommée. Honda, en dépit de ses succès en Formule 1, ne parvient pas à dorer son blason de constructeur sportif pour la grande série. Et si la voiture connaît un beau succès la première année, les ventes déclinent très vite. Le prix de près de 80 000 € est jugé excessif pour la clientèle, alors qu'elle est 20 % moins chère qu'une Ferrari 348.

En 1997, la NSX reçoit un nouveau moteur 3,2 litres de 294 chevaux, une boite six vitesses, et une direction assistée. Les feux escamotables sont remplacés par des feux au xenon fixes, redonnant un nouvel air à la voiture. Mais pour autant, les ventes ne progressent pas. De leur côté, Ferrari et la F355 et Porsche avec la nouvelle génération de 911 ont remis les pendules à l'heure. En 2005, la production de la NSX est arrêtée et le concept censé la remplacer est lui aussi interrompu pour cause de crise économique mondiale en 2008.

Il n'en demeure pas moins que la NSX est une voiture qui aurait dû écraser le marché et qui est restée très en retrait de sa valeur réelle. 18 000 voitures seulement ont été produites, et pour le moment ces voitures semblent peu recherchées si bien que leur côte ne reflète pas leur valeur. Mais le temps devrait lui donner raison.

Fiche technique :

Moteur : V6 à 90°, essence
Emplacement : longitudinal, central arrière
Puissance fiscale : 16 CV
Cylindrée : 2977 cm3
Alésage X course : 90 x 78 mm
Taux de compression : 10,2 : 1

Puissance maximale : 274 ch à 7300 tr/min
Couple maximal : 29 mkg à 5400 tr/min

Distribution : 2 doubles arbres à cames en tête + VTEC
Nombre de soupapes : 24
Alimentation : injection
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère, assistée
Suspension av : double triangles superposés
Suspension ar : double triangles superposés
Longueur : 441 cm
Largeur : 181 cm
Hauteur : 117 cm
Pneus av : 205/50 ZR 15
Pneus ar : 225/50 ZR 16

Freins av : disques ventilés (282mm)
Freins ar : disques ventilés (282mm)
Vitesse maximale : 272 km/h
0 à 100 km/h : 5,9 s
0 à 200 km/h : 24 s
400 m.D.A. : 13,8 s
1000 m.D.A. : 25,2 s
Capacité du réservoir : 70 litres
Consommation moyenne sur route : 8,7 l/100km
Consommation moyenne sur autoroute : 10,7 l/100km
Consommation moyenne en cycle urbain : 12,6 l/100km
Consommation moyenne en conduite sportive : 16,6 l/100km
Volume du coffre : 154 litres
Cx : 0,32
ABS en série
Antipatinage en série
Poids : 1315 kg