29 août 2012

Citroën DS Ambulance (1960-1976)

CitroenDSambulanceav

CitroenDSambulancear
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

Dès la conception de la DS Break, Citroën a envisagé la variante "Ambulance", et a même sans doute inventé le concept du VSL. Jusque là, les ambulances étaient assurés par des fourgons aménagés autour du nez de cochon (Peugeot D3 ou D4) et du Citroën H. Avec la DS, on envisage le transport de blessés légers en leur offrant un confort sans égal grâce à la suspension hydropneumatique.

A l'origine, les ambulances ne sont pas blanches. Au contraire, le blanc ne figure même pas au catalogue de la Citroën DS Ambulance qui est le plus souvent vendue en gris clair, jaune ou bleu, voire noir. La voiture est conçue en mélangeant différentes finitions de DS Break. La voiture est équipée des sièges avant de la finition "Confort", les intérieurs de porte avec accoudoir à l'avant et lisses à l'arrière de la finition "familiale", et le fond de coffre de la finition "Commerciale". Originalité de la version ambulance, elle est équipée d'une banquette rabattable par parties (2/5 et 3/5) qui permet de glisser le brancard.

A l'origine, c'est Citroën qui commercialise ses propres voitures qui fait fabriquer en sous-traitance chez Ansart & Tesseire ou chez Carrier les éléments nécessaires à l'aménagement. Elles ont les feux simples de la DS de première série et un toit à la même hauteur que le break ordinaire. A partir de 1968, la DS entre dans une phase II et bon nombre de préparateurs se sont intéressés à ce marché. Les premiers à s'y intéresser sont les Etablissement Petit qui apporteront le toit réhaussé. Cependant le hayon n'ayant pas été modifié, un fort décroché subsiste à l'arrière. C'est ensuite Collet qui s'y est attelé, et il a trouvé une solution pour modifier les fixations du hayon, ce qui permet de rallonger le toit sans supprimer le décroché (notre modèle). Ensuite Petit a réussi un adapter un toit sans dérochement à l'arrière, ce qui permet de conserver une hauteur intérieure de 1,20 m. D'autres préparateurs viendront apporter leur touche, comme Currus, Heuliez ou Baboulin au cours de l'histoire de la DS Ambulance.

En 1973, un décret vient préciser les normes applicables aux ambulances qui doivent alors être blanches et disposer d'un feu à éclat (une lampe bleue qui clignote et non qui tourne) et d'un avertisseur sonore trois tons (do-mi-do silence) pour les différencier des véhicules prioritaires (gyrophare bleu et avertisseur sonore deux tons (si-la)). L'équipement à bord est plus réglementé et le personnel mieux qualifié.

La production de la DS break s'achève en 1975 et c'est la CX break qui devrait prendre la suite. Mais devant la complexité des modifications à effectuer en comparaison de celles qui sont nécessaires pour la DS, tous les préparateurs se sont rués sur les dernières DS break encore en stock. Une fois ce stock épuisé, c'est alors la CX qui a été, avec succès, la digne remplaçante de la DS Ambulance.

Pour en savoir plus : le site de la DS Ambulance

Posté par Zorglub34 à 15:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur Citroën DS Ambulance (1960-1976)

    La meilleure des ambulances !
    Beaucoup d'ambulanciers l'ont regrétté

    Posté par didier, 30 août 2012 à 10:21
  • ambulance

    bonsoir
    je recherche une ambulance pour une video le 29 septembre
    si vous savez ou je peu trouvez
    merci
    cordialment
    olivier

    Posté par oliver, 18 septembre 2017 à 20:48
  • Je n'ai malheureusement pas de coordonnées de propriétaire à vous communiquer.

    Posté par Z, 18 septembre 2017 à 22:28
Poster un commentaire