26 août 2012

Mercedes 200 W123 (1976-1985)

Mercedes200W123av

Mercedes200W123ar1

Mercedes200W123ar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2010)

Quand la Mercedes W123 est présentée à Bandol en janvier 1976, il s'agit de remplacer la "Dash-Eight" (ou Slash-Eight) vieillissante. La nouvelle venue ne se contente pas d'un rafraîchissement rapide de ses lignes. De fait la voiture est déjà produite en Allemagne depuis décembre 1975 en version 280.  Cette nouvelle génération est devenue nécessaire du fait des nombreuses avancées technologiques effectuées par Mercedes et qui impliquent tant de modifications qu'un nouveau modèle s'impose.

La ligne est directement inspirée par la Classe S W116 qui a imposé un nouveau style depuis 1972, romptant avec le style créé par Paul Bracq avec, par exemple, la W108/109. La carrosserie est entièrement inédite et intègre pour la première fois le concept de cellule de sécurité avec parties déformables à absorption de chocs (compartiment moteur, coffre). La structure du toit est renforcée pour mieux protéger les passagers. Tout autour de ce nouveau concept, d'autres nouveautés arrivent : colonne de direction rétractable, prétensionneurs de ceinture de sécurité. La planche de bord elle aussi fait l'objet d'une attention particulière en évitant les bords saillants. D'une qualité presque irréprochable (les versions bleues tendent à se fissurer), elle est très fonctionnelle. On lui reproche son commodo unique qui regroupe toutes les fonctions (feux, clignotants, essuie-glace). Sur la console centrale, sous la bande de bois plaqué on retrouve les autres commandes (dégivrage arrière, toit ouvrant le cas échéant, assiette des phares).

Pour les trains roulants, Mercedes lui adjuge des roues indépendantes à l'avant et un pont à bras oscillants à l'arrière. Ainsi gréée, elle offre une tenue de route en nette amélioration par rapport à sa devancière, d'autant que son réservoir a été déplacé pour garantir un centre de gravité plus bas et un meilleur équillibre.

Esthétiquement, le classique trois volumes cher à Mercedes est conservé. Les proportions de la W116 seillent parfaitement à la W123. Les feux avant s'inspirent de cette dernière et les blocs de feux ronds sont striés horizontalement. Les feux longue-portée sont un peu plus petits que les feux de croisement, et sur les hauts de gamme, ce sont des projecteurs rectangulaires verticaux qui intègrent un éclairage halogène. Ces feux seront généralisés sur toutes les versions à partir de 1982. Derrière, des blocs agrandis par rapport à la version précédente reprennent les stries qui ont pour effet d'empêcher les salissures de s'accrocher.

Sous le capot, il y a toutes les possibilités. Du faiblard 2 litres diesel (200 D) au brillant 2,8 litres injection (280 E), la puissance oscille entre 55 et 185 ch. Pour la 200 (notre modèle), le 4 cylindres est directement repris de celui de la version précédente. Il offre 94 chevaux jusqu'en 1980, puis 109 par la suite grâce à une nouvelle génération de moteurs. Sans être une foudre de guerre, il offre un agrément de conduite suffisant pour un bon père de famille qui fait le choix de l'économie de carburant et du respect des limitations de vitesse. Avec 160 km/h en pointe, il se situe dans un moyenne inférieure à celle de la concurrence pour un 2 litres. Il est également pénalisé par une puissance fiscale de 11 CV. Aussi la 200 n'a jamais été le choix le plus répandu de la clientèle, le choix des versions Diesel, et notamment la 240 D et la 300 D, se révélant plus judicieux pour qui cherche l'économie. Elle fut la voiture de prédilection des taxis pendant toute sa carrière.

L'atout principal de la W123 se trouve dans sa fiabilité hors norme, en particulier les versions Diesel. Un moteur tient facilement 300 000 km sans entretien particulier et on ne compte plus les exemplaires ayant franchi le million de kilomètres avec leur moteur d'origine. Elle fait une seconde carriière en Afrique ou elle a détroné la Peugeot 504. Vendue à plus de 2,4 millions d'exemplaires (dont plus de 300 000 pour la seule 200), un record pour Mercedes, ses pièces sont nombreuses et d'un prix abordable. On estime à 60 000 voitures le nombre d'exemplaires encore en circulation en France si bien que sa côte ne grimpe pas. En 1985, elle est remplacée par la W124, mais les versions de bas de gamme sont plutôt remplacées par la 190 E (W201) qui ouvre une nouvelle page dans l'histoire de Mercedes.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal avant
Puissance fiscale : 11 CV
Cylindrée : 1988 cm3
Alésage x course : 87 x 83,6 mm
Taux de compression : 9:1
Puissance maximale : 94 ch à 4800 tr/min
Couple maximal : 16,1 mkg à 3000 tr/min
Distribution : arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur horizontal
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction    recirculation de billes
Suspension av : roues indépendantes leviers triangulés
Suspension ar : bras triangulés
Longueur : 472 cm
Largeur : 178 cm
Hauteur : 144 cm
Empattement : 279,5 cm
Voie av : 140 cm
Voie ar : 144 cm
Pneus av : 175 SR 14
Pneus ar : 175 SR 14
Freins av : disques
Freins ar : disques
Vitesse maximale : 160 km/h
Capacité du réservoir : 65 litres
Volume du coffre : 500 litres
Poids : 1340 kg

Posté par Zorglub34 à 12:37 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,