05 mars 2012

Renault 30 TX (1978-1984)

Renault30TXautoav

Renault30TXautoav1

Reanult30TXautoprof

Renault30TXautoar1

Renault30TXautoar
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2009)

Renault30TXautoav

Renault30TXautoav1

Renault30TXautoar1

Renault30TXautoar
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2010)

La naissance de la Renault 30 sera aussi difficile que sa carrière. Née du projet de moteur commun de Renault, Peugeot et Volvo, le fameux V6 PRV, la Renault 30 souffre encore de l'échec patent de la Renault Frégate quinze ans plus tôt. A la Régie Renault, entreprise d'état, on ne voit pas la nécessité de revenir dans le haut de gamme trusté par les allemandes et, en France, par la Citroën DS puis la CX. Pourtant, il faut bien faire quelque chose de ce moteur et la Renault 16, malgré la version TX, s'essouffle en haut de gamme.

Ce V6 est le moteur qui montre les complexes français dans le haut de gamme. A l'origine ce devait être un V8 capable de concurrencer Mercedes avec sa classe S et BMW avec la 3500, ce qui explique son architecture en V ouvert à 90°. Mais en raison du choc pétrolier, on l'amputa de deux cylindres ce qui rendit son fonctionnement bancal. Un V6 se trouve mieux équilibré avec une ouverture de 60° ou avec un angle plat de 180° comme sur les Porsche 911. Le nombre de cylindres multiplié par l'angle doit être un multiple de 360° afin que le rythme des explosions soit continu. Avec un 6 cylindres ouvert à 90° on obtient 540°... Il aurait fallu un savant ordre d'allumage et de décalage des manetons et des arbres à cames pour parvenir à équilibrer ce moteur.Mais l'effort ne fut pas porté sur ce détail et le fonctionnement de ce moteur fut très critiqué, réputé pour son irrégularité. Il faudra attendre la version 2849 cm3 sur la Renault 25 de deuxième génération pour qu'enfin les manetons soient décalés. D'ailleurs la puissance du moteur de 2664 cm3 reste assez modeste, autour de 130 chevaux, à comparer avec les 180 ch des moteurs 6 cylindres en ligne de 2,8 qu'on retrouve outre-Rhin.

Le projet "R" essaye de créer une voiture hors des sentiers battus. Avec la 4L, puis la Renault 16, Renault a parfaitement compris l'avantage de la voiture à deux volumes avec hayon. Aussi, c'est vers cette solution que Renault se penche. Les premiers prototypes s'inspirent de la Renault 16, mais également des Renault 15 et 17 pour leur ligne étirée et fluide. Pour le châssis, on s'attèle à une structure monocoque à quatre roues indépendantes. Pour la première fois, une voiture traction avant va recevoir un V6. Cependant le poids du V6 à l'avant, en dépit de grandes qualités routières, provoquera un effet de plongée au freinage qui rebutera bon nombre de clients. La voiture souffre également d'une consommation importante juste après le premier choc pétrolier de 1973. La version carburateur de la Renault 30 (TS) consomme autour de 15 litres au 100 en ville et jusqu'à 27 litres à haute vitesse (180 km/h en pointe) à raison d'une boite à quatre rapports. Si l'on rajoute une planche de bord plutôt triste, une sortie anticipée de la Peugeot 604 qui ne devait être commercialisée que plusieurs mois après le lancement de la Renault 30, les ventes ont du mal à décoller. Heureusement la Renault 20, version à quatre cylindres de la Renault 30, vient sauver la mise au modèle.

Il faut attendre 1978 pour que Renault intègre une injection électronique à l'alimentation du moteur diminuant le bruit de fonctionnement, offrant plus de couple et abaissant sérieusement la consommation aidée en cela par l'instauration d'une boite cinq vitesses. La puissance grimpe de 131 à 142 chevaux. La TS devient alors TX. La planche de bord et l'équipement sont revus à la hausse. La voiture reçoit des jantes spécifiques avec des pneus Michelin taille basse (TRX). Le sigle "V6 injection" se colle sur le panneau arrière à droite, et le sigle "injection" est fixé sur la calandre. Les feux arrière sont cerclés de chrome. La fermeture centralisée intègre le hayon arrière et la trappe d'essence. Les sièges sont plus profonds, mieux enveloppants, en velours de série, en cuir en option.

Sur la version automatique à trois rapports (notre modèle), un essuie-glace arrière est installé. Elle dispose en outre, d'un régulateur et d'un limiteur de vitesse avec commande au volant.

A l'heure actuelle, la Renault 30 est assez rare. Sa production s'est arrêtée en 1983, pour laisser place à la Renault 25, dont les ventes en versions V6 n'auront pas tellement plus de succès en dépit de qualités indéniables. Toutes versions confondues (carburateur, injection, diesel) elle aura été produite à 130 000 exemplaires seulement.

A noter qu'elle partage son moteur avec la Peugeot 604, la 505 V6, la 504 coupé V6, la Volvo 260, la DMC De Lorean, la Venturi 260, la Tagora SX, la Lancia Thema, les Alpine A310 et A610.

Fiche technique :

Moteur : V6 à 90° PRV, essence
Emplacement : longitudinal avant
Puissance fiscale : 15 CV
Cylindrée : 2664 cm3
Alésage X course : 88 x 73 mm
Taux de compression : 9,2:1
Puissance maximale : 142 chevaux à 5500 tr/min
Couple maximal : 22,3 mkg à 3000 tr/min
Distribution : 2 arbres à cames en tête
Nombre de soupapes : 12
Alimentation : injection Bosch K-Jetronic
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports (ou automatique à 3 rapports)
Type de transmission : traction
Direction à crémaillère, assistée
Suspension av : triangles superposés
Suspension ar : bras tirés
Longueur : 452 cm
Largeur : 173 cm
Hauteur : 143 cm
Pneus av : 175/80 HR 14
Pneus ar : 175/80 HR 14
Freins av : disques ventilés
Freins ar : disques
Vitesse maximale : 188 km/h
0 à 100 km/h : 10,7 s
400 m.D.A. : 17,1 s
1000 m.D.A. : 31,7 s
Capacité du réservoir : 67 litres
Volume du coffre : 395 litres
Poids : 1340 kg

Posté par Zorglub34 à 11:29 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,

  1