03 mars 2012

Triumph TR7 Drophead Coupé (1979-1981)

TriumphTR7Dphav

TriumphTR7Dphav1

TriumphTR7Dphprof

TriumphTR7Dphar1

TriumphTR7Dphar

TriumphTR7Dphint

TriumphTR7Dphint2
(Jumièges, Seine-Maritime, juillet 2010)

Lorsqu'elle apparaît en 1975, la nouvelle TR7 est une très grande déception pour les amateurs de Triumph. Censée mieux pouvoir pénétrer le marché américain, principale clientèle de la marque anglaise, la TR7 est vécue comme une trahison. Du voluptueux moteur 6 cylindres, il ne reste qu'un quatre cylindres de deux litres très ordinaire, même s'il provient de la Dolomite Sprint. Les boiseries sont passées à la trape, remplacées par des plastiques sans noblesse. Le pire, c'est que ce n'est même pas un cabriolet ! La raison est une législation américaine sur les cabriolets qui ne peuvent pas être conçus sur des châssis monocoque. Cependant son style est fort apprécié, anguleux, original et sportif.

D'une certaine manière, la cible a été atteinte, de sorte que si la voiture est mise en production fin 1974 et la commercialisation débute sur le marché américain en 1975, la demande est telle que la commercialisation en Europe est reportée de mois en mois, au point que la voiture n'arrive sur nos routes qu'en 1978 !!

Cependant, les changements de stratégie chez Triumph, ainsi que la fermture de l'usine traditionnelle de Canley et le déplacement de la production à Coventry ont de plus augmenté les tensions entre syndicats et direction et ds grèves à répétition ont eu lieu. L'effet est généralement désastreux pour la qualité d'assemblage d'une voiture. De fait, la TR7 souffre d'une mauvaise image et les ventes ne décollent pas sur le vieux continent, d'autant qu'elle subit une grosse concurrence de la part de la Fiat X1/9.

On adapte une boite à 5 rapports sur la voiture, afin de la rendre plus sportive. Mais rien n'y fait. La règle américaine sur les cabriolets ayant été abrogée, il est alors fait appel au célèbre Michelotti pour dessiner une version cabriolet de la TR7 (dite TR7 Drophead Coupé) afin de séduire les amateurs ou les puristes. Et pour faire bonne mesure, elle est même vendue un peu moins cher que la TR7 Fixedhead Coupé.

Ce nouvel habit procura 28000 voitures vendues supplémentaires aux 112000 coupés. A celà il faut rajouter 2500 voitures équipées du V8 Rover de la SD1. Cette version à V8 sera appelée TR8 et sera la dernière de la série. La TR7 est stopée en octobre 1981, et Triumph ferme ses portes en 1984.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal, avant
Puissance fiscale : 10 CV
Cylindrée : 1998 cm3
Alésage X course : 90,3 X 78 mm
Taux de compression : 9,5:1
Puissance maximale : 107 ch à 5450 tr/min
Couple maximal : 16,2 mkg à 3500 tr/min
Nombre de soupapes : 8
Distribution : arbre à cames en tête
Alimentation : carburateur double corps
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à cremaillère
Suspension av :
Suspension ar : essieu rigide
Longueur : 417 cm
Largeur : 168 cm
Hauteur : 127 cm
Empattement : 215 cm
Pneus av : 185/70 R 13
Pneus ar : 185/70 R 13
Freins av : disques
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 182 km/h
0 à 100 km/h : 11,7 s
1000 m.D.A. : 33,1 s
Poids : 1000 kg


  1