08 novembre 2011

BMW 3.0 CSi E9 (1971-1975)

BMW3

BMW3

BMW3
(Rassemblement Fauville-en-Caux 2010, Seine-Maritime, mai 2010)

La lignée des BMW CS est née en 1962 avec la 3200 CS, un joli petit coupé sans montant central dessiné par Bertone. Conçu dans le style léger de la BMW 507, il a un dessin fluide, une ligne légère, rappelant l'Alfa Romeo 2600 Sprint. Mais ce modèle se vend mal en raison de son "gros" moteur V8 de 3.2 litres (moins de 700 exemplaires). En 1965, il est remplacé par la 2000 C à moteur 2 litres disponible en trois versions de 100 à 120 chevaux. Le volume des ventes s'accroit alors considérablement, passant à près de 15000 unités en cinq ans. La 2000 C (100 chevaux), CA (automatique) ou CS (Sport, 120 chevaux) propose des formes qui évoquent déjà la future E9, en particulier les flancs et l'arrière. Mais à l'inverse de la précédente génération, ces voitures souffrent d'un manque de puissance.

En 1968, la E9 est proposée en remplacement de la 2000 au salon de Francfort. De fait, elle n'est pas si différente. Elle a reçu un capot allongé de façon à recevoir le 6 cylindres de la berline 2500/2800, le moteur dit "M30" que l'on retrouvera très longtemps dans une version de 3,5 litres dans les hauts de gamme de BMW tels que la M1, la M635CSi ou 735, et même les M5 jusqu'en 1995. Elle reçoit une nouvelle calandre à 4 phares qui initie le style BMW pour la prochaine décennie et des feux arrière nouveaux. L'ensemble est léger, respectant un équilibre entre puissance et élégance et si la voiture semble puissante, c'est sans ostentation.

Avec son moteur de 2,8 litres, un comportement sûr et un confort certes à l'allemande avec des assises très peu souples mais bien enveloppantes et en définitive confortables, la voiture monte en gamme. Le moteur de 170 chevaux procure bien des sensations et la concurrence italienne doit sortir le grand jeu avec l'Alfa Romeo Montreal pour procurer une concurrente à cette redoutable voiture. Quant à la Mercedes 280 SL, elle est clairement battue. En 1971, la 2800 CS devient 3.0 CS et le nouveau moteur 3 litres procure 10 chevaux supplémentaires. Cependant, pour la compétition, les performances de la Porsche 911 sont un peu hors d'atteinte en raison des 1400 kg de la caisse. A l'automne 1971, BMW dote la CS d'une injection. Elle prend alors l'appellation 3.0 CSi et peut s'enorgueillir d'un moteur de 200 chevaux. Pour autant la voiture est plus une adepte des grandes courbes rapides que des virages serrés, accusant son poids. Bien que souple, le moteur provoque parfois quelques dérobades du train arrière si l'accélérateur est trop enfoncé avant que le point de sortie ne soit dans l'axe. Les suspensions un peu souples classent d'autant plus la voiture dans le clan des voitures de grand tourisme que dans le rang des sportives pures et dures.

Parallèlement, la 3.0 CSL (pour leichbau : légère ) sort en même temps que la 3.0 CS. Sa puissance augmente encore avec l'adoption de l'injection (206 chevaux). Allégée de 200 kg, elle est surtout conçue pour être homologuée pour la compétition. BMW, dans son désir de revenir redorer son blason sportif, elle a été affublée d'un spoiler très plongeant et d'un aileron important à l'arrière qui rappelle celui qui est installé en compétition, surdimensionné. En version compétition, le moteur fournit jusqu'à 360 chevaux, et au fur et à mesure des évolutions (3,2 puis 3,3 et enfin 3,5 litres), 435 chevaux, voire plus de 750 chevaux dans sa version turbocompressée dans la M1 Motorsport. Avec des ailes élargies, des énormes déflecteurs à l'avant comme à l'arrière, la voiture est alors souvent appelée "Batmobile". Elle tient alors la dragée haute aux Porsche 911 dans le championnat des voitures de tourisme et accumule les succès, faisant entrer BMW dans le cénacle des constructeurs de voitures de compétition.

En 1974, la 2500 CS vient apporter une version plus civilisée de 150 chevaux. Trop peu performante, elle ne sera diffusée qu'à 844 exemplaires.

Les dernières voitures sont produites en 1975, et livrées en 1976, tandis que la série 6 vient prendre la relève. Vendue à 30 546 unités, la CS a transformé BMW qui a désormais l'aura d'un constructeur de voitures de voitures sportives, confortables, et performantes, ouvrant la voie à un longue lignée de BMW Motorsport.

Fiche technique :

Type du moteur    6 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal avant
Puissance fiscale : 17 CV
Cylindrée : 2985 cm3
Alésage x course : 89 x 80 mm
Puissance maximale : 200 ch à 5500 tr/min
Couple maximal : 27,7 mkg à 4300 tr/min
Taux de compression : 9,5 : 1
Distribution : arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 12
Alimentation : injection Bosch K Jetronic
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesse manuelle à 4 rapports
Direction à vis et galet, assistée
Suspension av :  roues indépendantes, triangulation McPherson, ressorts hélicoïdaux et amortisseurs. Barre stabilisatrice.
Suspension ar :  roues indépendantes, bras oscillants obliques, ressorts hélicoïdaux et amortisseurs. Barre stabilisatrice.
Longueur : 466 cm
Largeur : 167 cm
Hauteur : 137 cm
Empattement : 262 cm
Voie av : 144 cm
Voie ar : 141 cm

Pneus av : 195/70 VR 14
Pneus ar : 195/70 VR 14
Freins av : disques ventilés
Freins ar : disques ventilés

Vitesse maximale : 220 km/h
Km D.A. : 28,9 s
0 à 100 km/h : 7,7 s
Poids : 1380 kg

Posté par Zorglub34 à 14:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Commentaires sur BMW 3.0 CSi E9 (1971-1975)

    Trop belle cette "BEUM"!

    Posté par didier, 09 novembre 2011 à 09:25
Poster un commentaire