16 avril 2011

Citroën 2CV AZU (1954-1977)

CitroenCVAZUav

Citroen2CVAZUar
(Auto-Moto-Retro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2009)

Alors que la 2CV s'est imposée très vite comme la voiture polyvalente de l'après-guerre, Citroën conçoit très vite une version à l'intention des artisans et autres agriculteurs ou entrepreneurs. Elle reprend la plate-forme de la 2CV de série et subit une transformation dans les ateliers de Panhard à Paris.

En 1951, la 2CV AU, première version utilitaire, est motorisée par le moteur de 375 cm3 qui lui procure la phénoménale puissance de 9 chevaux. Conçue pour recueillir 150 kg de matériel et deux passagers, la voiture atteint péniblement 70 km/h avec vent favorable. Elle devient le véhicule de service de nombreux services publics (EDF, ONF, etc), en particulier pour les services postaux qui apprécieront sa facilité d'entretien et son coût très raisonnable. Son plancher plat, ses portes arrières de type "placard" et ses deux hublots lui donnent de sérieux atouts pour la campagne.

Dès 1954, la 2CV AZU vient apporter une variante dans le catalogue. Elle profite du nouveau moteur de 425 cm3 qui hausse la puissance à 12 chevaux. Elle profite de toutes les évolutions de la 2CV type AZ, à l'exception de l'embrayage centrifuge jugé inadapté à la circulation dans les campagnes avec une charge utile. Elle se distingue de l'extérieur par son capot qui plonge jusqu'au pare-choc alors que celui de l'AU se levait sans la calandre.

Dès lors les ventes de l'AZU constituent l'essentiel du chiffre d'affaires et l'AU disparait du catalogue en même temps que l'AZ, en 1956.

En 1963, comme l'AZA, l'AZU reçoit une nouvelle version du moteur 425 cm3 qui augmente la puissance à 21 chevaux (SAE). Ce regain de performances s'accompagne d'un aggrandissement des vitres arrières qui deviennent carrées. Les panneaux arrières perdent également leurs nervures. En 1964, les portes s'ouvrent dans l'autre sens, de l'arrière vers l'avant. L'AZU est épaulée dans sa lutte contre la fourgonnette Renault 4 par une nouvelle 2CV AK 350, rallongée de 20 cm en porte-à-faux arrière et capable d'emmener 350 kg de charge, grâce au moteur de 602 cm3 emprunté à l'Ami 6. En 1970, une AKS 400 viendra encore renforcer l'équipe. L'AKS 400 se reconnaît par son toit plus haut qui offre un décrochement important entre la cabine et le fourgon.

En 1973, la 2CV AZU reçoit le moteur de la 2CV 4 de 435 cm3 et reçoit les modifications esthétiques que la 2CV avait reçues en 1970. En 1975, les phares carrés lui sont également greffés, et en 1977, alors que les AK 350 et AKS 400 et leur 35 chevaux se montrent plus polyvalentes, c'est l'Acadiane qui vient remplacer l'ensemble de la gamme.