22 janvier 2011

Renault 25 Turbo-DX (1984-1988)

Renault25TDXav

Renault25TDXprof

Renault25TDXar1

Renault25TDXar
(Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2009)

Hormis avec une tardive tentative avec la Renault 30 Turbo-D, le Diesel, dans les années 80, n'a pas accès au haut de gamme. Il est réservé à une clientèle type, réputée économe, et les constructeurs la privent des options et accessoires trop ostensiblement luxueux. Avec la Renault 25, la Régie prévoit dès le départ plusieurs niveaux de finition, y compris pour les modèles Diesel. Si les TD et GTD se placent en accès de gamme aux côtés des TS ou GTS, la Turbo-D s'élève en équipements et, dotée du même moteur turbo Diesel, la Turbo-DX jouit du même niveau de finition que sa sœur à V6.

Il est assez aisé de reconnaître cette finition depuis l'extérieur. A l'avant, le bouclier est largement modifié. Les clignotants ne sont plus en angle de la calandre mais intégrés au pare-choc. Ce déplacement a été rendu nécessaire par l'adoption de feux de type "quatre phares" avec feux de route distincts. Des baguettes latérales ceinturent la voiture et à l'arrière, le petit béquet est peint couleur caisse. Des jantes en alliage allègent la ligne avec des pneus taille basse (à relativiser avec les normes d'aujourd'hui). Mais c'est à l'intérieur que les différences se font le plus sentir. L'équipement est des plus aboutis avec direction assistée, condamnation centrale des portes, lève-vitres électriques à l'avant comme à l'arrière, commande à impulsion pour la vitre du chauffeur (une première en France), ordinateur de bord, rétroviseurs électriques, essuie-glace arrière, radio 4 X 20W avec commande au volant et ABS. La climatisation reste toutefois en option.

Le moteur provient du 2,1 litres de la Renault 20 GTD. Avec un turbo, il procure 85 chevaux à la voiture et, avec un étagement de boite judicieux, la vitesse de 172 km/h est bien à son maximum. Il n'est pas un foudre de guerre, sans être apathique pour autant, même s'il souffre du poids de la Renault. La clientèle de l'époque était avertie, Diesel ne rimait pas encore avec performance mais avec économie.

En 1988, face à l'arrivée prochaine des Citroën XM et des Peugeot 605, Renault se doit de réagir, d'autant que la réputation de la voiture a été ternie par une qualité de finition et d'assemblage très loin des normes admissibles, plus encore en haut de gamme. Le successeur de George Besse, Raymond Levi, Président de la Régie Renault, ne tarda pas à déclarer publiquement que sa voiture de fonction devait passer au garage tous les mois, soulignant le manque de culture "qualité" de l'entreprise. La nouvelle mouture de 1988 permit de gommer les défauts, mais pas la réputation.

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, Diesel
Emplacement : longitudinal avant
Puissance fiscale : 6 CV
Cylindrée : 2068 cm3
Alésage X course : 86 x 89 mm
Taux de compression : 21,5:1
Puissance maximale : 85 ch à 4250 tr/min
Couple maximal : 18,5 mkg à 2000 tr/min
Distribution : arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : injection indirecte, pompe rotative
Suralimentation : turbocompresseur + intercooler
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 5 rapports
Direction à crémaillère, assistée
Suspension av : triangles superposés, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis
Suspension ar : McPherson (triangles inversés, barres de poussée) ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis
Longueur : 471 cm
Largeur : 181 cm
Hauteur : 141 cm
Freins av : disques ventilés
Freins ar : disques
Vitesse maximale : 172 km/h
0 à 100 km/h : 15,1 s
1000 m.D.A. : 35,5 s
Cx : 0,33
Capacité du réservoir : 66 litres
Consommation moyenne sur route : 7,2 l/100km
Consommation moyenne sur autoroute : 8,9 l/100km
Consommation moyenne en cycle urbain : 9,8 l/100km
Volume du coffre : 442 litres
ABS en série
Poids : 1470 kg

Posté par Zorglub34 à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur Renault 25 Turbo-DX (1984-1988)

Poster un commentaire