18 juin 2014

Citroën Rosalie 8 (1932-1934)

CitroenRosalie8av

CitroenRosalie8av1

CitroenRosalie8pf

CitroenRosalie8ar
(Rétro-Mobile 2012, Pont de l'Arche, Eure, mars 2012)

CitroenRosalieav

CitroenRosaliear
(Caux-Retro, Allouville-Bellefosse, Seine-Maritime, juillet 2009)

CitroenRosalie8av

CitroenRosalie8av1

CitroenRosalie8ar

CitroenRosalie8int
(Grémonville, Seine-Maritime, juillet 2009)

La Citroën Rosalie succède en octobre 1932 aux Citroën C4 et C6 dans une gamme comprenant les 8 CV (notre modèle), 10 CV et 10 CV légère, la 15 CV et la 15 CV légère. Sans le savoir elle servira à jeter les bases de la future Traction avant. Elle est d'ailleurs le dernier modèle Citroën à propulsion.

Dans la ligne avant, la calandre cerclée de chrome disparait et une nez profilé préfigurant celui de la Traction fait son apparition. L'intérieur et l'arrière sont plus conformes à leurs devancières.

La Rosalie bénéficie tout de même de sérieuse innovations, en particulier le moteur flottant inventé par Chrysler. Un accord de production sous licence a été conclu entre les deux firmes, et les conducteurs de Citroën peuvent jouir du peu de vibrations qu'offre ce nouveau système. Autre nouveauté, la boite comporte deux rapports synchronisés symbolisés sur la calandre par les fameux deux chevrons. L'utilisation d'engrenages dont les pignons ne sont plus perpendiculaires à l'axe de rotation mais obliques permet de faciliter les changements de rapports en évitant les craquements, et de réduire le bruit de fonctionnement de la boite. Ainsi, le chant des engrenages cesse, ce bruit que vous entendez lorsque vous faites une longue et rapide marche arrière. La voiture dispose également d'une roue libre, qui permet de laisser filer la voiture dans les descentes, ce que certains appellent "la 5è espagnole".

Côté production du châssis, la voiture est construite sur deux longerons soudés par une tôle de renfort (dite semelle). La carrosserie n'est composée que de 4 pièces soudées entre elles. Le châssis ainsi conçu est presque indéformable. Plusieurs carrosseries sont disponibles en berline, torpédo, coach, coupé, spider, et commerciale.

En 1933, les lames de refroidissement latérales sur le capot sont remplacées par 4 trappes (modèle bleu) et la roue de secours quitte l'aile pour s'installer sur la malle arrière, ce qui n'est pas spécialement pratique. L'ouvrant arrière disparaît.

A noter qu'en 1933, une voiture sportive avec la mécanique réputée inusable de la 8 CV a parcouru 300 000 km sur l'anneau de Montlhéry à la vitesse moyenne record de 93 km/h.

C'est l'illustre Traction qui prend la suite en 1934, tandis que la Rosalie connaîtra une deuxième carrière avec les série NH et MI.

Posté par Zorglub34 à 11:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Citroën Rosalie 8 (1932-1934)

    Qu'es ce que t'as Doudou dit donc?....
    Sacré voiture pour l'époque!
    amicalement
    Didier

    Posté par didier, 05 septembre 2010 à 11:46
Poster un commentaire