05 novembre 2010

Seat Marbella (1986-1998)

SeatMarbellaav

SeatMarbellaav1

SeatMarbellaar1

SeatMarbellaar
(Yvetot, Seine-Maritime, juillet 2009)

Depuis 1953, Seat construit en Espagne sous licence Fiat les répliques de la marque italienne. Mais dans ces années 80, la marque étatique espagnole connaît des difficultés financières et Fiat, déjà dans une passe difficile, ne souhaite pas renflouer Seat. Les tensions vont au clash et l'accord de coopération est rompu. Cependant Seat continue de produire les Seat 127 rebaptisées Fura, les copies des Fiat Ritmo rebaptisées Ronda, et les Seat Panda, identiques à la Panda italienne. Condamnée pour plagiat, Seat se trouve peu à peu rachetée par le groupe Volkswagen. Afin de ne plus craindre le plagiat, la Fura est abandonnée, les calandres et les panneaux arrières des Ronda et Panda sont modifiées afin de ne plus ressembler à leurs aînées italiennes. La Ronda hérite de moteurs d'origine Volkswagen et d'un système de lubrification des bielles baptisé "System Porsche", tandis que la Panda, devenue Marbella, continue d'utiliser la mécanique de la Panda. Fiat n'en garde pas ombrage dans la mesure où la Panda de deuxième série est déjà en vente et qu'elle ne comporte plus de pièces communes avec la première génération à commencer par les moteurs Fire. Une nouvelle licence de dix ans est alors signée. La Marbella continue d'être motorisée par le moteur de la Fiat 850 (35 chevaux) et celui de la Fiat 127 (45 chevaux) ! En 1990, le moteur de la 850 disparaît et seule la version à 40 chevaux demeure, poussive, puis à 42 chevaux en 1992 suite à l'implantation d'une injection monopoint, pot catalytique oblige.

La Marbella reste une voiture citadine, légère, mais peu alerte à côté d'une Citroën AX ou d'une Peugeot 106 à peine mieux motorisées. La commande de boite est floue et rugueuse, la direction peu précise quoique légère, la tenue de cap est des plus fantaisistes. Le train arrière, d'une conception archaïque, sautille sur les bosses créant une fâcheuse tendance à se déporter vers l'extérieur des virages ce qui impose de constamment rattraper la voiture sur la route. D'un équipement des plus sommaires, elle peut toutefois bénéficier dans certaines séries spéciales de toits ouvrants très agréables. En définitive, le terrain de prédilection de la Marbella est la ville, rien que la ville. Facile à manœuvrer, peu large, elle se faufile dans la circulation avec agilité. Mais ce sont bien là ses seules qualités, à l'exception d'un prix de vente imbattable, moins de 5000 € à la fin des années 80. Seat vendra plus de 500 000 exemplaires de la Marbella jusqu'à son remplacement par la Seat Arosa, copie de la Volkswagen Lupo, en 1998

Fiche technique :

Moteur : 4 cylindres en ligne, essence
Emplacement : transversal, avant
Puissance fiscale : 4 CV
Cylindrée : 843 cm3
Alésage X course : 65 x 63,5 mm
Taux de compression : 7,8:1
Puissance maximale : 35 ch à 5400 tr/min
Couple maximal : 5,7 mkg à 2800 tr/min
Distribution : arbre à cames latéral
Nombre de soupapes : 8
Alimentation : carburateur simple corps
Type de transmission : traction
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Suspension av : McPherson
Suspension ar : essieu rigide, lames
Pneus av : 135 SR 13
Pneus ar : 135 SR 13
Longueur : 338 cm
Largeur : 146 cm
Hauteur : 144 cm
Freins av : disques
Freins ar : tambours
Vitesse maximale : 125 km/h
Volume du coffre : 272 litres
Poids : 680 kg

Posté par Zorglub34 à 15:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires sur Seat Marbella (1986-1998)

    manuel

    salut
    je me présente Mr Chaili Hakim
    cherche manuel entretien pour réparation faisceau électrique
    ( schéma faisceau électrique )
    et merci d'avance

    Posté par Chaili, 27 octobre 2017 à 22:32
Poster un commentaire