22 mai 2010

Lancia Beta Spyder 1600 (1974-1975)

LanciaBetaSpiderav

LanciaBetaSpiderar

LanciaBetaSpiderar1

LanciaBetaSpiderint
(Auto-Moto-Rétro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2008)

Deux ans après la sortie de la Lancia Beta Coupé, est présenté un semi-cabriolet, mi découvrable, mi Targa. De fait, comme une Targa, le toit se détache, et le panneau arrière est en toile souple. Une fois découverte, il reste tout de même un imposant montant qui fait office d'arceau de sécurité, et l'encadrement des portières... Cette solution intermédiaire a été la conséquence directe d'un rapport américain sur la sécurité automobile montrant que l'absence d'arceau de sécurité était fatale en cas de retournement. C'est ainsi que la constructeurs américains ont commencé à retirer leurs cabriolets peu à peu, jusqu'à disparaître totalement, certains qu'ils étaient que le rapport aurait des conséquences législatives rapides. C'est ainsi que sont imaginées des configurations intermédiaires avec un toit amovible et un arceau central rigide ce qui donnera naissance à la Fiat X1/9 ou la Porsche 914, par exemple. Cette configuration n'aura pas un immense succès et ces voitures sont assez rares. Si le dessin est bien de Pininfarina, la production est attribuée à Zagato. La voiture est même commercialisée aux USA sous le nom de Lancia Beta Zagato. En définitive, cette loi n'interviendra jamais, alors qu'il n'y a plus de vrai cabriolet sur le marché américain !

Ce modèle est de la première série, avec sa calandre en nid d'abeille, un pare-choc arrière à décrochement pour loger une plaque carrée, une instrumentation spécifique qui sera remodelée dans les séries suivantes. En revanche, les feux arrières sont propres à la Spyder et resteront inchangés jusqu'à la fin de sa carrière. Du fait de la forme de la voiture, la porte du coffre est plus grande que sur le coupé.

Il y aura 4 séries. La seconde dès l'année suivante, en 1975 (calandre à 5 barrettes), la troisième en 1978 (calandre à 5 barrettes pour toute la gamme) et la dernière en 1981 (calandre façon Delta). Le Spyder sera produit jusqu'en 1982, tandis que le coupé sera maintenu jusqu'en 1984. Cependant, le 1600 est abandonné en 1981, laissant le seul 2.0 litres au catalogue du Spyder. Pour la première série (notre modèle), le Spyder 1600 a été produit à 514 exemplaires et 225 pour le Spyder 1800.

Le moteur est dérivé de celui de la Fiat 125 et n'est pas dépourvu de noblesse étant donné qu'il est élaboré par Aurelio Lampredi, un ancien de chez Ferrari. Avec un double arbre à cames en têtes à courroies crantées, des soupapes inclinées à 65° et chambres de combustion hémisphériques, la technologie est à la pointe. Grâce à un carburateur adapté, le "petit" 1600 délivre la puissance de 108 chevaux ! Il est disponible également en 1800 et dès 1976, le spider troque le 1800 contre un 2 litres apparu en 1976..

Bien d'autres déclinaisons seront élaborées à partir du coupé, comme la Beta HPE, la Monte Carlo. Ce spider reste le dernier cabriolet chez Lancia. Au total, un peu de moins de 10 000 exemplaires ont été fabriqués.