21 mai 2010

Jaguar Type E série 1 (1961-1968)

JagType_E_Av

JagType_E_Ar
(Circuit des Remparts, Angoulême, Charente, septembre 2004)

A la fin des années 50, il faut trouver une suite pour la série des XK120 devenues XK150 après une étape en XK140. Jaguar veut fabriquer un coupé qui serait déclinable en cabriolet ou en 2+2, qui présenterait de hautes performances et un confort digne d'une anglaise. Toutefois le tableau de bord et la console centrale des premiers modèles était en aluminium et les boutons empruntés à l'aviation, rompant avec le traditionnel bois qui orne les intérieurs anglais. De même, les sièges baquets empêchaient tout réglage individuel.

Présentée à l'origine en 1961, la voiture émerveillera le public au point où même le grand Enzo Ferrari dira que c'est la voiture la plus belle jamais construite. De longues lignes sportives et tendues, un arrière inédit avec un hayon s'ouvrant latéralement, des pare-chocs chromés qui sont brisés par la prise d'air à l'avant et la plaque d'immatriculation à l'arrière, un large pare-brise à trois essuie-glaces, l'innovation séduit. L'arrière en fastback, présentant un hayon dont la porte s'ouvre latéralement fait littéralement sensation.

Moins d'innovation cependant sous le capot. A l'origine la voiture reprend le moteur de l'XK150 dans sa version S, c'est à dire avec 3 carburateurs SU.

En 1964, la cylindrée du moteur est portée de 3,8 litres à 4,2 litres. Les sièges baquets sont abandonnés au profit de sièges réglables. Le tableau de bord en recouvert de vinyle noir.

En 1967, une nouvelle série intermédiaire apparaît. Dénommé par les spécialistes série 1 1/2, elle répond à des normes américaines. Elle perd les protections de phares, et récupère deux carburateurs Stomberg en lieu et place des 3 SU. La puissance s'en trouve réduite de 265 chevaux à 170 !

En 1968 apparait la série 2 qui reprend la solution technique précédente (2 carburateurs). Elle voit ses pare-chocs agrandis, la bouche également pour mieux refroidir le moteur, point faible de la précédente. Deux ventilateurs électriques viennent accompagner le travail du radiateur, solution qui remplace avantageusement le curieux ventilateur de la version précédente qui empêchait littéralement toute conduite en ville sous peine de surchauffe. Cette série 2 obtiendra un nouveau freinage assisté à disques Girling.

Mais c'est la série 3 née en 1971 qui achèvera la carrière de la Jaguar Type E, après plus de 70 000 exemplaires écoulés dans le monde.

Fiche technique :

Moteur : 6 cylindres en ligne, essence
Emplacement : longitudinal avant
Puissance fiscale : NC
Cylindrée : 3781 cm3
Alésage x course : 87 x 106 mm
Taux de compression : 9:1
Puissance maximale : 265 ch à 5500 tr/min
Couple maximal : 36 mkg à 4000 tr/min
Distribution : double arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 12
Alimentation : 3 carburateurs SU
Type de transmission : propulsion
Boite de vitesses manuelle à 4 rapports
Direction à crémaillère (2,5 tours)
Diamètre de braquage : 11,3 m
Suspension av : roues indépendantes, triangles superposés, barre de torsion
Suspension ar : roues indépendantes, bras inférieurs, barre antiroulis, ressorts hélicoïdaux
Longueur : 437,5 cm
Largeur : 165,7 cm
Hauteur : 122,5 cm
Empattement : 243,8 cm
Voie av : 127 cm
Voie ar : 127 cm
Pneus av : 6.40 x 15
Pneus ar : 6.40 x 15
Freins av : disques, assistés (279 mm)
Freins ar : disques, assistés (254 mm)
Vitesse maximale : 241 km/h
1000 m D.A.: 28,2 s
Capacité du réservoir : 63 litres
Poids : 1229 kg

Posté par Zorglub34 à 17:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Commentaires sur Jaguar Type E série 1 (1961-1968)

Poster un commentaire