16 avril 2010

Simca-Fiat 11 CV (1934-1938)

Simca11CVav

Simca11CVprof

Simca11CVar
(Auto-Moto-Retro, Le Grand Quevilly, Seine-Maritime, septembre 2008)

Au début était la SAFAF (Société Anonmyme Française des Automobiles Fiat) qui produisait et importe en France les voitures italiennes. Mais le protectionnisme qui a suivi la crise de 1929 conduit tous les états à fermer leurs frontières pour éviter de subir la concurrence des autres pays. Les droits de douane étaient tellement importants que les voitures étrangères se révélaient totalement inabordables pour les clients français. La solution devient évidente : construire français. C'est ainsi que nait en 1934 la Société Industrielle de Mécanique et Carrosserie Automobile, acronyme SIMCA, dirigée par l'ancien président de la SAFAF, le piémontais Henri Théodore Pigozzi. La société construit des voitures françaises sous licence FIAT. Les voitures sont appelées Simca-Fiat jusqu'en 1938. Le logo arbore l'emblème de Fiat barré par celui de "Simca" et au dessus "licence".

Deux voitures sont fabriquées dès 1934 : la Simca 5, copie de la Fiat 500 Topolino, et la Simca-Fiat 11 CV qui est la copie de la Fiat 518 Ardita. Cependant la ligne de carrosserie est différente de celle du modèle italien, notamment la ligne arrière plus fine et qui finit en queue de pie alors que l'arrière de la Fiat 518 est droit.

Pour le moteur, la Simca-Fiat n'utilise que le moteur 2 litres alors que sa jumelle italienne dispose également d'un moteur 1750. La voiture est classée en France dans la catégorie des 11 CV en raison de sa cylindrée dont c'est l'unique critère de l'époque. La critique de l'époque, et en particulier René Charles-Faroux, salue le comportement très sûr de la voiture, son freinage efficace et son confort "total" aidé par le silence de fonctionnement du moteur qu'il compare à un 8 cylindres.

La 11 CV ne sera fabriquée qu'à 2200 exemplaires en France et un peu moins de 10000 en Italie. Le faible succès est sans doute dû d'une part à une grande concurrence de l'époque qui foisonnait de concurrents (Voisin, Hispano-Suiza, Hotchkiss, Salmson, Delahaye, Delage, Bugatti, Renault, Peugeot, Citroën, Panhard et Levassor rien que pour les français), et au prix de 33500 F de l'époque.