25 octobre 2008

Mercedes 300 SE Cabriolet W112 (1962-1967)

Mercedes300SE

Mercedes300SEar

Mercedes300SEint
(Auto-Moto-Rétro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2008)

(Auto-Moto-Rétro, Parc des Expos de Rouen, Seine-Maritime, septembre 2015)

Alors que la Fintail succède à la Ponton, il faut aussi renouveler les dérivés. Et il n 'est plus question de multiplier les plateformes comme avec les différentes versions de la génération précédente : berline, cabriolet, 190 SL, Adenauer et même la 300 SL. L'idée maintenant est de généraliser le châssis et de le décliner en ses multiples versions : berline, coupé et cabriolet.

C'est là que Bruno Sacco et un jeune styliste nommé Paul Bracq interviennent. Leur cahier des charges leur impose de conserver la plate-forme de la W111 et son empattement, ainsi que le tunnel de transmission afin que les deux dérivés puissent être assemblés sur le même chaîne de montage. Associés à Karl Wilfert qui a conçu la berline, ils s'attaquent en premier lieu à la calandre. Les proportions en sont revues, agrandies, laissant moins d'espace entre la grille du radiateur et les blocs optiques. Le décroché entre les blocs et la face avant est nettement plus restreint. Le chantier suivant s'occupe de la ligne de profil et leur première tâche est de gommer au maximum les ailerons arrière pour fluidifier la ligne. En y regardant de plus près, on constate qu'il n'en reste plus que des moignons. Les feux arrière sont aussi modifiés. Les pare-chocs adoptent une double épaisseur sur les cotés ce qui anoblit considérablement l'allure. Enfin, ils créent une lunette arrière panoramique qui fait un large écho au pare-brise. La ligne générale est abaissée de 8 cm par rapport à la berline et, toujours à la façon américaine, les portières sont conçues sans montant, ce qui permet, fenêtres ouvertes, de jouir d'une ouverture qui part du déflecteur avant jusqu'au montant arrière. Et le résultat est d'un équilibre admirable, un qui marque le début d'une nouvelle ère chez Mercedes. On note que la ligne préfigure de très près les futures W108/109.

Finalement, à part emprunter le même châssis, la berline et le duo coupé/cabriolet ont très peu de pièces communes. Même pour les parties mécaniques, les différences sont importantes. La suspension a été totalement adaptée et améliorée : à l'avant les "triangles de suspension et amortisseurs sont déplacés vers les roues. Avec les ressorts hélicoïdaux et la barre antidévers ils forment un ensemble, monté directement sur un berceau porteur suspendu aux longerons avant sur des éléments en caoutchouc et qui appuie vers l'avant sur deux jambes de force du genre ressort à lames. L'essieu arrière est du type oscillant à articulation unique, avec ressort auxiliaire de compensation transversal assez semblable au système adopté pour la 300 SLR" (source gazoline.net).

A l'intérieur, le cuir et le bois règnent. Le luxe est au rendez-vous, jusqu'au volant en bakélyte. D'un point de vue mécanique, c'est le moteur de la 300 Adenauer qui officie. Fort de 160 ch, il autorise de belles reprises et une vitesse de pointe assez exceptionnelle de 175 km/h en pointe, ce que peu de voitures se permettent à l'époque. Le confort est assuré par une suspension pneumatique à l'arrière qui assure une assiette constante. La boite automatique à quatre rapports sans convertisseur de couple conçue à l'occasion assure encore un peu plus de ouate dans l'écrin. Pour les adeptes du levier de vitesse, il est possible d'opter pour la boite manuelle.

Présentés en février 1962, le duo coupé/cabriolet éclabousse de son élégance, un cran au-dessus des 220 SEb coupés et cabriolets. En février 1964, le taux de compression est augmenté et l'injection passe de 2 à 6 pistons ce qui permet à la puissance de se porter à 170 ch. Les performances augmentent alors de 10 km/h.

La gamme est maintenue ainsi jusqu'en 1965 pour la 220 SEb remplacée par la 250 SE W108. La 300 SE est maintenue jusqu'en 1967, elle est remplacée par la 280 SE W111 E28 qui reprend la calandre de la W108 et son moteur 2,8 litres.

Deux fois plus cher que la berline, le coupé a été produit à 2419 exemplaires, contre 708 pour le cabriolet seulement, et 5202 pour la berline 300 SE.

Posté par Zorglub34 à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur Mercedes 300 SE Cabriolet W112 (1962-1967)

Poster un commentaire