09 avril 2008

Citroën Traction 11B familiale (1937-1957)

Citroen15_6limoav

Citroen15_6limobis

Citroen15_6limo

Citroen15_6limoint
(Retromobile, Février 2006)

En novembre 1934, alors que la 7 connait un premier succès malheureusement terni par des défauts de jeunesse, la 11 est lancée succédant directement à la 7S avec le moteur 1900 cm3 de 46 chevaux. C'est la 11AL (L pour légère) qui reprend les dimensions de la 7. Parallèlement, une 11A est fabriquée, plus longue de 20 cm, plus large de 12 cm. Elle a une vocation plus familiale et elle constituera l'essentiel de production de la Traction pendant sa longue carrière. La 15 n'apparaît qu'en 1938.

Des versions encore rallongées de 20 cm (soit 40 de plus que la 7) viennent remplir d'aise les familles nombreuses en offrant 9 places assises et 6 glaces latérales. Arrêtée pendant la guerre, la production reviendra en 1953 seulement, en 8 places.

Lorsque la production est arrêtée le 25 juillet 1957, après 760 000 voitures produites, la dernière voiture produite est justement une 11 B familiale.

Fiche technique :

Type du moteur    4 cylindres en ligne
Energie     Essence
Disposition    Longitudinal avant
Alimentation     Carburateur horizontal
Distribution     Arbre à cames latéral
Nombre de soupapes     2 par cylindre
Alésage & Course     78 x 100 mm
Cylindrée     1911 cm3
Compression     6,2 : 1
Puissance     46 chevaux à 3800 tr/min
Boite de vitesse     3 rapports
Puissance fiscale    11 chevaux
Type    Traction
Direction    Vis et galet
Suspensions Av    Barres de torsion
Suspensions Ar    Barres de torsion
Freins avant    Tambours
Freins arrière    Tambours
Pneus avant    160 x 40
Pneus arrière    160 x 40
Longueur    485 cm
Largeur    176 cm
Hauteur    158 cm
Poids    1170 kg
Vitesse max    105 km/h

Posté par Zorglub34 à 15:10 - - Commentaires [10]
Tags :

07 avril 2008

Chevrolet Corvette C1 1962

ChevroletCorvetteC1
(Retromobile, février 2006)

En 1962, La Corvette évolue peu, comme depuis son restylage de 1958 (voir ici en 1959). Bill Mitchell a souhaite que la voiture devienne plus racée, plus sportive.

Les cerclages chromés des phares reviennent, et si les fanes de baleine de la calandre ont disparu, c'est pour mieux renouer avec la calandre de 1958. Aussi, de face, les deux modèles sont très peu différents, aux fanes près.

A l'arrière, les feux oblongs sur l'aile ont cédé la place à un arrière inversé, et quatre phares ronds qui annoncent les prémices de la future Corvette C2.

Sous le capot, le V8 est porté de 4.6 à 5.3 litres et sa puissance oscille entre 250 et 365 ch. Associée à des boites manuelles à 3 ou 4 rapports (ou automatique à deux rapports), la vitesse de pointe peut alors atteindre jusqu'à 240 km/h et le 0 à 100 peut être effectué en 5,5 secondes, faisant de la Corvette la sportive la plus accomplie de la production américaine, un rôle qui n'était pas celui qui lui était dévolu à l'origine. Retenons tout de même que la voiture est guidée par un esieu rigide à l'arrière et freinée par quatre tambours.

Dernière année de production de cette version de la Corvette, le millésime 1962 connait les meilleures ventes depuis les débuts du modèle avec 14500 unités vendues. Elle est remplacée par une autre légende, la Stingray, ou Corvette C2.

Posté par Zorglub34 à 17:01 - - Commentaires [0]
Tags :
02 avril 2008

Bugatti EB 110 S

 BugattiEB110av

BugattiEB110av2

BugattiEB110ar
(Retromobile, Février 2006)

Après plus de 50 ans d'arrêt des ateliers de Molsheim, à l'initiative de quelques personnes fortunées et d'autres ingénieurs du monde de l'automobile, avec le concours financier de la Snecma, Elf, Michelin et Aerospatiale, nait le projet de refondation de Bugatti. Les ambitions ne manquent pas, et le projet est de créer une voiture exceptionnelle, à l'instar de la réputation de la marque avant-guerre. Mais ce cumul d'ambitions qui se confrontent parmi les créateurs sera un frein au succès.
Chacun des ingénieurs, Marcello Gandini, Paolo Stanzani, Nicola Materrazzi, Giampaolo Bendini, Jean-Philippe Vittecocq, possède suffisamment d'expérience et de succès pour avoir une idée très précise sur la question. Stanzani s'occupe du moteur et du châssis, Gandini du style, et Materazzi reprend la direction technique, après que les deux précédents se sont bien confrontés. Enfin Vittecocq reprend les rennes pour la mise au point finale, et les trains roulants. C'est dans ce tumulte de cerveaux ambitieux qu'est née la Bugatti EB110 (EB pour Ettore Bugatti).
Cependant, ses concepteurs n'ont pas été avares et l'ont dotée de ce qui se fait de mieux à l'époque en terme de technologie : un V12 à 60°C et 5 soupapes par cylindre (3 d'admission et 2 d'échappement), une structure en matériaux composites, une transmission intégrale à glissement limité, l'utilisation du carbone pour autant qu'il est possible pour limiter le poids, et 4 turbo-compresseurs pour gaver l'animal, une culasse en aluminium, un boite 6.
Le résultat est là, un véhicule d'exception, mais une esthétique discutable, une Lamborghini en fade (normal, Gandini a dessiné le Muira et la Countach). Mais les 560 chevaux de la version de base, ou les 611 de la version S font oublier toute idée de fadeur. Vittecocq a voulu une voiture qui soit conduisible en ville, et accessible à quiconque. Le V12 se montre très souple, reprend dès les bas régimes. La transmission intégrale permet de compenser la répartition du poids à l'arrière, et, pour les plus téméraires, la Bugatti EB 110 se montre tolérante aux écarts de conduite sur circuit. En définitive, aujourd'hui encore peu nombreux sont les véhicules d'exception capables d'abattre le kilomètre départ arrêté en moins de 20 secondes et d'atteindre le 100 km/h en 3,3 secondes ! Et celui-ci est homologué sur la route.

Fiche technique :

Année  1994 / 1995 (30 ex.)
Prix ou côte (€) 282 000 (01/2002)
Moteur Type 12 cylindres en V à 60°
Soupapes par cylindre 5
Matériaux (culasse/bloc) Alliage léger / Fonte
Position Centrale, longitudinale
Distribution 2 x 2 ACT (courroie crantée)
Alimentation Gestion électronique intégrale Bugatti
Suralimentation 4 Turbocompresseurs IHI (1,15 bars)
Cylindrée (cm3) 3 498
Alésage x course (mm) 81 x 56,6
Rapport volumétrique 7,5
Régime maxi (tr/min) 8 500
Puissance maxi (ch à tr/min) 611 à 8 250
Couple maxi (mkg à tr/min) 62,3 à 4 200
Puissance spécifique (ch/l) 174,5
Couple spécifique (mkg/l) 17,8
Transmission Type Intégrale (27% - 73%)
Rapports 6, mécaniques
Autobloquants En série
Rapports de démultiplication 3,76 / 2,52 / 1,83 / 1,42 / 1,15 / 0,95
Vitesses théoriques (km/h) 90 / 134 / 185 / 238 / 294 / 35
Suspensions avants Doubles triangles superposés, barre stabilisatrice
Suspensions arrières Doubles triangles superposés, barre stabilisatrice
Freins avants (mm) Disques ventilés percés (332)
Freins arrières (mm) Disques ventilés percés (332)
Direction Crémaillère, non assistée
Dimensions Longueur x Largeur x Hauteur (mm) 4 400 x 1 940 x 1 125
Empattement (mm) 2 550
Voies avants (mm) 1 550
Voies arrières (mm) 1 618
Jantes avants 9" x 18"
Jantes arrières 11,5" x 18
Pneumatiques avants 245/40 ZR 18
Pneumatiques arrières 325/30 ZR 18
Capacité réservoir (l) 120
Capacité coffre (l) 70
Poids 1 570 kg
Vitesse maxi (km/h) 352
De 0 à 100 km/h (s) 3,3
De 0 à 400 m (s) 10,9
De 0 à 1000 m (s) 19,8

Posté par Zorglub34 à 15:01 - - Commentaires [0]
Tags : ,
01 avril 2008

Bugatti Type 57 Atalante

BugattiAtalante
(Retromobile, Février 2006)

Version coupé de la Type 57, cette Atalante a fait les beaux jours de la marque. Hormis la mythique Royale, ce modèle était la figure de proue de Bugatti de 1934 à 1940.
Toujours équipée du 3,3l de 8 cylindres en ligne, variant de 140 à 200 chevaux, l'engin pouvait atteindre les 200 km/h, et ce dès avant-guerre. Pour freiner les 1700 kg, les freins hydrauliques ont été adoptés.

Posté par Zorglub34 à 10:18 - - Commentaires [0]
Tags :